Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2014

Jean-Louis Millet - 2014

 

exilscolorizedcarré.jpg

texte de cathy garcia                                                                                               collage  jlmi  2014
 

 

EXIL

  

failles fissures entailles blessures

par où se glisser fuir

dans la gueule puante du mépris camouflé

sous de belles déclarations avec lesquelles

le grand commerce se torche

 

et chacun chacune

clandestin clandestine

promu étranger étrangère

à sa propre existence

 

clouer son sourire

ne pas faire de bruit de remous

ne pas déranger

 

à l’étroit d’affublements de convenance

mâchonner une langue malapprise

qui écorche la bouche

cloue le sourire

 

 in Pandémonium II 

 

 

 

 

09/06/2014

Michelle Renée Ledoux - Sacred circle

Michelle Renée Ledoux sacred circle.jpg

 

 

Piqûre du vivre. Miel rauque du secret. Nudité inhabitable.

 Se sertir dans un jardin amer. Ciseler le semblant, en élucider les ramifications.

 

J’épouse le cercle de la cohérence oubliée.

 

cg in Les mots allumettes (Cardère 2012)

 

 

 

 

02/06/2014

Liana Nakashidze

Liana Nakashidze1_.jpg

 

 

Nos mains dépliées

 Les dés d’argile roulent

Comme des perles

Les bêtes de potence

Sautent des falaises

Nous jetons leurs os

Dans les vasques de brume

Là où les crapauds boulimiques

Mangent des braises d’orage

 

cg in Mordre les temps de morts, 2013

 

 

 

 

 

 

 

Josef Sudek

josef sudek-miche-de-pain.jpg

 

 

Nous ne cherchons qu’à combler le manque et nos béances ne sont pas les mêmes. Nos pains d’ennui, nos charges de nuit, les journées entonnoirs où filtre l’espoir.

 

cg in Chroniques du hamac, 2008

 

 

 

Jan Mankes

JanMankes.jpg

 

 

« Combien ça dure une poule », me demande ma fille,

et je m’entends lui répondre « ça dépend des piles ».


cg in Calepin paisible d'une pâtresse de poules

(Ed. Nouveaux Délits - Coll. Les Délits Vrais n°2, 2012)

 

 

Liana Nakashidze

Liana Nakashidze8.jpg

 

La rumeur insolente des transhumances s’estompe.

  Les amas de pierres expriment l’œuvre de l’oubli. 

 

Je marche encore.

 

Il me faut grimper jusqu’au point d’ancrage. Déployer la corolle.

  Prendre refuge là où naissent les glaciers.

 

 

 cg in Fugitive

(Cardère éd. 2014)

 

 

Jesse Reno collaboration avec Ashley Montague - Exceed Yourself - 2006

Jesse reno collaboration with Ashley Montague - Exceed Yourself 2006.jpg

  

Dans la cuve du crâne
On entend l’étrange
Ressac de l’acide
L’esprit cataracte
Éclate les coutures
Tandis que dévalent
Par maints orifices
Les pensées mornes 
En ruisseaux de plumes
 
cg in Aujourd'hui est habitable

 

 

 

 

Liana Nakashidze

Liana Nakashidze 5_n.jpg

 

Les issues vont croissantes à califourchon

Tandis que tournent les chevaux nacrés

Pour les orchestres de sucre ou de purée

Un dangereux morceau d’immensité

 

 

cg 2013

In extremis

 

 

Stephan Fürnrohr

Stephan Fürnrohr 25.jpg

 

Tant de bouches assoiffées, d’offrandes transparentes à la coupe du monde.

Oublier les mots, manger les mots. Chamade des nerfs. Neige majuscule.

Césure magicienne, le geste qui ouvre la mer.

 

cg in Le poulpe et la pulpe

(Cardère éd. 2011)

 

 

 

 

01/06/2014

Vincent Descotils

Vincent Descotils 8.jpg

 

La gencive rugueuse

La bouche en brouette

Il nous faut vivre pourtant

Sous le remblai de l’aorte

Le crâne éclaté derrière les vitres

La moelle en feu en vérité

 

cg 2013

 

 

Vincent Descotils

vincent descotils 1.jpg

 

 OBSTÉTRIQUE

 

  Quand sait-on qu’un bébé squelette est prêt à naître ?

