Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2020

Auteur inconnu - Détournement du cri d'Edvard Munch

SCREAM.jpg

 

 

 

23:17 Publié dans WE HUMANZ | Lien permanent | Commentaires (0)

Revue Nouveaux Délits n°66 - Christophe Salus

 

 

"Pollution", un des poèmes de Christophe Salus publiés dans ce numéro d'avril 2020. Lu par moi-même.

 

 

 

 

Paulo Nozolino -Loaded shine

Paulo Nozolino loaded shine.jpg

 

 

 

06/06/2020

Lisa Gerrard - Black Forest

 

 

 

 

23:25 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Catherine Ursin - En corps - 2016

Catherine Ursin En corps 2016.jpg

 

LES SORCIÈRES

 

Les sorcières ont les veines

ouvertes aux quatre vents

les sorcières ont des chiens

qui lèchent leur sang

les sorcières sont trop bonnes

on leur prend et elles donnent

encore en corps et damnés soient

ceux qui ne comprennent

que les sorcières sont grandes d’âmes 

 

même quand elles collent

les lambeaux déchirés de leur cœur

sur les murs gris et rêches

des hommes

 

 

cg in Mon collier de sel

 

 

 

 

 

Françoise Cuxac - Les chamanes (détail)

François Cuxac les chamanes détail_o.jpg

 

 

Beryl B - Le coeur qui s'ouvre

 

 

 

 

23:00 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Jane Spakowsky

Jane Spakowsky (1).jpg

 

 

05/06/2020

Lisa Gerrard - Devotion

 

 

 

 

23:48 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Auteur inconnu

Yoshiro Kimura petu être.jpg

 

Vous qui savez le soufre et le mercure

Et tous les secrets

Ensorcelez-moi de vos génies, de vos fées

Chuchotez-moi vos sources et fontaines sacrées

Et surtout, enseignez-moi l'art de la mémoire

Pour ne jamais les oublier.

 

cg in Oniromancie

 

 

 

Konsta Punkka

Konsta Punkka-animaux-foret-8.jpg

 

 

 

Sainkho Namtchylak - Old melodie

 

 

 

15:39 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Amina Saïd


chaque jour tu approchais de mon silence

pour y mêler le tien

 

je me voyais poser la main sur une ombre

moi-même j’étais une ombre

sans paupières

 

nous étions notre propre désert

pierre au vif des sables

et source dans l’amour du monde

 

nous étions l’oiseau blanc

qui porte le nuage entre ses ailes

nous étions le vol et l’oiseau

fendant le ciel du regard

quand s’abolit la distance

et que renaît le feu

 

soleil à son lever

chaque jour tu rattrapais la lune

qui fuyait

 

nous étions la lune et le soleil

et la couleur qui soutient le ciel

et son commencement

 

nous étions lumière et ténèbres

nous étions la roue

qui assemble le jour et la nuit

 

nous étions l’homme la femme

et l’enfant que je voyais en toi

 

chaque jour tu approchais de mon silence

pour y mêler le tien

 

nous étions la totalité

des voyelles et des consonnes

que scellaient nos bouches de chair

 

nous étions le feu vif et la cendre

et nos propres décombres

 

nous étions tout ce qui n’eut pas lieu

et qui dure

 

 

in « soleil à son lever », La douleur des seuils

 

 

 

 

 

 

15:39 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

03/06/2020

Jean-Claude Fourneau - Paradis terrestre - 1953

Jean-claude Fourneau - paradis terrestre 1953 .jpg

 

Mystères odorants

D’un paradis

À portée de main

Et sous les ongles

Comme une promesse

 

La terre

 

 

cg, 2001

in Je l'aime nature

 

 

 

 

Max Švabinský - Into Paradise - 1918

Max Švabinský Paradise 1918_n.jpg

 

 

 

21:57 Publié dans WE HUMANZ | Lien permanent | Commentaires (3)