Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2013

Linda Matalon - Untitled 2013

Linda Matalon0.jpg

 

 

CONSOMPTION

  

joker triste mine

léthargie dégainée

folie compensatoire

à la foire aux paumés

où la terre est égale

à elle-même

 

 profonde

 

 la merde n’a paraît-il aucune saveur

 les substances taboues ne nous gênent plus

nous cherchons les sutures de l’extrême limite

sans jamais connaître le nom de l’opérateur

 

il n’y a personne au bout du fil

pas même un corps qui se balance

seulement ces voix surfaites

parfaitement anonymes

 

une anesthésie en boucle

profondément insipide

 

 

cg in Pandémonium II

 

28/11/2013

Nadia Maria

Nadia Maria 1500.jpg

 

Jardin du causse, ce matin, réveil sous couvercle d’eau grise puis le vent l’a chassé, a déployé un grand drap bleu sur lequel s’est étendu le soleil, à son aise. Allons goûter dehors des figues bien mûres et des amours en cage. Les araignées cachées dans le massif de sauge ont capturé dans leurs toiles des diamants étincelants.

 

cg in Jardin du causse, 2004

(Ed. de l'Atlantique 2011)

 

 

 

 

 

27/11/2013

Cathy Garcia - Se faire feuille

se faire feuille (2).JPG

 

J’observe des fourmis aller et venir sur et sous les feuilles mortes et aussitôt, une sensation d’enfance qui remonte d’on ne sait quel repli de la mémoire. C’est à la fois agréable et étrange, comme un trou de ver dans l’espace temps où naissance et mort ne feraient plus qu’un. Ce qui nous relie à l’enfance, ce sont les rythmes de la nature, l’éternel cycle, têtu, qui fait que toujours et encore, ressurgissent ici et là, pâquerettes et violettes, et que les feuilles viendront rhabiller les arbres.

 

cg in A la loupe, tout est rituel

Morfi Jang

Morfi Jang.jpg

 

Ma fleur ciselée, courtisane alanguie, dessaisie du secret de l’île, des jardins, des labyrinthes. Démangeaisons du pinceau, tissages de rondeurs.

Vertige des textures.

 

L’horizon et sa coquille rouge sur un drap trop blanc.

 

 

cg in Le poulpe et la pulpe (Cardère 2011)

 

 

 

 

 

Chin-San Long - The Morning Light - 1975

Morning Light by Chin-San Long, 1975.jpg

 

Il fait chaud et lourd. Hier soir, c’était la pleine lune et j’ai fait l’amour. Il ne faut pas très longtemps pour oublier ce que c’est. Quand on a fait l’amour, le corps n’est pas le même. C’est comme s’il était plus vivant. Certains diraient que son taux vibratoire a augmenté. Peut-être. Sans doute. Je dirais en tout cas que c’est comme une fleur qui s’ouvre à l’humidité.

 

cg in Calepin paisible d'une pâtresse de poules

(Ed. Nouveaux Délits - Coll. Les Délits Vrais n°2, 2012)

 

 

 

26/11/2013

Monika Serkowska - That's enough

monika_es that's_enough.jpg

 

Danser, danser et voilà le quotidien gueule de bois. Mauvais champagne et futilités, les lendemains déchantent forcément. Le poids du vide, du vain, de l’échec. L’impossibilité de croire encore. La douleur qui couve, il suffit de pas grand-chose pour perdre le goût de tout, car une seule chose nous est indispensable : l’amour. Un véritable amour, qui nous donne des ailes, gonfle le cœur comme les voiles d’un bateau, prêt à prendre le large. Son absence ou son mensonge, et c’est le naufrage.

