Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2017

Oscar Rabin - Two Moons

Oscar rabine Two Moons.jpg

 

 

Heptanes Fraxion

 

elle dit ça
en souriant
Charline-au-chien
devant la bouche du métro
devant la bouche bée des passants
devant la viande des voisins
leur poids
leur argent
leur baie vitrée qui va bien

 

 

 

 

Bruno Montpied – La Belle et la Bête au pied

Bruno Montpied – La Belle et la Bête au pied.jpg

La liberté aurait-elle si bon goût, si je n’avais pas de chaînes à limer ? Je suis passée au-delà de la sincérité, je flatte et nourris la bête, je veux la voir grandir, lui donner des titres de noblesse, la tirer vers la lumière… Savoir, enfin !

cg in Journal 1999

 

 

 

 

 

 

 

Friedrich Schröder Sonnenstern - The Moon-Moralistic Veneration of the Artist's Bones - 1957

Friedrich Schröder Sonnenstern, The Moon-Moralistic Veneration of the Artist's Bones 1957_o.jpg

 

 

 

13/03/2017

Bonzaïs hallucinogènes chez Gros Textes - à réserver dès maintenant

Garcia.jpg

 

Bonzaïs Hallucinogènes

ou nano-histoires sans les nains

 

BZH002 small.jpg

suivi de

CONNE PLAINTE DU POÈTE

 

BZH004 small.jpg

 

 

DÉCOUVERTE

Le temps est un escargot supersonique.

Yesssssssssssssssss... !
 
 
*

MES CROCS NIQUENT DES CONS

Ceux qui ont de la chance finissent par croire qu’ils la méritent.
 
 
  
*

GAZ DE VIE

Il n'y a pas de réponse. Nous sommes tous peut-être des réponses à une question ou­bliée.

Question originelle et qui finalement n'était peut-être qu'un "quoi ?" lancé par le créateur surpris par son propre pet. Peut-être a t-il pensé alors qu'il n'était pas seul... et vois où ça nous a conduit. Le souffle, le verbe, tout ça, la poésie quoi.

Ô poète, divin péteur !

 

BZH003 small.jpg

 

Illustrations originales (collages) de l'auteur

ISBN : 978-2-35082-334-8

54  pages au format 15 x 10 cm,

 

6 € (+ 1 € de port – port compris à partir de l’achat de 2 exemplaires)

https://sites.google.com/site/grostextes/publications-201...

 

 

 

 

10:50 Publié dans MES LIVRES | Lien permanent | Commentaires (0)

L'ampleur des astres de Thierry Roquet

couverture-l-ampleur-des-astres.jpg

Mon petit florilège perso :

 

Douche froide

Quand un chômeur, il refroidit vite

 

*

 

24h sur 24

Je vis au jour le jour, surtout la nuit.

 

*

 

Origine

N’oublions jamais d’où nous venons : du trou du cul de la galaxie. Ça dégaze sec ! Et ça vous met des parfums d’étoiles pleins les narines !

 

*

 

Fort comme un chêne

Glander c’est résister à l’occupation.

 

*

 

Les mo®ts nous collent à la peau

Il s’est réincarné à spirales ; ça lui permet d’écrire encore un peu

 

 

Thierry Roquet in L’ampleur des astres - Fragmensonges de vie

Cactus Inébranlable édtions, septembre 2016

 

 

 

 

Prochainement chez Gros Textes : Débile aux trois quart de Patrice Maltaverne

Maltaverne.jpg

 

avec en couverture mon collage

Regard intérieur, 1997

 

pour commander :

https://sites.google.com/site/grostextes/publications-201...

 

 

 

 

 

 

 

 

11/03/2017

FPM 14, nouvelle formule, version A4

 

Reçue ce matin, belle et riche revue, heureuse d'en être, merci Jean-Claude Goiri !
 

16991855_1884278315119091_4873554138731488495_o.jpg

 
De grands espaces où s'ébattre avec les textes
Photo de couverture : Grégory Pichot.
Illustration du carnet : Jacques Cauda.
Peinture en quatrième de couverture : Doina Vieru.
 
