Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2014

Laurent Fadanni

  

je veux chanter le dépouillement

 l’abandon

les chemins avalés à nu

 je veux chanter la pierre sur laquelle mon pied a buté

 car c’est elle qui m’a appris à danser

 à dégager mon corps de l’attraction des astres

 c’est elle qui a réveillé l’acrobate qui dormait en moi

 qui m’a sculpté des ailes

 

 et je sais le prix des envolées à l’ampleur de la chute

 chaque fois que je suis tombé

 j’ai laissé un peu de moi sur la route

 voilà pourquoi je vais léger

 et démultiplié

 

 

18/08/2014

Proverbe ashanti, Ghana

 

Nul ne connaît l’histoire de la prochaine aurore

 

 

 

15/08/2014

Proverbe moru, Mali

 

C’est bien d’avoir une femme, même si elle ne fait rien,

elle peut au moins te couvrir de ses gros seins

 

 

 

Thomas Grison

 

Reste que les oies sauvages

N’ont d’yeux que pour le ciel

Du haut de leur mille ans d’oisiveté

 

 in Sans aucun doute peut-être

 

 

14/08/2014

Laurent Fadanni

 

Le vent redouble

Tu dis que tu as froid

Pourquoi ne deviens-tu pas vent

 

 

13/08/2014

Ludovic Kaspar

 

Il y eut brutalement un désert impeccable

 

in Le décapsuleur

 

 

Béatrice Gaudy

 

Le coquillage a traversé

Des millénaires

Pour jaser à ton oreille

Il connaît la source

D’où jaillissent les étoiles

 

in Fossile

 

 

 

Patrice Blanc

 

Ma nuit……

 

 Ma nuit

M’habille en colt

En souris

En vertèbres

 

Joyeuse impatiente et nue elle

Digère ma vie

 

 Ma nuit

m’habille de plumes

de morves

et de larmes

 

gigantesque présence elle

dégaine mes nerfs

 

Ma nuit

s’esquive en moi

en cratères

en orient

 

magnifique lumière nue elle

 assoiffe ma vie

 

Ma nuit…

 

 

 

 

 

Patrice Breno

 

Les orbites grandes ouvertes

Tous fils de Hyeronimus Bosch

Essuyant douleur, souffrance

Où est le bien, où est le mal

Leurs membres deviennent mandibules et pattes d’insectes

Leurs corps se couvre de plumes et d’écailles

Leur bouche se fait bec ou persifleuse

Ils sont oiseaux, reptiles ou batraciens

Ils sont chaos

Jugement dernier

Ou fin du monde

 

 

Georges Jacquemin

 

 Je n’écris pas pour vous

qui alignez vos cocas

vos pizzas sur la toile

cirée

de vos cages

 

 

12/08/2014

Oscar Kessel Cespedes

 

on invoqua Dieu,

on imprima son nom sur l’argent,

mais Dieu ne s’imposa pas.

 

Personne ne sais le moment

où l’un se convertit dans l’autre,

où se confondirent chèques et prières ;

Dieu en personne ne parvenait plus à rester lui-même

s’il ne portait pas sa carte dorée.

 

in In God we trust

 

 

 

 

11/08/2014

Pascal Lenoir

 

L’éternité pour incarner un rôle secondaire

 

in Coïncidences personnelles

 

 

Diego Palavas - la poésie

   

La mer a bavé sur la grève,

 Jusqu’à nos pieds,

Nus sur le sable délavé

 Ecume blanche au coin des lèvres

Elle a bu ravalé nos pas, 

La mer a bavé jusque là

  

La poésie n’existe pas

 

 Le ciel a pissé sur la ville,

Sur les prairies du macadam

 Sans broncher, sans bouger d’un cil,

Le cul planté sur le ramdam

 Vieillard ivrogne aux cheveux d’ange

Titubant bouteille à la main

 Tout s’entremêle, tout se mélange

Le ciel a frappé de ses deux poings.

 

 La poésie n’existe pas.

 

 

 in Punk plastic etc… 

 

 

 

Fabrice Fossé

 

Feux rouges du centre-ville

J’attends un océan

J’entends les sirènes dans ma conduite intérieure

au coin d’une rue

un chien aboie une putain miaule

yeux délavés

je fonce au bleu

 

 

 

 

10/08/2014

Georges Jacquemin

 

Les horloges sont fatidiques

elles mordent notre chair

qui est du Temps provisoire

 

Elles durent par caprice

et s’arrêtent

les yeux fermés

 

quand elles l’ont décidé

 

d’un coup de dent

définitif