 

 cg in A la loupe, tout est rituel

 

 

 

 

 

25/11/2013

Minor White - White Point Lobos, California - 1951

minor white WhitePointLobos.jpg

Soumise

Tel fut mon satori

Ma beauté demeure

Hors de ta portée

 

cg in Le chant de la Vieille

 

 

HAYASHI Takahiko - 2013

HAYASHI Takahiko 20130.jpg

 

ILLUMI-NÉ

 

Et je vous dis encore

Attendez un peu

Attendez qu'on soit mort

Écoutez un peu 

Nous n’avons pas dit notre dernier mot

N’avons pas tiré notre chapeau

La vie c'est plus que ça

Beaucoup, beaucoup plus que ça

Ça commence bien avant

Et ça ne finit jamais

Nous ne sommes jamais plus vivants

Que lorsque nous ne sommes pas nés 

Alors attendez

Attendez encore un peu

Il y a des choses qu'il faut savoir

Approchez, approchez

C'est encore mieux

Pour comprendre l’histoire

Derrière le message

Il y a la signification

Et après le message

Il y a l’interprétation

Le verbe est une spirale

L'ADN est une spirale

Ce qu'on avale nous avale

Tout ça me parait normal

Il y a un point

Où tout s'annule

Après ce point

Tout s'accumule

Attendez ne partez pas !

Attendez ! Écoutez-moi !

S'il vous plaît

Attendez, encore un peu

Vous n’êtes pas encore nés.

 

cg 1995 in Trans(e)fusée

 

 

24/11/2013

Mike Crawley

Mike Crawley.jpg

Mes yeux sont des miroirs en flammes, mon sexe un coquillage dans ta paume fraîche.

Poumons, torse, seins, veines. Météores de désir aux frontières de chair. Écume de jasmin.

 

 

Cg in les mots allumettes (Cardère 2012)

 

 

 

 

 

Minayoshi Takada

Minayoshi Takada n.jpg

 

Intuitions et évidences tricotent leurs filets pour les pêcheurs de mystères fugaces.

Le saisissement est tel, nul retour n’est possible.

 

cg in Les mots allumettes (Cardère 2012)

 

 

 

 

 

 

 

HAYASHI Takahiko - 1986

HAYASHI Takahiko 1986.jpg

 

L’enclos en soi de ce qui se tait. Ce qui est noir dans l’obscurité, si rouge dans le sang.

Le cœur sous la chair, près de la rouille des poumons.

 

Couler à l’horizontale ou à la verticale, là est toute la différence.

 

Déloyale consolation, l’horizon est une escale.

Simulacre d’abîme. Le chagrin s’assagit.

 

Sur mes tempes galopent des chevaux blancs aux crinières salées et le taureau est toujours seul au centre de l’arène. Il martèle la poussière, les naseaux luisants.

 

 

cg in Les mots allumettes (Cardère 2012)

 

 

 

Mikko Lagerstedt

Mikko Lagerstedt2.jpg

 

Que devient le monde livré à de vieux enfants qui ne rêvent que de téter aux mamelles de la jeunesse éternelle ? Larves confites dans du sucre à la violette synthétique. Leurs inquiétudes remplissent les supermarchés. Toutes ces courses et consommations illimitées n’ont aucun sens. Gesticulations ridicules, drôles si on veut, mais si peu. Pardonnez-moi si je préfère la compagnie d’un arbre, d’un enfant, d’une fleur, d’une bête, à celle des rayons fringues, lessives ou yaourts. Je n’ai jamais rien compris à cet amour là. Juste un trou de plus à la surface d’une lune égarée dans un système en carton-pâte, à combler de guimauve, de mensonges, d’artifices, d’articles en tout genre. Se faire sucer jusqu’à la moelle et sans aucun plaisir, à peine un mal de tête, de tuyaux enchevêtrés. Jeu des illusions, kaléidoscope enivrant. Une rengaine si usée, pourtant.

 

Cg, 2009 

in Qué wonderful monde (Nouveaux délits 2012 - coll. Les Délits Vrais n°1)

 

 

Michael Ticcino - Tendrils of time

Michael Ticcino tendrils_of_time_10.jpg

 

 

23/11/2013

Mikaylah Bowman

Mikaylah_Bowman_02.jpg

 

vapeur

la traversée l’entre-deux mondes  

 je sens la force qui émane

des anciens sillons

je sens la chaleur des entrailles

la rougeur organique

les flux de la peur

et du désir qui tressaute

 

cg in Salines, 2008

 

 

 

Mikaylah Bowman

Mikaylah Bowman.jpg

 

A LA POINTE DE L'ÉCORCHURE

 

dégouliner

face obscure

enrager jusqu'à plus soif

la fureur bat les flancs

met les cafards à gésir

crache à mots drus

de gluantes folies

 

 l’œil 

reste pendu

à l'insomnie

 

in Mon collier de sel