Eric Dubois, Murièle Modély, Jean-Christophe Belleveaux, Emilie Voillot, Eve de Laudec, Flora Botta, Gabriel Henry, Jean Leznod, Patrick Le Divenah, Yve Bressande, Rodrigue Lavallé, Alexo Xenidis, Isabelle Alentour, Jean Piet, Diana Varela Punal, Julien Tardiff, Alain Minighetti, Hubert Le Boisselier, Margueritte C., Cathy Garcia, Florent Toniello, Nolwenn Euzen, Daniel Birnbaum, Hans Limon, Jacques Cauda, Philippe Jaffeux, Jacques Jean Sicard, Georges Thiéry, Christophe Sanchez, Murielle Compère-Demarcy, Hervé Jamin, Frédéric Dechaux, Thierry Radière, Christophe Siébert
 
 
 
 

10/03/2017

La chatte qui bulle

la chatte qui bulle.jpg

 

 

 

20:21 Publié dans MESSAGES | Lien permanent | Commentaires (0)

Telluria de Vladimir Sorokine

 trad. russe Anne Coldefy-Faucard

 Actes Sud, février 2017

CVT_Telluria_3970.jpg

352 pages, 22,20 €

 

Telluria est une sorte de grande fresque post-contemporaine qui propulse et bringuebale le lecteur dans les prochaines décennies du XXIe siècle, dans une Russie éclatée par des tendances séparatistes alors que les Chinois ont débarqué sur Mars, et sur un territoire plus vaste encore allant de l’Atlantique jusqu’au Pacifique, à travers une Europe post-wahhabite, elle-aussi éclatée. Une sorte de Moyen-âge de science-fiction dans lequel il est difficile de trouver des repères pour commencer, tellement c’est la pagaille. Ça démarre dans une sorte de fabrique de casse-têtes, où on comprend qu’il y a des petits et des grands, les petits étant vraiment minuscules et les grands vraiment géants. Et ce ne sont pas les seules créatures étranges qu’on croisera tout au long du foisonnement de ces 350 pages, des humains zoomorphes, des centaures et des robots… On y voyage plutôt à voiture à cheval, les autotractés étant de plus en plus rares, et elles roulent à la pomme de terre, certains privilégiés peuvent voler aussi avec des ailes motorisées. La dystopie fait dans le post-anachronisme.

Le lecteur qui tenterait de s’attacher en début de lecture à un quelconque fil en sera vite découragé, car en réalité Telluria est découpé en 50 chapitres, qui peuvent se lire chacun séparément, et plus encore, l’auteur y multiplie les codes, les styles et les genres, la narration littéraire et l’oralité, les hybrides entre eux, tant et si bien que cela donne le tournis mais attise aussi la curiosité car l’intérêt est sans arrêt relancé et le grotesque alléchant. C’est ce qu’on appelle le skaz, un genre littéraire typiquement russe.

Le lecteur comprend vite qu’il doit lâcher toute volonté et se laisser simplement conduire, ce qu’il finira par faire, perdu qu’il est dans cette mosaïque hallucinée, cette confusion des frontières à tous niveaux… Un élément cependant sert de lien, et cet élément se répand sur tout ce territoire et devient l’obsession principale de ce monde sens dessus dessous : le tellure, les clous de tellure, un métal plus fort que la plus forte des drogues, le summum du soma, qui est fabriqué en République de Telluria, dans l’Altaï, dont le président est Français. Ces clous doivent être plantés directement dans le crâne, selon un protocole précis, par des charpentiers plus ou moins qualifiés, dont certains parmi les plus renommés ont élevé cette activité au rang d’un art mystique et forment un ordre ressemblant à celui des Templiers. Ces clous une fois plantés permettent de réaliser les désirs et les rêves les plus fous, et notamment de rencontrer et échanger avec des personnes disparues, de vivre en temps réel n’importe quelle époque sous n’importe quelle forme et d’échapper ainsi à un monde chaotique, ravagé par la violence. Mais il y a aussi une idée d’initiation et d’enseignements tirés de ces expériences, pour ceux en tout cas, qui survivent à l’implantation.

