Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2018

Philomena Famulok

Philomena Famulok 0.jpg

 

 

Mukti Echwantono - Field of Broken Dream

Mukti Echwantono. Field of Broken Dream.jpg

 

 

LOUIS LINGG AND THE BOMBS - DESTROY CIVILISATION

 

 

 

 

 

 

 

19:36 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Chris Killip - Seacoal Camp, Lynemouth - Northumberland - 1982-1984

Chris Killip Seacoal Camp, Lynemouth, Northumberland 1.jpg

 

 

29/10/2018

Il ne se passe rien mais je ne m’ennuie pas d’Heptanes Fraxion

 

postface de Grégoire Damon

Ed. Cormor en nuptial, 2018

 

39846654_448630258994216_5674982855625670656_n.jpg

110 pages, 16 €.


Il en a fallu du temps pour qu’enfin ce livre naisse, ce livre qui ne pouvait pas ne pas naître, quoique… Dans un monde à l’envers, quoi de plus normal, finalement, qu’un poète ne trouve pas d’éditeur — poète au sens le plus sincère et authentique du mot ? Un poète qui ne fait pas de concessions pour arrondir les arrêtes, lisser les recoins, cacher les taches et la bouteille mais qui colle depuis des années des post-it de poésie partout où il passe. Une bave poétique qui fait scintiller les murs, les vitrines menteuses, les poteaux, les portes closes, les poubelles, les panneaux tristes. Heptanes Fraxion, nous sommes pourtant nombreux à le connaître, lui qui balance sur le net ses textes à qui veut et dont quelques revues de poésie pas trop connes ont su se faire l’écho. Mais les éditeurs ?!

Ce livre devenait une nécessité et le voilà enfin ! Première publication d’une toute jeune édition belge lancée par Gaël Pietquin et il est beau ! Un bel objet à la hauteur de ce qu’il accueille : de purs morceaux de poésie pêchées à même le caniveau de la vie, de la poésie compulsive, boire, écrire, pisser, pleurer, jouir, échapper encore et toujours à ce qui nous broie, nous concasse en cube. Et sous ses airs de poésie qui n’en serait pas, non seulement elle vous saute à la gueule et vous saisit le cœur comme s’il était un steak, mais elle vous envoie un shoot de sagesse, de celle de ces moines qui se font passer pour des fous, des clochards, dotés de tous les vices. La vraie sagesse, celle qui ne s’affiche pas comme telle.

Le titre se suffit à lui-même: Il ne se passe rien mais je ne m’ennuie pas.

Difficile cependant de tirer des citations de ce recueil, il faudrait tout citer ou rien, donc vous n’y couperez pas, il faut le lire et puis vu le temps qu’il a fallu pour qu’enfin il existe, à vous de le mériter un peu, de faire ce petit effort de rien du tout : être curieux des autres.

Cela dit, s’il fallait définir l’auteur en une seule de ses propres phrases, ce serait celle-ci et elle nous définit tous, qui que nous soyons, quoique nous en pensions : « le système est une erreur qui me transforme en anomalie ».

Après ce sont juste de petites mais essentielles différences de conscience :

historiquement personne ne sait grand-chose
alors autant rester disponible au merveilleux


Certains seront tentés de chercher des filiations à l’auteur, mais Heptanes Fraxion c’est du Heptanes Fraxion et vous ne le rentrerez dans aucune case, aucune famille, aucun style. Chez lui la poésie coule toute seule, même quand il pisse, se mouche ou éjacule et ça ne plaira pas à tout le monde et heureusement. C’est juste dommage pour ceux qui passeront à côté, ils rateront la chance d’avoir un petit post-it sur le cœur qui fera briller leurs yeux quelques secondes, le temps de VOIR, voir avec des yeux de voyant qui éclairent le monde et projettent leur propre lumière pour et sur les autres.

Ces autres qui sont très importants dans la poésie d’Heptanes Fraxion, omniprésents ces autres, qui l’emmerdent, qu’il emmerde « mais avec une putain de tendresse ». Et oui c’est un tendre le poète, sa chair est tendre, son cœur est tendre, normal, comme tous les écorchés vifs, alors il faut bien un peu de poésie dure pour faire la carapace, mais c’est une bonne dope la poésie !

douceur qui transperce
douleur qui transporte
livres qui consolent

Celui-ci vous consolera soyez-en sûrs, ce sera un bon ami, de ces flacons de secours que l’on garde pas loin, pour pouvoir boire une gorgée ou deux dans les mauvaises descentes, les crashs sentimentaux, les coups de crasse, les coups de froid, les licenciements, les burn-out, le goudron des jours et tenir bon. Notez bien cette phrase, elle un a sens littéral : tenir bon.

Et de la moindre goutte de lumière sur une joue, du moindre brin d’herbe, du moindre trou dans le grillage, savoir profiter.

Il ne se passe rien mais je ne m’ennuie pas
Le soleil va vers le vide
Je suis bien là


Cathy Garcia

 


IMG_20180306_215234.jpg« Poète obscur rasta chauve chien de métal parasite pédé Heptanes Fraxion fils d’une prostituée et d’un ecclésiastique vit à Toulouse où il ne s’occupe ni de ses enfants ni de ses deux chiens ».

