Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2015

Diane Meunier

 

Ou alors c’est la nuit

qui s’éveille et se promène dans ma tête

et court dans ma poitrine sans un bruit

en plein jour

 

 

 

05/10/2015

Marcelin Pleynet

 

À n'en pas douter, là où la poésie est dérisoire 

 la société est une société des amis du crime, 

 les hommes y vivent et meurent ensemble en enfer.

 

 

 

Saïd Dib

 

La végétation seule

 

détient notre arrivée.

 

Pourriture, veux-tu inventorier

 

mes branches ?

 

 

in Tranquillement tranchant

 

 

 

 

François Cheng

 

Consens à la brisure

C’est la que germera

Ton trop-plein de crève-cœur

Que passera un jour

A ton insu

La brise.

 

 

 

04/10/2015

Alexandre Romanès

 

 Courir dans les champs,
sentir le vent,
ce n'était pas assez.
...Comme tous ceux
qui n'ont rien dans la tête,
moi aussi j'ai cru
qu'il fallait faire des choses.

 

 

 

Cécile Oumhnani

 

Les oiseaux tendent au ciel les draps

 

Qu’ils ont lavé dans la rumeur des torrents

 

 

in De passages et d’envols

 

 

 

02/10/2015

Claire Hexer

 

 

Non, je ne peux pas vous dire. Je ne sais rien. Je peux vous offrir de l’espace –un peu-, mais pas créer le vôtre. Nous sommes tous passagers, que croyez-vous ? Le Capitaine, me semble t-il, est mort depuis longtemps. Il nous reste la musique des vagues. Quelle autre évidence d’ailleurs que les battements du cœur ?

 

 

 in L’entredeux

 

 

 

Tristan Cabral

  

 

et je prendrais le temps !

de démentir le faux sacré, les règlements, les messes,

 les clôtures, les papamobiles, les derviches tueurs,

 les fous de Dieu, la sainteté des échafauds, les catéchismes,

 les bûchers de Montségur, les leçons de Ténèbres,

 la grande peur du buisson noir des femmes et

 des cheveux défaits !

 

 

 

01/10/2015

Thomas Vinau

 

Lettre de démission la plus courte du monde

 

Monsieur,

 On peut mourir demain

 Alors j’ai pas trop le temps

 De me faire enculer

 Bien cordialement

 T.

 

 

 

29/09/2015

Claire Hexer

 

Entendre reste possible. Grinçant, dites-vous, mais quand diable avez-vous reçu la promesse de l’harmonie facile ?

 

Oui, je pourrais être fatigué de vos questions. Je transporte les miennes, en sac sciant l’épaule. Incrustations : il n’est pas question de s’en défaire. Vaciller doit-être le propre de beaucoup d’entre nous.

 

Il y a là aussi ma vieille compagne, cette intrinsèque béance. Je ne vous la présente pas, vous connaissez ses traits ; une de ses sœurs marche dans votre ombre.

 

 in L’entredeux

 

 

 

28/09/2015

Colette Muhyard

 

Et si l’arbre sous le vent

Secoue ses oiseaux

Je ne veux point sous le jour

Secouer mes rêves

 

 

 in Ferveur

 

 

 

27/09/2015

Diane Meunier

 

Je sais qu’elle a raison : le bonheur est une sorte de mort

 

un engourdissement malsain

 

un ennui profond plombé de lumière et cette lumière est dangereuse

 

 

 

in Abattre les cathédrales

 

 

 

 

Diane Meunier

 

  

Par-dessus la terre

  quand la brume blanche se mêle à l’air bleuté

  on pourrait croire

 

 miracle ! –

 

 que tout semble pardonné

 

 

in Poésie Aggravée

 

 

 

25/09/2015

Anna Blandiane

 

 

C’est pour vous que j’ai neigé cette nuit

 

 

 

 

 

Pascal Perrot

 

J’ignore si mon pays a la taille d’un monde

 Où si pareil à ces miniatures orientales

 Il dresse ses cités sur l’ongle d’un index

 

 Je ne sais rien de lui, il ne sait rien de moi

 Mais une force inconnue l’un vers l’autre nous aimante

 Il faudra bien qu’un jour nos douleurs se répondent

  

in L’exilé intérieur