Sous couvert d’allégorie fantastico-délirante, Telluria est un roman éminemment politique, qui questionne les rouages du système et les idéologies, les fantasmes de pouvoir, qui continuent à alimenter le désir de conquête.

 

Cathy Garcia

 

20422.jpgVladimir Sorokine né en 1955, ingénieurs et illustrateur, a commencé à écrire en 1977, connu surtout dans les milieux non-conformistes et devient un écrivain russe majeur après l’effondrement de l’Union soviétique, le parangon du post-modernisme. Ses romans, nouvelles, récits et pièces de théâtre sont de véritables événements, suscitant louanges, critiques acerbes, contestations, indignation, ils tournent tous plus au moins autour de la question du totalitarisme. Il est devenu la bête noire du gouvernement actuel. Écrit dans les années 1985-1989, Roman paru en 1994 est un de ses chefs-d’œuvre. Son roman Le lard bleu (1999) lui a valu une grande notoriété, et bien des problèmes, dont un procès pour pornographie. Plus tard, sortiront une trilogie, La Glace (2008) et une Journée d'un opritchnik (2008), Le Kremlin en sucre (nouvelles, 2011), La Tourmente (2011). Il est l’auteur également de pièces de théâtre, dont Dostoïevski-trip, paru chez Les solitaires intempestifs, en 2001.

 

Note parue sur la Cause Littéraire :

http://www.lacauselitteraire.fr/telluria-vladimir-sorokine

 

 

 

 

 

Cathy Garcia, D’ombres par JP Gavard Perret

Scan­ner la pénombre des mots

Avec D’ombres, Cathy Gar­cia a ras­sem­blé des poèmes écrits entre 1990 et 2013 qu’elle a illus­trés d’encres sub­tiles. Au départ, il existe un extrait de son jour­nal : « j’ai fixé le pla­fond où pen­dant long­temps, / des ombres m’ont fait des gri­maces… ». Et tous ses poèmes sont fidèles à l’univers de l’auteur : ils parlent de tris­tesse, de soli­tude, de drames (et elle sait ce dont elle parle) mais pour lut­ter de manière aussi déses­pé­rée qu’avec espoir face à la mort qui sans cesse « remonte ses bas » et est tou­jours prête à venir « tirer sur ton drap ».
C’est là, écrit super­be­ment Cathy Gar­cia, « soi­gner le noir par le noir / mettre des mots là où il ne faut pas / nar­guer la peur ». Il existe en consé­quence, et tou­jours dans l’œuvre, le sens de la lutte exis­ten­tielle et de l’avènement. Gar­cia Lorca n’est jamais loin.

Ecrire pour la créa­trice ne revient pas à tra­cer des signes mais tra­ver­ser des fron­tières, sor­tir du sillon, oser une danse qui n’a rien néan­moins de for­cé­ment nup­tiale. L’auteure sait mon­trer l’envers des mots, scan­ner leur pénombre. Dans les brèches de ses images se découvrent des lieux reti­rés de l’être. Et la poé­tesse tient le coup même lorsque les âmes, ayant perdu leur blon­deur d’épi, sont grises comme des chats la nuit.

jean-paul gavard-perret

Cathy Gar­cia, D’ombres,  A tire d’ailes, 2017 — 10,00 €.

 

http://www.lelitteraire.com/?p=28901

 

 

 

 

09/03/2017

Ma Yuan - de la série d'études sur les propriétés de l'eau - Southern Song Dynasty - Chine, 1190 - 1225 CE

Ma Yuan's studies of the properties of water,804_n.jpg

 

 

 

Tim Ingold

 

La poésie ne vient pas après la science, pour célébrer le triomphe de la raison sur la nature. Elle vient avant la science, lorsque, avec davantage d’humilité, nous reconnaissons que nous devons notre existence au monde que nous cherchons à connaître

 in Marcher avec les dragons

 

 

 

Paul Sérusier

Paul Sérusier 7.jpg

 

 

Octavio Paz

 

Les masses humaines les plus dangereuses sont celles dont on a injecté dans les veines le venin de la peur… la peur du changement