Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/12/2013

Cathy Garcia - Algues - Côtes d'Armor - Bretagne

 

Algues - Côtes d'Armor - Bretagne.JPG

 

J’épouse le labyrinthe dans la trajectoire nocturne.

 

La langue propice se diffuse et de son flux naissent des visions errantes.

Intuition d’une naissance, algue parmi les algues. Extase de la nudité.

 

Je contemple l’inachevé, l’œuvre tellurique. L’œil vivant dans ma fibre noueuse.

 

La gouge des insomnies me sculpte des hanches de génisses et un chant monte à ma gorge comme un levain.

 


cg in Le Poulpe et le pulpe

(Cardère 2011)




23/12/2013

Pierre Vallet - Cimes du lavaredo, Italie

Pierre Vallet Cimes du lavaredo, Italie. jpg.jpg

 

Puis nous fuguerons vers les friches

Les montagnes en fleurs

Avant que la cellule et l’effroi

Les mailles envers endroit

Les crochets du givre

Ne déchirent nos duvets

 

cg in Mordre le temps de mort, 2013

 

Cathy Garcia - Séquoïa au Jardin de Lostanges - Corrèze

séquoiajardin de Lostanges corrèze.JPG

 

LA PISTE ROUGE

 

Empreintes de pieds

Nus dans la poussière

Jusqu’aux racines tressées

Du grand séquoia

Là, gît l'homme

Des collines

Avec trois trous

Dans la poitrine

 

cg in Ailleurs simple

(Ed. Nouveaux Délits 2012)

 

 

Fritz Lang - arrêt sur image dans Die Nibelungen Kriemhilds Rache - 1924

 

Die Nibelungen Kriemhilds Rache fritz lang 1924.jpg

 

Insomnies du sang

Dans la chair des songes

Dorsales du dragon

Dans la nacre des veines

 

Nos plus vieilles racines savent

La lente rotation des miroirs travestis

 

cg in Obscurantique

(Mystica perdita, 2009)

 



22/12/2013

Pierre Vallet - L'Eternelle Idole - Musée Rodin

 

Pierre Vallet The Eternal Idol 1889 Rodin.jpg

 

Le mot juste. Un silence pointé. Un baiser.

Le mot juste, un souffle. Le premier déchire les poumons. Le dernier les recoud.
Le mot juste, pas un soufflet. Le mot juste ne dit pas je t’aime mais le fait. Il ouvre le cœur, ça fait mal, mais l’air est juste.

L’air qui sépare le mot de la mort.

cg in Les mots allumettes, Cardère 2012

 

 

 

 

Cathy Garcia - UFO

Un ovni dans le salon (2).jpg

NON CE N’EST PAS


Fier comme un astéroïde, un barbare ceinturé de crânes, arborant une dague à tête d’éléphant, suit le guide qui tient la torche enflammée. Soudain fracas de hurlements et un jeune homme apparaît, très beau. Il dit répondre au nom de Kama et tend au guide quelques pièces de monnaie avant de se dissiper comme il se doit dans un nuage genre fumée…

Surpris, l’étrange duo continue néanmoins son chemin, le guide serrant dans sa paume les pièces qui ne sont en fait que des osselets. Ils parviennent à un village aux habitations vétustes. Au bout d’une ruelle bordée de ronces, une colline recouverte de petites lueurs brillantes dans l’obscurité. Des fleurs, celles que l’on nomme gouttes de lune.

Sur les flancs de la colline, se dresse une tente, blanche et circulaire. Non ce n’est pas une yourte. Et ceci n’est pas un roman.


cg 2003

19/12/2013

Cathy Garcia - Hamac

hamac.jpg

 

Hamac aux teintes d’automne, or rayonnant, trésor de houle. Du rêve au réel, équilibre, gauche, droite, latitude.

 

Nous sommes tissés de force et de faiblesse, nos motifs sont uniques. Diversité de l’Un juste pour le plaisir ? Le seul, celui de l’instant. Le plaisir en différé n’existe pas, le plaisir est ici et maintenant, ce n’est pas une philosophie c’est un constat.

 

cg in Chroniques du hamac, 2008



18/12/2013

Peter Keetman

Peter Keetman4.jpg

 

Toutes ces courses et consommations illimitées n’ont aucun sens. Gesticulations ridicules, drôles si on veut, mais si peu. Pardonnez-moi si je préfère la compagnie d’un arbre, d’un enfant, d’une fleur, d’une bête à celle des rayons fringues, lessives ou yaourts. Je n’ai jamais rien compris à cet amour là. Juste un trou de plus à la surface d’une lune égarée dans un système en carton-pâte, à combler de guimauve, de mensonges, d’artifices, d’articles en tout genre. Se faire sucer jusqu’à la moelle et sans aucun plaisir, à peine un mal de tête, de tuyaux enchevêtrés. Jeu des illusions, kaléidoscope enivrant. Une rengaine si usée, pourtant.

