Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2015

André Laude

 

ici meurt sauvagement le vent
j'écris la perte le manque absolu
A grandes rafales de sang
je balaie le carrelage de l'aube
où mon corps chaud encore
diminue devient invisible
où mon index de lune froide
pointe encore un tropique
le ventre de la mère
sauvé de la destruction par la langue chair et suffocation.

 

in 19 lettres brèves à Nora Nord

 




 

23:43 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Jean Gédéon

 

Crainte d’une faille dans la mécanique 

par où s’engouffrerai l’entre-deux 

innommable.

 

Ce lieu de personne 

avec ses chemins de broussailles têtues 

où se cognent les rêves.

  

in Matières premières

 

 

21:33 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Alain Hélissen

 

 

Il y a 

dites-vous 

encore 

trop 

de

 

leçons

mal apprises 

trop de lacunes 

de confusion 

de trous 

d’excroissances 

d’amalgames 

de fautes de 

syntaxe de style de goût de jeunesse de frappe de non-concordances des temps 

d’ailleurs incertains 

d’ici controversés 

de lendemains qui 

chantent faux 

de pannes inexpliquées 

d’erreurs d’aiguillage 

d’étourderies de montage 

de retards d’exécution 

de mauvaises passes 

de situations d’échec 

de macérations oubliées 

de vapeurs non identifiées 

de colportages intempestifs 

d’exagérations perdues 

de pendules mal réglées 

de fiches non répertoriées

d’artistes égarés en 

quadruple file et 

qu’on ne revoit plus 

toute la sainte 

journée

 

 in Le rappel des titres

 

 

20:54 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Francis Ricard

 

Être poète c’est être en permanence en instance d’expulsion

 

 in la poésie m’emmerde

 

 

18:58 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Alex Jacquin-Ng

 

Je suis un et indivisible monument du ratage

de votre chaîne de production de couillons.

 

 in Le projet terreur

 

 

18:51 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Mahmoud Darwich

 

Le présent nous étouffe et déchire les identités. C’est pourquoi je ne trouverai mon moi véritable que demain, lorsque je pourrai dire et écrire autre chose. L’identité n’est pas un héritage, mais une création. Elle nous crée, et nous la créons constamment. Et nous ne la connaîtrons que demain. Mon identité est plurielle, diverse. Aujourd’hui, je suis absent, demain je serai présent. J’essaie d’élever l’espoir comme on élève un enfant. Pour être ce que je veux, et non ce que l’on veut que je sois.

 

 

14:27 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

07/02/2015

Jean-Yves Vallat

 

Je veux parler d’un désert monstrueux, le désert parfaitement planétaire, parfaitement mondialisé. Le désert de l’Homme par l’Homme, celui qu’il édifie dans son cœur, lui l’orgueilleux qui marche sans mémoire.

 

 in Itinéraires vers le silence

 

 

14:37 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

06/02/2015

Proverbe afghan

 

Si la chance est avec toi, pourquoi te hâter ?

Si la chance n'est pas avec toi, pourquoi te hâter ?

 

 

19:11 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Proverbe khmer

 

Le poisson attrapé est toujours petit,

le poisson échappé est toujours grand.

 

19:05 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

André Laude

 

 

 

Un enfant marche en sifflotant aux limites du visible

il n'a pas du tout l'air craintif.

 

A ses tempes des boucles de neige doucement tremblent

Il est du pays d'au-delà des moissons déchiquetées

par les pics d'au-delà les grands murs lépreux qui se taisent

Il est du pays des alchimistes et des brûleurs de souches pourries

 

 

in 19 lettres brèves à Nora Nord

 

 

18:40 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

04/02/2015

Jean-Yves Vallat

 

Souffles jumeaux de la marche et du métier de se taire. Celui de renoncer au silex des mots, à leur envie de puissance, à leur impatience de torrent, eux qui devraient toujours se cantonner à la source, où l’ombre porte encore nourriture et secret. 

 

in Itinéraires vers le silence

 

 

19:39 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

03/02/2015

Alain Suied

 

Nous perdons toute chose

 Et le rêve à chaque

 Instant

 Se recompose

 

 

20:59 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

01/02/2015

Jean Gédéon

 

Une ouverture sombre et à l’intérieur,

 des siècles de fantômes dépenaillés

 grimpant à l’assaut du pays de cocagne.

 

in La peur

 

 

20:35 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Eric Simon

 

Tout est devenu d’une incroyable simplicité 

Même les montagnes on peut les voir à plat 

De temps en temps pourtant la mer se soulève 

Et rappelle qu’il reste encore des innocents

 

 in Chose Dite

 

 

20:24 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Michel Talon

 

Parfum 

Comme un éclair 

Dans les rues à rimmel. 

 

Dans les fin fonds du ciel, 

tout s’ouvre, tout se ferme : 

Un brouillard d’anges 

donne le ton, dessine un visage. 

 

On va vers le sommeil

Sans laisser d’adresse. 

On ne sait déjà plus pourquoi.

 

  in Paris : les Halles

 

 

 

 

16:08 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)