Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/08/2021

Marc Tison

 

L’affolement en moteur de désir
Et la route qui se barre en chewing-gum
La vrille
Les pieds sur le vide
Plongeons profonds dans l’univers



19:24 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Mark Bryan - Bungeezus - 2020

Mark Bryan - Bungeezus.jpg

 

 

19:20 Publié dans WE HUMANZ | Lien permanent | Commentaires (0)

Leonard Cohen - It Seemed the Better Way

 

 

 

19:09 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Mariusz Lewandowski

Mariusz Lewandowski_o.jpg

 

 

 

Pierre Reverdy

UNE SEULE VAGUE

 

J'ai longtemps hésité à remonter vers le niveau de ma lumière

Marche à marche le pas glissant sur le vernis des matins verts

J'ai mis longtemps à me décider entre la vie et la mort

Entre l'endroit réduit et la doublure

La mousse dégrafée des avalanches

Et le poil du réveil aux charnières de plomb

Quand l'esprit se retrouve en sursaut

Quand le cœur halète son remords

Entre la coulisse et le tain

Toute l'épaisseur des gestes de la veille

Cette illusion d'amour que j'ai à peine feuilletée du bout des mains

Fuyante entre la porte et le sourire

A peine ressaisie dans l'accent d'un accord

Maintenant

Plus rien que toi dans la chambre aux clous noirs

Aux rayons de ténèbres

Plus rien que toi entre les plis de mon cœur dur

Plus rien que toi à portée de mon désir encore tiède

Sur la surface à explorer dans l'avenir

A travers le danger trouble des membranes

Les contre-courants vertigineux de mon destin

Et les brusques retours de flamme de la haine

Plus rien que toi sur les cimes où se déchire la raison

Dans les bas-fonds les grimaces gélatineuses du sommeil

Des visages aux traits démaillés qui s'affalent dans la poussière

Il faut aller sur l'arête ensanglantée de la conquête

Vers cette panoplie flambant à l'horizon

Vers ce buste trop lourd qui penche sous la tête

Dans le tourbillon rouge des souvenirs

Quand tout est refoulé par l'éclat de ce nouveau mystère

Plus rien que toi dans les recoins les plus secrets de ma mémoire

Car tout a disparu en te voyant venir

Et dans le circuit de mes veines

Dans les sursauts qui désunissent les rouages de ma valeur

Des étoiles jaillies sous le chalumeau vorace du plaisir

Des étoiles d'acier qui s'évadent dans les rigoles

Un ensemble de jeux de traits et de lumières

Un regard singulier qui se soudait au mien

Un accent qui sera toujours dans mon oreille

Et tout ce qui vit ailleurs

Immobile et trop réel dans la matière

Rien

 

in " Plein Verre", éditions des îles de Lerins - Nice - juin 1940

 

 

Auteur inconnu

inconnu.jpg

 

 

 

14:16 Publié dans WISDOM | Lien permanent | Commentaires (0)

Marguerite Yourcenar

 

Je pensais avec un serrement au cœur, que rien n'est plus lent

que la véritable naissance d'un homme.

 

in Mémoires d'Hadrien

 

 

14:15 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Auteur inconnu

163795865_10158809916450528_1783434323121468858_n.jpg

 

 

 

Octavio Paz

 

Tu as tous les visages et aucun,
Tu es toutes les heures et aucune,
Tu ressembles à l'arbre et au nuage,
Tu es tous les oiseaux plus un astre,
Tu ressembles au tranchant de l'épée
Et à la coupe de sang du bourreau,
Lierre qui avance, enveloppe et déracine
L'âme et la divise d'elle-même,
Écriture de feu sur le jade,
Crevasse dans la roche, reine des serpents,
Colonne de vapeur, source dans le roc,
Cirque lunaire, pic des aigles,
Grain d'anis, épine minuscule
Et mortelle qui donne des peines immortelles.


 

 

 

12:17 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

02/08/2021

Miles Johnson

Miles Johnson o.jpg

 

 

 

Pat Ryckewaert

 

Mets-moi en mouvement

fais que je tourne

que je me torde et me tende

vers les bruits et les voix qui appellent.

Porte-moi à bout de lèvres

fais moi une échelle avec tes mots

sois le sabre

ouvre-moi en dedans

là où ça résiste encore

pour que je ressente mieux le monde.

Remplis-moi de ta force vive

et de ta sève d’homme

je veux dire d’humain

qui sait étreindre la douleur

pour en faire autre chose.

Fais-moi vivante.

Mets en moi le mouvement

saisis-moi au cœur et aux hanches

Serre-moi à réunir tous mes morceaux.

Je tremble autant que les feuilles brunes

et l’automne qui s’effraie déjà des pas de l’hiver.

Serre-moi dans le chaud de tes bras

et de tes mots d’amour.

Je n’avais plus où me blottir avant toi.

Fais-moi vivante.

 

 in Rose

 

 

 

 

 

21:54 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Lionel Mazari - Une femme

 

 

 

 

21:51 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Catrin Welz-Stein

Rupi Kaur_n.jpg

 

 

Pat Ryckewaert

 

 

Blessures faites à l’enfant

entailles dans l’écorce et l’aubier

à le faire mourir ou à le rendre fou

frêle racine au sombre dessein

dans une terre de safre

flou de la mémoire et du ciel

l’eau de pluie sur les plaies.

Blessures faites aux femmes

à les rendre dociles

à les fendre

dans leur unité et leur désir.

Blessures d’amour

à priver de sève et de sens

à faire couler le sang

assoiffer à jamais la bouche.

Blessures de l’attachement

quand tout ne tient qu’à un fil

qui ne relie à rien

la peau sans odeur

le silence des yeux et des gestes.

Blessures de la langue

celle qui nous fait sujet

celle qui nous fait vivant

celle qu’on n’a pas entendue

celle qu’on n’a pas parlée

parole enroulée dans la gorge

ou écrasée entre deux dents.

Blessures à priver d'air

à essouffler le cœur et l'en vie.

 

in À la folie

 

 

         

 

Le Marbre astronomique de la Chartreuse de St-Denis d'Orques (Sarthe)

Le Marbre astronomique de la Chartreuse de St-Denis d'Orques (Sarthe).jpg