 

 

cg in Qué wonderful monde

(Nouveaux délits 2012 - coll. Les Délits Vrais n°1)

 

 

 

 

17/12/2013

Antonio Palmerini

antonio palmerini.jpg

Vertige en intraveineuse

Sous un ciel griffonné de gouttières

La fureur des girouettes

Sur le gris caillé des ardoises

 

Les enfants portent

Des ceintures de bouchons

A leur poignet sont liés

Des chants de grêle

 

Il est temps de sortir le baromètre

Des crues capiteuses

Et rejoindre l’esquif sourd

Des cavernes

 

cg in Météores, 2013

 

 

 

 

16/12/2013

Antonio Palmerini

antonio palmerini 00.jpg

 

Oubliez-moi, oubliez mon personnage, il n’est rien d’autre que le vent quand rien ne bouge.

 

Je m’absente pour vivre pleinement, comprenez-vous ? Et si je dois quitter mes mots pour cela ou plutôt ceux qui les lisent, je le ferai. Il y a un piège dans les personnages que nous créent les mots, ces personnages peuvent à chaque instant se refermer sur nous comme des vierges de fer. Ensuite, on ne nous entend plus, embrochés, pris au piège.

 

 

cg in Calepin paisible d'un pâtresse de poules

(Ed. Nouveaux délits, coll. les délits vrais n°2, 2012)

Patrick Bailly-Maitre-Grand - Soupirail

Patrick Bailly-Maitre-Grand Soupirail.jpg

 

AVIS DE DÉCÉS

 

La mélancolie est une fatigue de l’âme. La vie est un morceau de charbon où court la veine de l’amour, mais l’amour est mort.

 

cg in Un vanity de vanités (Aphodèle 2013)

 

 

15/12/2013

Olli Kekäläinen - Garbage

Olli Kekäläinen Garbage.jpg

 

PASSE LA PAILLE ET PASSE UN TOUR

 

 Le métro perd la raison

Le soleil espionne les poubelles
Les poissons manquent d'amour

 

Les heures surmédicalisées
Vendent à la sauvette
Leurs talismans de joies
Synthétiques

Des myriades cancéreuses

S’adonnent à des parenthèses

Auto-cannibales 

 

Une fenêtre amourachée
D'un épicier de nuit
Harponne un passant
Et s'invente une vie 

 

Pense à prendre du jus
à la prochaine planète service !
 
Le plomb les pierres
Le pétrole les mirages
Ont affreusement mutilé
Le ciel
 
L'avenir laid à faire peur
Se croyant suivi s’est dissous
Dans un trou noir fiché
D’un passe-muraille expert

En balistique écervelée


Quand on se cogne à dieu
Il nous renvoie

Dans une nouvelle direction

 

cg in Mystica perdita, 2009

 

 

12/12/2013

Ben Warner - Read But Not Seen Heard But Not Spoken - 2012

 

Ben Warner Read But Not Seen Heard But Not Spoken 2012.jpg

 

80’s

 

Je déteste le plastique les publicités

qui crient quand je hurle à l’amorrrr

 

poissons suffoqués

 illuminations soudaines

gerbes éphémères

mais où va-t-on ?

 

pantins des micro-cirques

grande descente

hypersonique

 

a flash in the night !

la grande prairie des rêves

les chevauchées mécaniques

que reste t-il entre nos mains

enfants du siècle de pacotille ?

 

just a flash in the night  

et la sueur scintillante

d’une boîte à rythme de merde.

 

cg in Pandémonium II

 

 

 

 

11/12/2013

Eugène Atget - Parc de Sceaux, 1925

EUGENE ATGET. Parc de Sceaux, 1925.jpg

 

ROMANTIKA

 

 

Sur les colonnes étrusques

Les colombes s'offusquent

Les Vénus callipyges

Elles aussi s'affligent

 

Les lilas frissonnent

Des Cupidon s'adonnent

Sous le ciel froissé

À des plaisirs glacés

 

Les fontaines chagrines

Entre buissons d'épines

Et noires dentelles

Sanglotent sur les margelles

 

Au fond du val sans retour

A jamais pour toujours

Les âmes en peine papillonnent

Au cœur des belladones.

 

 

cg in Au fond du tiroir

Livre d'artiste

http://ledecompresseuratelierpictopoetiquedecathygarcia.h...

 

 

 

Cathy Garcia - Papiers de Chine

chineese paper.jpg

 

PORT DE CHINE

 

Mer d'huile, bateaux silencieux

Glissant sur les ténèbres moites

Nuit d'encre, nuit de Chine

Aux relents opiacés

 

Des matelots

Sur les quais

Cherchent l'amour

Vite consommé

Sur des fillettes

Au sourire figé

 

Nuit de chats siamois

Aux corps pelés

Ombres furtives

Sur les clapotis

La peau qui transpire

Les gestes inquiets

 

Au fil des trottoirs

Les lames fleurissent

Les corps s'affalent

Faux-pas dans le noir

La nuit reste immobile

Et laisse passer le crime

 

Port de Chine

Ou d’ailleurs

 

 

cg in Ailleurs simple (Ed. Nouveaux Délits 2012)