Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2019

Le cueilleur d'arbres de Steven Artels (2009)

 

Si vous êtiez à la vallée de Joux et que vous vous baladiez dans la forêt du Risoud, il se pouvait bien que vous tombiez nez à nez avec un véritable troll, un personnage fantastique aux mains de géant et aux yeux d'enfant. Cet homme de 80 ans qui grimpait encore aux arbres comme un écureuil s'appelle Lorenzo Pellegrini. Bûcheron à la retraite depuis 15 ans, il continuait à arpenter quotidiennement les bois pour s'occuper de ses compagnons de toujours : les arbres. Des milliers d'arbres avec lesquels il avait tissé une relation si intime qu'elle semblait magique... Steven Artels avait rencontré le cueilleur d'arbres pour nous faire partager son univers empreint de poésie.

Le retraité savait comment parler aux arbres, il les enlaçait et leur parlait presque avec les yeux. Ses journées étaient consacrées à dénicher les «bois de résonance», ces épicéas rouges aux propriétés si recherchées par les luthiers et fabricants de guitares. Les arbres devaient être droits, répondre au toucher: il n’y en aurait qu’un sur dix mille. L’homme du Brassus s’en est finalement allé dans sa 85e année, sans doute pour vérifier si les épicéas du paradis étaient bien entretenus.

Il devait sa silhouette voûtée et ses incroyables mains à toute une vie passée dans les bois. Lorenzo Pellegrini est né dans une famille pauvre de Lombardie, au milieu de onze frères et sœurs. Il est placé dans une famille à l’âge de sept ans, et envoyé faire la saison dans les bois des Abruzzes. Le travail se fait à la hache, les mulets sont rares et le premier village à cinq heures de marche. Mais ses racines, il les prendra en arrivant à La Vallée dans les années 50, découvrant les épicéas quatre fois centenaires du Risoux qu’il entend jardiner et transmettre aux générations futures. «Il parlait peu, mais il a transmis beaucoup à ceux qui ont eu la chance de l’accompagner dans les bois, raconte le luthier Jeanmichel Capt. Il nous laisse ses coins à épicéas, mais nous a surtout appris à ne pas regarder seulement la réalité, aussi les informations non objectives de cette forêt.»

 

Lorenzo Pellegrini est décédé en 2014 à l'âge de 84 ans.

 

 

 

 

SIBEL de Çağla Zencirci & Guillaume Giovanetti (2018)

 

 

 

Sibel, 25 ans, vit avec son père et sa soeur dans un village isolé des montagnes de la mer noire en Turquie. Sibel est muette mais communique grâce à la langue sifflée ancestrale de la région. Rejetée par les autres habitants, elle traque sans relâche un loup qui rôderait dans la forêt voisine, objet de fantasmes et de craintes des femmes du village. C’est là que sa route croise un fugitif. Blessé, menaçant et vulnérable, il pose, pour la première fois, un regard neuf sur elle.

 

 

 

 

16/05/2019

Paris Stalingrad de Hind Meddeb, co-réalisé par Thim Naccache (2019)

 

 

 

 

13/05/2019

La maison sans toit (Haus Ohne Dach) de Soleen Yusef (2016)

 

 

 

 

 

08/05/2019

Le chant de la forêt de Renée Nader Messora et João Salaviza (2019)

 

Ce soir, dans la forêt qui encercle ce village au nord du Brésil, le calme règne.
Ihjãc, un jeune indigène de la tribu Krahô marche dans l’obscurité, il entend le chant de son père disparu qui l’appelle. Il est temps pour lui d’organiser la fête funéraire qui doit libérer son esprit et mettre fin au deuil. Habité par le pouvoir de communiquer avec les morts, Ihjãc refuse son devenir chaman. Tentant d’échapper à son destin, il s’enfuit vers la ville et se confronte alors à une autre réalité : celle d’un indigène dans le Brésil d’aujourd’hui.

Casting : Henrique Ihjãc Krahô, Raene Kôtô Krahô
Et les habitants du village de Pedra Branca - Territoire Indigène de Krahô

Date de sortie : Le 8 mai 2019 au cinéma

 

 

06/05/2019

Dieu existe, son nom est Petrunya de Teona Strugar Mitevska (2019)

 

 

Los silencios de Beatriz Seigner (2018)

 

 

 

04/05/2019

Border d'Ali Abbasi (2018)

 

 

 

 

 

01/05/2019

L'époque, un documentaire de Matthieu Bareyre (2019)

 

Du Paris de l’après-Charlie aux élections présidentielles, une traversée nocturne aux côtés de jeunes qui ne dorment pas : leurs rêves, leurs cauchemars, l’ivresse, la douceur, l’ennui, les larmes, la teuf, le taf, les terrasses, les vitrines, les pavés, les parents, le désir, l’avenir, l’amnésie, 2015, 2016, 2017 : l’époque.

 

 

 

 

30/04/2019

Comprame un revolver de Julio Hernandez Cordon (2019)

 

 

 

LES OISEAUX DE PASSAGE de Ciro Guerra et Cristina Gallego, sortie le 10 avril 2019

 

 

Le réalisateur colombien Ciro Guerra (El abrazo de la Serpiente, 2015) signe avec Cristina Gallego une fresque épique racontant, chez les tribus indigènes wayúus, les origines des cartels de la drogue qui ont signifié la perte des valeurs morales dans cette société matriarcale – tandis que tout un pays basculait dans la tragédie de la violence. Le récit commence dans les années 1970 alors que Rapayet, pour réussir à payer la dot exorbitante exigée par la mère de Zaida, se lance dans le trafic de marijuana, l'herbe dont raffole la jeunesse des Etats-Unis. La richesse s’installe dans ce groupe ethnique oublié du développement de la Colombie, suscitant jalousie et guerres de clans.

 

 

27/04/2019

Tiempo Compartido par Sebastian Hofmann (2018)

 

 

 

06/04/2019

Les Arbres Remarquables - Un patrimoine à protéger, par Jean-Pierre Duval et Caroline Breton - sortie le 3 avril 2019

 

 

 

 

 

 

30/03/2019

1971 : Le cinéma selon Agnès Varda | Archive INA

 

 Bon voyage et profonds hommages à une grande, grande d'âme !

 

 

 

 

22/03/2019

Le Silence des Autres, documentaire d'Almudena Carracedo et Robert Bahar (2019)

 

 

1977. Deux ans après la mort de Franco, dans l’urgence de la transition démocratique, l’Espagne vote la loi d’amnistie générale qui libère les prisonniers politiques mais interdit également le jugement des crimes franquistes. Les exactions commises sous la dictature et jusque dans les années 1980 (disparitions, exécutions sommaires, vols de bébés, torture) sont alors passées sous silence. Mais depuis quelques années, des citoyens espagnols, rescapés du franquisme, saisissent la justice à 10.000 kilomètres des crimes commis, en Argentine, pour rompre ce « pacte de l’oubli » et faire condamner les coupables.