Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/06/2020

Robert Tree Cody - Berceuse lakota

 

 

 

 

11:39 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Voyage en mémoires indiennes, documentaire de Jo Béranger & Doris Buttignol

 

 

Sally Tisiga, jeune femme d’origine indienne, nous entraîne dans un voyage à travers les paysages grandioses de l’Ouest Canadien. A la recherche de sa propre histoire, Sally va revisiter la mémoire de générations d’enfants autochtones arrachés à leur culture et dont la souffrance, scellée dans le silence, s’est perpétrée jusqu’aux enfants d’aujourd’hui. De la parole libérée émerge un questionnement universel sur l’identité dans ce monde où le sacrifice de groupes humains au nom du profit à tout prix résonne sur tous les continents…

 

 

11/06/2020

Shingwaukonse, ou Shingwauk, chef anishnaabe - 1773-1854

Shingwaukonse.jpg

 

 

 

Michael Wasson - Autoportrait sous forme d'os collectés

 

AUTOPORTRAIT SOUS FORME D’OS COLLECTÉS

(RÉJOUISSEZ-VOUS, RÉJOUISSEZ-VOUS !)

 

(après la mise en vente aux enchères des restes humains & des objets indigènes à Paris)

 

Car il y a une médaille d’honneur bien polie

qui brille suspendue dans ma poitrine telle un autre

cœur humain immobilisé : car mon corps

est étendu ici et vous attend dans des champs

brisés par des mains ayant la même forme que

des éclats d’obus : car j’apprends

à me lever de nouveau

uniquement pourvu d’os nettoyés : elles chantent réjouissez-vous

réjouissez-vous les cages thoraciques rendues paisibles de notre

bien-aimée nation : car le massacre consiste seulement

en une série de photographies décolorées, des archives

de neige & rien d‘autre : mère, dis-moi,

de quoi te souviens-tu de la main d’un autre homme

qui fouille de nuit dans ta gorge

tel un gant gelé : c’était chaud

comment ? Était-ce celui avec les mots d’un dieu

perlés au-dessus de ses lèvres comme gouttes de sueur ? Car

le blessé est quelqu’un de touché

& de pénétré par l’arme à laquelle nous donnons forme

dans nos empreintes digitales : peu importe combien détruits

ou doux : nous retournons au champ

enveloppés dans ce nom de

dieu : réjouissez-vous réjouissez-vous, disent les os

de la main qui réclament le poids de la mémoire :

car je suis une décennie : un siècle

de soif bouche ouverte

même quand la neige continue de tomber  ̶

& tombe en la traversant :

 

 

In Autoportrait aux siècles souillés, éd. des lisières, 2018

 

 

 

Michael Wasson est nimíipuu, c’est-à-dire Nez percé. Il a grandi sur une réserve, dans l’Idaho (États-Unis).

 

 

 

 

 

Auteur inconnu - Navajo avec un travois à chiens - début 1900

90104755_3624533070921748_767786822192332800_n.jpg

 

 

 

Revue Nouveaux Délits n°66 - Nicolas Kurtovitch

 

Des extraits du poème fleuve inédit "Les invisibles,"de Nicolas Kurtovitch, publié en intégralité dans ce numéro d'avril 2020. Lus par moi-même.

 

 

 

Auteurs inconnus - New-York, fin 1800

Central Park from Eighth Avenue. NY 1862..jpg

Central Park depuis la Eight Avenue - 1862

 

 

eighth-ave-1869-new-york-city.jpg

Vue sur la Eight avenue - 1869

 

 

Squatters' shacks on Fifth Avenue and 101st Street. 1894..jpg

Cabanes de squatters sur la Fifth Avenue et 101st Street - 1894

 

 

 

The Bronx. 1898..jpeg

The Bronx - 1898

 

 

 

 

 

Noam Chomsky

 

Ces dernières années, on a accordé aux sociétés des droits qui dépassent largement ceux des personnes. D’après les règles de l’Organisation Mondiale du Commerce, les sociétés peuvent exiger ce qu’on appelle le droit au « traitement national ». Cela signifie que la General Motors, si elle opère au Mexique, peut demander à être traitée comme une firme mexicaine. Un Mexicain ne peut pas débarquer à New York, demander un traitement national et s’en trouver fort bien ; les sociétés si.

in Sur le contrôle de nos vies

 

 

 

17:49 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Vivian Maier - Emmett Leo Kelly, le clown “Weary Willie” - 1960

Vivian-Maier-Emmett Kelly as the clown figure “Weary Willie”.jpg

 

"Emmett Leo Kelly. Il a d’abord été trapéziste avant d’inventer son personnage de clown tragique inspiré par les « hobos », ces vagabonds qui parcouraient les États-Unis pendant la Grande Dépression. Ceux-ci prenaient clandestinement le train pour parcourir les immenses distances séparant les endroits où l’on trouvait du travail. Son personnage pathétique a révolutionné le statut de l’Auguste et effacé le clown blanc. Il lui a créé une véritable identité : « Weary Willie », Willie le fatigué, le clown triste toujours décalé, toujours à faire des actions bizarres.

Weary Willie, répétition de sonorités comme les roues grinçantes du chemin de fer, Weary Willie a bouleversé l’Amérique dès 1942. Il était la vedette du cirque Barnum et Bailey, il faisait rire et pleurer à la fois."

 

 

 

 

 

Giani Esposito - Le Clown

 

 

 

17:43 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Emanuele Sartori

emanuele sartori-02 d8f.jpg

 

 

17:29 Publié dans WE HUMANZ | Lien permanent | Commentaires (0)

Revue Nouveaux Délits n°66 - Mix ô ma prose

 

 

Quelques-uns des aphorismes de Mix ô ma prose - alias Olivier Boyron - publiés dans de numéro d'avril 2020. Lus par moi-même.

 

 

 

Dmitrij Markov

Dmitrij Markov 72_n.jpg

 

 

10/06/2020

Wovenhand - Your Russia (Without Hands)

 

 

 

 

 

23:13 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Emanuele Sartori

emanuele sartori-02 77ce4.jpg

 

 

 

 

12:46 Publié dans WE HUMANZ | Lien permanent | Commentaires (0)