 Quand sa mère a perdu les os

 

  cg in Bonzaïs hallucinogènes

 

 

 

Dario Swiderski - Vous n'êtes pas seule

Dario Swiderski  Vous n'êtes pas seule.jpg

 

Seule, je ne cherche rien. Rien à fuir, rien à quitter.

 

cg in à la loupe

 

 

 

30/05/2014

Eva Antonini

Eva Antonini - Tutt'Art@ - (38).jpg

 

 


Sextant dans l’échancrure


Je serai l’empreinte de ton archet


Abrupte-moi, combe et entaille


Calligraphie-moi du regard


Capture-moi, façonne mon corps


Noie-le en des creux étranges


Territoire liquide d’ombres et chimères


Libère-moi de toute nostalgie

 

 

cg, 2013

 

 

 

 

26/05/2014

l'oeil & la plume : complainte des mendiants de la Casbah & de la petite Yasmina tuée par son père ( fragment VII )

à lire sur : http://jlmi22.hautetfort.com/

 

casbah ismail-ait-djaferneg VII.jpg
texte de ismaël ait djafer  1951                                                                  collage jlmi  2014

 

Je vous insulte

Hyènes et chacals

Avec toutes les injures de mon

Alphabet

Et je vous jette au crâne

toutes les potiches de mon

impuissance

Car

Hyènes et chacals

Vous meublez le long tunnel de votre ennui

Des dimanches et des jours creux

Avec le casse-croûte des faibles

Et vous en tapissez les murs avec la chair

De poule des gens qui dorment dans les

 

Igloos des nuits d'octobre

Parlez-moi

De plaisirs quand les gens criant famine et

Désolation

Mettent en marche le phonographe de leurs plaintes

Et battent

Les tambours de leur misère

Sur une place publique

Personne

Ne s'arrête

Rien ne compte plus

Que ce vide des ventres

A combler qui résonne comme une orgue

Dans les crânes des abrutis satisfaits

Comment pouvez-vous vivre, gens de l'argent et de caviar avec ces poux

Que vous ne grattez pas?

Comment pouvez-vous avaler la pâtée

Gens de cravates et parfums que les cravates

N'étranglent

Pas et que le parfum

N'étouffe

Pas?

Comment pouvez-vous caresser vos femmes, lisser votre moustache,

Hausser les épaules, acheter un timbre, applaudir le Cid au théâtre

Des vies, distiller l'anis de vos satisfactions dans l'alambic de vos

Gosiers de pierre, marcher les pieds au sec et la tête dans un chapeau

Curer les ongles de vos chiens, avoir des enfants, tambouriner

Des doigts sans honte, aller la tête haute et le coeur lourd, rire du rire

Faux

Des gens sans conscience, mâcher le chewing-gum des ânes désabusés,

Décortiquer la croûte

D'un poème

Ou la coque d'une chanson pour en avaler sinistrement le fruit

Se dire comblé

Se dire ravi

Se dire heureux

Se dire bon

Se dire humain

Quand les saltimbanques de la misère

Chantent

Et dansent

Le ballet des petits pains devant des banquettes vides

Quand les clowns

poussifs

Epoumonés

Tuberculeux

De la charité

Soufflent dans le tube de leur intestin grêle

Pour bien vous montrer qu'il est

Vide

 

 

(d'après, Editions Bouchène, Alger, 1987. N° d'édition 001/87. Dépôt légal 1er trimestre 1987. Re-publié  par le n°10 de la revue Albatroz, Paris, janvier 1994).

 

Source   http://albatroz.blog4ever.com/ismaal-aat-djafer-complaint...

 

 

 

24/05/2014

Elaine Alibrandi - Rupture

Elaine Alibrandi -rupture.jpg 

L’émergence d’une rumeur

Derrière la cloison

Laisse partir les derniers

Convois du vide

 

cg, 2013