Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/09/2020

Sanaga

Sanaga.jpg

 

 

 

Hein ?

116902575_10158018268199934_1961800903946281045_n.jpg

 

 

 

19:45 Publié dans MESSAGES | Lien permanent | Commentaires (0)

Anaïs Charras

Anaïs Charras 36_o.jpg

 

EXIL

 

 

failles fissures entailles blessures

par où se glisser fuir

hors de la gueule puante du mépris camouflé

sous de belles déclarations avec lesquelles

le grand commerce se torche

 

et chacun chacune

clandestin clandestine

promu étranger étrangère

à sa propre existence

 

clouer son sourire

ne pas faire de bruit de remous

ne pas déranger

 

à l’étroit d’affublements de convenance

mâchonner une langue malapprise

qui écorche la bouche

cloue le sourire

 

failles fissures entailles blessures

et combien de disparus ?

 

 cg in Pandémonium II, à tire d'ailes 2019

 

 

 

 

Agim Sulaj

Agim Sulaj 9.jpg

 

 

 

 

Philippe Godard

 

Personne n’émigre pour le plaisir — voilà une vérité très simple que beaucoup veulent cacher. Si une personne laisse de bon gré sa terre et les siens, on ne l’appelle pas un migrant mais un touriste ou un voyageur. La migration est un déplacement forcé ; c’est errer à la recherche de meilleures conditions de vie. […]

…à cause de guerres, de coups d’État, de catastrophes écologiques, de famines ou du fait du simple fonctionnement normal de la production industrielle (destruction des campagnes et des forêts, licenciements de masse, etc.).Tous ces facteurs composent une mosaïque d’oppression et de misère dans laquelle les effets de l’exploitation deviennent eux-mêmes des causes de souffrance et de déracinement, dans une spirale infinie qui rend hypocrite toute distinction entre « évacués », « migrants », « exilés », « demandeurs d’asile », « réfugiés », « survivants ». Pensons à quel point les prétendues urgences écologiques (pénurie en eau,  désertification, stérilité des champs…) sont en réalité sociales […].

 

in L'anarchie ou le chaos

 

 

 

 

 

19:33 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

01/09/2020

John Lennon - Working Class Hero

 

 

 

 

20:27 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Polyp

Polyp 2.jpg

 

 

17:47 Publié dans WE HUMANZ | Lien permanent | Commentaires (0)

Germaine Tillion

 

L'humanité se compose de deux minuscules minorités : celle des brutes féroces, des traîtres, des sadiques systématiques d'une part, et de l'autre celle des hommes de grand courage et de grand désintéressement qui mettent leur pouvoir, s'ils en ont, au service du bien. Entre ces deux extrêmes, l'immense majorité d'entre nous est composée de gens ordinaires, inoffensifs en temps de paix et de prospérité, se révélant dangereux à la moindre crise.


in Le diable est-il libéral ?, 2001

 

 

 

17:41 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Les En-dehors d'Anne Steiner

  •  
  •  

 

 

 

2019

13 x 20 cm | 288 p. | 19 euros
isbn 9782373090574

50 illustrations d'époque

Les En-dehors

Anarchistes individualistes et illégalistes
à la « Belle Époque »

Anne Steiner

Ils ont vingt ans en 1910 et se définissent comme des « en-dehors ». Refusant de se soumettre à l’ordre social dominant, ils rejettent aussi tout embrigadement dans les organisations syndicales ou politiques. Pour eux, l’émancipation individuelle doit précéder l’émancipation collective.
Leur refus des normes bourgeoises, comme des préjugés propres aux classes populaires, les conduit à inventer d’autres relations entre hommes et femmes, entre adultes et enfants, et à développer un art de vivre transgressif. Leur refus du salariat les conduit à expérimenter la vie en communauté et à inventer d’autres modes de consommation, mais aussi à emprunter la voie de l’illégalisme – dont le périple tragique de la « bande à Bonnot » est la plus célèbre illustration.
En révolte contre sa famille, Rirette Maîtrejean, arrivée à Paris à l’âge de seize ans, devient l’une des figures de ce milieu. Son parcours sert de fil conducteur à ce passionnant récit. À ses côtés, nous découvrons tous les acteurs de cette épopée anarcho-individualiste qui ont expérimenté ce précepte de Libertad : « Ce n’est pas dans cent ans qu’il faut vivre en anarchiste ». Exigence que plus d’un paya de sa liberté et même de sa vie.

https://www.lechappee.org/collections/dans-le-feu-de-l-ac...

 

Anne Steiner est maître de conférences en sociologie à l'université de Paris Ouest-Nanterre. Elle a travaillé sur les mouvements de lutte armée des années 1970 (RAF. Guérilla urbaine en Europe occidentale, L'échappée), la fonction sociale du café dans les anciens quartiers populaires, et enfin sur le mouvement individualiste anarchiste (Les En-dehors. Anarchistes individualistes et illégalistes à la " Belle époque ", L'échappée). 

 

Pour en savoir plus sur Albert Joeph Libertad : https://maitron.fr/spip.php?article154625

 

 

 

 

 

31/08/2020

Alain Guyard, philosophe forain : Philosopher avec les marges pour interroger la normalité

 

 

 

Serge Carfantan

« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes. L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées.

 Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle.

 Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité, et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie.

 Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des informations et des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser.

 On mettra la sexualité au premier plan des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté, de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté.

 Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur.

 L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu. Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutiennent devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir. »

 

Une prosopopée du cynisme politique incarné par le personnage cynique du "meilleur des mondes" d'Aldous Huxley (1931)

Extrait de « Sagesse et révolte »,  leçon 163, 2007

http://www.philosophie-spiritualite.com/cours/sagesse_rev...

 

 

 

15:25 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

16 Horsepower - Burning Bush

 

 

 

 

 

 

15:24 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Erich Maria Remarque

 

2089998011_small_1.jpg

Auteur inconnu - Première guerre mondiale

 

Je n'ai encore jamais entendu crier les chevaux et je puis à peine le croire. C'est toute la détresse du monde. C'est la créature martyrisée, c'est une douleur sauvage et terrible qui gémit aussi. Nous sommes devenus blêmes. Detering se dresse : Nom de dieu ! achevez-les donc ! [...] Je vous le dis, que des animaux fassent la guerre, c’est la plus grande abomination qui soit.


in À l’Ouest, rien de nouveau

 

 

 

11:06 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

30/08/2020

Emma Ruth Rundle - Darkhorse

 

 

 

23:51 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Alfred G. Buckham - Storm Center, 1920

Alfred G. Buckham  Storm Centre, 1920.jpg