Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2020

Catherine Ursin - En corps - 2016

Catherine Ursin En corps 2016.jpg

 

LES SORCIÈRES

 

Les sorcières ont les veines

ouvertes aux quatre vents

les sorcières ont des chiens

qui lèchent leur sang

les sorcières sont trop bonnes

on leur prend et elles donnent

encore en corps et damnés soient

ceux qui ne comprennent

que les sorcières sont grandes d’âmes 

 

même quand elles collent

les lambeaux déchirés de leur cœur

sur les murs gris et rêches

des hommes

 

 

cg in Mon collier de sel

 

 

 

 

 

05/06/2020

Auteur inconnu

Yoshiro Kimura petu être.jpg

 

Vous qui savez le soufre et le mercure

Et tous les secrets

Ensorcelez-moi de vos génies, de vos fées

Chuchotez-moi vos sources et fontaines sacrées

Et surtout, enseignez-moi l'art de la mémoire

Pour ne jamais les oublier.

 

cg in Oniromancie

 

 

 

03/06/2020

Jean-Claude Fourneau - Paradis terrestre - 1953

Jean-claude Fourneau - paradis terrestre 1953 .jpg

 

Mystères odorants

D’un paradis

À portée de main

Et sous les ongles

Comme une promesse

 

La terre

 

 

cg, 2001

in Je l'aime nature

 

 

 

 

02/06/2020

Christian Guerder

Christian Guerder.jpg

 

Libellule nuage

Coulures de ciel

 

cg in Le poulpe et la pulpe, Cardère, 2010

 

 

 

 

01/06/2020

Ilann Vogt

Ilann Vogt-MARTY-200x800x150cm.jpg

 

Mes combats sont vains, mon armure est de papier, ma lance n’est que plume et mes larmes, un peu d’eau pour faire tourner mon moulin. Tourner, tourner de plus en plus vite, tourner, tourner de plus de plus fort.

 

cg, 2001

in (c)Ourse bipolaire

 

 

 

31/05/2020

Anna Pronin

Anna Pronin.jpg

 

les mots arpentent la gorge

comme chiens en cage

quand les questions s’évaporent

ils restent en rade

les crocs affutés jusqu’au matin

braises froides café amer

au fond des tasses les langues rouillent

et le temps fait ses passes

la découpe des fenêtres

la surface et les motifs de la nappe

l’ombre du rideau

 

cg, inédit

 

 

15/05/2020

Karel Otto Hrubý

Karel Otto Hrubý.jpg

 

La vie ne serait-elle qu’un long dialogue de sourds avec les morts, nos morts ?

 

Chacun charrie ses défunts, certains des villes entières, des peuples. Litanies sans fin de noms gravés dans le granit de l’âme. Parfois nous vivons à peine, certains morts pèsent si lourds. Nous devrions les lâcher, tous, lâcher nos morts, qu’ils s’envolent.

 

 

cg in Celle qui manque

 

 

 

12/05/2020

Sammy Slabbinck

Sammy Slabbinck db50.jpg

 

Tandis que par la fontanelle, la sainte banquise déverse ses poissons, les écrans phosphorescents clignotent, tranquillisants. La palpitation lasse des jardins hallucinés trace un pont entre cimes et cimetière.

Vers le calme éternel.

 

cg in Aujourd'hui est habitable, Cardère éd. 2018

 

 

 

04/05/2020

Thomas Moran - The Angry Sea - 1911

Thomas Moran, The Angry Sea, 1911.jpg

 

Agitée. Oppressée. Nuages noirs. Gorgée de larmes. Vide. En pression, compression. En colère. Tomber à l’intérieur de soi. Rien à quoi se raccrocher. Hypnotisée par la face sombre de chaque chose. Ne pas voir ce que cet état dissimule. Le trou, l’abîme de frustration. Et la fatigue jusqu’aux os.

 

cg in Le livre des sensation

 

 

 

 

 

 

30/04/2020

Lily Seika Jones - Acheron

Lily Seika Jones Acheron_o.jpg

 

Artémis d’Ephèse habite des régions portant en grec le nom d'eschatiai : les confins extrêmes des territoires des hommes, les montagnes, les bois et les forêts obscures ; elle descend aussi vers l'Océan, vers les embouchures, les lagunes, les marécages et les bords des lacs et des fleuves. Elle affectionne les zones fangeuses, limoneuses, et surtout - selon les Anciens - l'alliance de la terre, de l'eau et du sel. La déesse parcourt l'espace sauvage qui limite de toutes parts les territoires des hommes, elle ne descend que rarement dans les villes.  

Comme moi.

 

cg in Universelle

 

 

 

24/04/2020

Auteur inconnu

94179168_3738586429516411_260325754586267648_n.jpg

 

Dans leurs ténèbres, je joue à ronce amère.

Colombe de sang, crachat de suie.

 

cg in Fugitive, Cardère éd. 2014

 

 

 

 

 

 

23/04/2020

Bernard Buffet -1998

Bernard Buffet squelettes-travestis-buffet-1998.jpg

 

En guêpières résille

Rimmel et rouge gras

Fleurs des bas fonds

Reines silicone

Se graissent les ailes

Avalent et passent

Le venin

 

Bouches mépris

Veines poudrées

Battement de faux-cils

La griffe limée

Passe la faucille

 

Passe passe

Pile ou face

Et tombe la neige

Sur les mouroirs

 

cg in Claques et boxons, Nouveaux Délits éd. 2013

 

 

 

Chobek - Cosmic curtain

 

chobek-cosmic curtain.jpg

Mais dans le chiffon de l’univers,

la mort serait-elle un trou de ver ?

 

cg in Fugitive, Cardère 2014

 

 

 

22/04/2020

Mara Berendt Friedman

 

Mara Berendt Friedman.jpg

 

Savoir tisser de la joie avec tout ça, malgré tout ça et la faire partager, c'est ça le courage et rien d'autre. Il faut cependant dire, poser le noir, ne pas faire semblant, ce n'est qu'en acceptant toutes nos émotions qu'on peut trouver cette joie inconditionnelle. Au début un petit truc de rien du tout, la dernière étincelle d'une toute petite braise, on souffle dessus pour voir, on n'y croit pas, c'est mort, mais cette dernière petite lueur, ce point rouge, c'est ce qui ne meurt jamais, alors on souffle dessus, on continue, et un jour un peu de fumée, un autre une flamme, un autre encore un brasier à l'intérieur ! "Se consumer de joie", cette petite expression anodine, puis l'incendie retombe, c'est le noir, on oublie, on n'y croit plus, mais toujours ce petit point rouge, si on s'en souvient, on le retrouve vite, et on recommence, on souffle dessus. Vient le jour où l’on sait qu'on peut rallumer cette braise quand on veut, il y a une paix qui s'installe, rien n'a changé dehors, mais ceux qui nous croisent aperçoivent la flamme, elle illumine, elle réchauffe ceux qui veulent bien s'approcher et une flamme rallume une autre flamme et nous brûlons, libres et joyeux, nous brûlons de vie.

 

cg, 2018

in (c)Ourse bipolaire

 

 

19/04/2020

Cormac O’Leary - The silent city

Cormac O’Leary The silent city.jpg

 

Bien des questions viendront brûler tes lèvres, mais tu finiras toi aussi par te taire. Ce silence t'enseignera bien plus que n'importe quel discours. À chacune de tes questions, l'instant sera la réponse.

 

cg in Oniromancie