Son blog : http://heptanesfraxion.blogspot.com/
Ses albums avec le musicien Jim Floyd : https://soundcloud.com/jim_floyd/albums

La Maison (à compte d'éditeur) Cormor en nuptial, anagramme de « L'amen-corruption », publie essentiellement de la prose poétique, percutante, originale et sans tabou. Les auteurs qui la représentent sont des individus viandés, couillus-décousus, des crapauds, des crocs, des persécutés. Contact pour commander : cormorennuptial@gmail.com

 

 

 

28/10/2018

Cheval Indien de Stephen S. Campanelli (2018) d'après le roman de Richard Wagames

 

 

 

27/10/2018

Aujourd'hui est habitable lu par Marianne Desroziers

 

aujourd-hui-est-habitable.jpg

Les poèmes de CathyGarcia-Canalès sont plein d’odeurs : des odeurs fortes et entêtantes de lilas, de forêt, de foin. Des odeurs qui nous traversent et nous imbibent comme une pluie drue qui nous mouille jusqu’aux os. De cela on ne sort pas indemne. La poésie de Cathy Garcia n’est pas polie (dans les deux sens du terme), elle n’est pas aimable et lisse : elle est sauvage, cruelle, son relief présente des aspérités Gare aux limailles dans l’oeil et aux échardes dans les doigts ! Elle est par ailleurs empreinte si ce n’est de mysticisme en tout cas d’une relation intense aux forces invisibles.
 
Cathy Garcia-Canalès n’écrit pas comme une intellectuelle qui se regarde écrire : elle écrit comme si elle sculptait du bois, avec la même ardeur et la même humilité d’artisan.
 
Le recueil de compose de 7 poèmes dont un éponyme. Si dans tous les poèmes, Cathy Garcia nous emmène (en nous incluant dans son “nous” et son “on”, voire en nous tutoyant) dans un tourbillon de sensations, célébrant ainsi l’élan vital auquel puise la source poétique, j’avoue une nette préférence pour “Mordre les temps de mort” dont un extrait sert de quatrième de couverture. C’est un des plus beaux passage du recueil selon moi :
 
bientôt nous irons nous aimer
la tête ourlée de pluie
couchés dans le foin
avec dans le coeur 
un rêve encore salé
nos poitrines sentiront
la sauge et le lilas
nous irons allumer
un feu de souches veinées
dans la taillis des rides
 
Alors oui, envers et contre tous les rabat-joie, les réactionnaires et les pessimistes de tous poils, et autres prophètes de malheur, la poète réussit à nous convaincre qu’ “aujourd’hui est habitable”... si l’on parvient à peupler sa vie de poésie.
 
On peut en savoir plus sur le livre et le commande ici. 
 
Cathy Garcia dirige la revue de poésie vive Nouveaux Délits - à laquelle je vous conseille de vous abonner - 
 

22:00 Publié dans MES LIVRES | Lien permanent | Commentaires (1)

25/10/2018

Alain Rivière Lecoeur - série Chair de pierre

Alain Rivière Lecoeur chair de pierre 1+BD.jpg

 

 

 

Revue Nouveaux Délits n°61 - Arnaud Martin

 

Quelques-uns des très courts poèmes d'Arnaud Martin publiés dans ce numéro, eux-mêmes extraits d'un ensemble intitulé Renaissance des Lumières. Lus par moi-même.

 

http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com

 

 

 

 

 

 

 

Aida Shahghasemi - Beman 'Stay'

 

 

 

13:37 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

24/10/2018

Moustafa Jano Janographic - Going to the unknown

Moustafa Jano Janographic Going to the unknown._n.jpg

 

 

 

Alexo Xenidis

 

MATÉRIAUX DE RÉCUPÉRATION 


Rien ne se perd, rien, le monde est une somme
Rien qui ne devienne graine ou partie d'un autre tout
Et je lis au profond de ce qui me compose la trace de mes ancêtres
Et des vôtres le bric à brac de l'éternelle casse humaine
Le grand cimetière de métal et de chair bousculée
Ces minuscules traces de nos arrière arrière arrière grands-mères communes
La couleur de vos iris dans les miens et tes boucles sur ma tête
Bientôt vont naître à New York des enfants portant un atome de cœur
Venu de Sanaa, et à Idlib une toute petite fille portera au bout de ses doigts
Un éclat de ta voix et la douceur de Schubert souriant
La vie façonne, assemble, crée, la mort argile souple dans ses mains,
Peut-être est-ce pour cela que l'Histoire bégaie, dit et redit les mêmes mots,
Peut-être portons-nous tous le gène du héros et celui du bourreau
Celui de Zeus et des Titans, celui du beau et celui du laid,
Nous sommes tous de la même pâte rouge, rose, noire, violette, bleue,
Les mêmes fleurs, échappées de la même racine
Souviens-toi d'où tu viens
Et de quoi tu es fait,
Petit,
Infiniment petit.

 

 

 

Dickinsonia - le plus vieil animal que l'on connaît, apparu il y a plus de 550 millions d’années

Dickinsonia le plus vieil animal connu il y a plus de 550 millions d’année.jpg

 

 

 

Alain Rivière-Lecœur

 

Alain Rivière Lecoeur chair de pierre D+4361+V5.jpg

 

 

 

 

 

 

Aujourd'hui est habitable lu par Walter Ruhmann

WALTER R_n.jpg

 

"De la poésie à l'état brut. Des images fortes comme un rêve agité, parfois cauchemar. Si aujourd'hui est habitable, il semblerait que demain le soit moins, ou différemment. Dans une caverne, entourés de dangers. Les naturels, les surnaturels et ceux que nous avons nous-mêmes créés, causés. Comme goûter "la saveur tendre d'une pluie défenestrée" Procurez-vous et lisez ce court recueil, incisif et ciselé. Un gemme (j'aime) assurément."

 

 

 

 

 

 

 

18:04 Publié dans MES LIVRES | Lien permanent | Commentaires (0)