Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/06/2016

Perrine Le Querrec

 

Il ne faut pas fermer la porte mais la claquer derrière soi et partir pour toujours.

 

in La Patagonie

 

 

 

18:53 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (1)

15/06/2016

Jean-Claude Fignolé

 

Agénor avait vécu retiré avec sa femme aux limites du cimetière, cultivant dans la solitude de sa chaumière un goût de la singularité qui avait ouvert la porte à tous les fantasmes. Il dormait le jour, péchait la nuit, rentrait à l’aube, sa tête et son panier pullulant de poissons aussi gros que l’église. Les hommes du village le disaient bizarre. Certains insinuaient même qu’il était fou. Ils l’avaient jugé différent pour mieux opposer à cette différence une attitude collective dans laquelle entraient sans aucun doute la crainte, l’envie, la jalousie sinon la haine.

 

in Les possédés de la pleine lune

 

 

 

12:32 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Guénane

 

A Venise

apprendre avec les chats

l'art de s'évanouir

  

in Venise ruse

 

 

 

12:29 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Saïd Mohamed

 

Idiot indécent qui crie sa joie sans attendre de réponse.

 

Pareil à une litanie qui de voûte en voûte va

En roulant jusque sous les portes. 

 

in L’éponge des mots

 

 

 

12:29 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

14/06/2016

Georges Bataille

 

Je bois dans ta déchirure

Et j'étale tes jambes nues

Je les ouvre comme un livre

Où je lis ce qui me tue.

 

in L'archangélique

 

 

 

 

19:25 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Julie Bonnie

 

Mes émotions, mon amour, sont d’une violence si incontrôlable et me laissent vulnérable. Si vulnérable. 

 

in Mon amour 

 

 

 

19:11 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Louis Scutenaire

 

Toute sa vie, l'homme ne fabrique rien autre que des pièges à femmes.

 

in Mes inscriptions (1943-1944)

 

 

 

19:01 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

13/06/2016

Ricardo Adolfo

 

Il n’y a que le présent qu’on n’allait pas perdre puisqu’il nous collait à la peau.

 

in Tout ce qui m’est arrivé après ma mort

 

 

 

22:07 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Thomas Vinau

 

Souvent j’ai l’impression

d’être un sachet de thé

dans l’eau tiède du monde

mais parfois me rattrape

la sensation violente

d’être une goutte d’eau

saturée de saveurs

dans une boite à thé 

 

in Juste après la pluie

 

 

 

16:20 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Charly Delwart

 

Il y a une théorie qui disait que toute parole qu’on ne dit pas est une particule d’énergie qu’on garde pour soi, que cela rend plus fort, et c’est cela dont j’avais besoin, d’énergie, d’être plus concentrée, plus avec moi-même.

 in Chut 

 

 

16:11 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Marlène Tissot

 

J’emmerde les évidences

 

Les choses parlent d’elles-mêmes

les gens aussi

assez souvent

 

in j'emmerde

 

 

 

11:57 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Hugh Howey

 

Cet espoir mortel et inexprimé qui vivait en chaque habitant du silo. Un espoir ridicule, fantastique. L’espoir que, peut-être pas pour soi, mais pour ses enfants, ou pour les enfants de ses enfants, la vie au-dehors redevienne un jour possible.

 

 in Silo

 

 

 

11:49 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

12/06/2016

Yu Hua

 

Ici errent de tous côtés des silhouettes sans sépulture. Ces formes qui ne peuvent trouver un lieu de repos ressemblent à des arbres en mouvement. Tantôt ce sont des arbres isolés, tantôt des pans de forêts.

 

in Le septième jour

 

 

 

19:24 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Patrick Devaux

 

 

 

Elle avait, en tout cas, nettement, les yeux gris.

Un gris de ciel d’automne à faire mourir d’amour un parapluie.

 

  

in Les mouettes d’Ostende

 

 

 

 

 

 

 

14:32 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

11/06/2016

Federico Garcia Lorca



Mort au petit matin

Nuit aux quatre lunes
 avec un seul arbre,
 une seule ombre,
 un seul oiseau.

Je cherche sur mon corps
 la chaleur de tes lèvres.
 La source baise le vent
 sans le toucher.

J’ai le Non que tu m’offris
 dans la paume de ma main
 comme un citron de cire
 presque blanc.

Nuit aux quatre lunes
 avec un seul arbre.
 À la pointe d’une aiguille
 tourne, tourne mon amour !



in Chansons de lune. Poésies 1921-1927

 

 

21:25 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)