Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/07/2014

Shan Sa

 

Mourir, c'est frotter la neige contre la neige,

incendier un hiver de frimas et de glace.

 

in La joueuse de go

 

 

10/07/2014

Khalil Gibran

 

Lorsque je me tins devant toi, tel un miroir limpide, tes yeux plongèrent dans les miens et contemplèrent ton image. Alors tu me dis : " Je t'aime. " Mais en vérité, tu t'aimais en moi. 

 

in Le sable et l'écume

 

 

Natsume Sôseki

 

Vent d'hiver
Qui précipite dans la mer

Le soleil couchant 

 

 

Isabelle Ducastaing

  

Il défroisse l’ambre de ses sentiers inconnus

 Et son arbre s’étrange

 

Elle désourle des lèvres ses étoffes moirées

 Et son jardin s’emmièle

  

Ils s’orchestrent à tâtons,

 S’effeuillent goutte à goutte

Les voilà qui s’enfièvrent

 

                

 

 

Eugène Savitzkaya

 

Il lègue son corps au chat

 

in Fou trop poli

 

09/07/2014

Ambrose Bierce

 

Évangéliste n. Porteur de bonnes nouvelles, particulièrement (dans un sens religieux) de celles qui assurent notre propre salut et la damnation de nos voisins.

 

in Le dictionnaire du Diable

 

 

08/07/2014

Eugène Savitzkaya

 

ton sexe était une anémone sur le seuil de ta maison

 

 in Fou trop poli

 

 

04/07/2014

Jean de La Fontaine

 

On rencontre sa destinée
Souvent par des chemins qu'on prend pour l'éviter. 

 

in L'Horoscope

 

 

Eugène Savitzkaya

 

je vais de l’avant comme un clou dans le mur

 

in Fou trop poli

 

Marguerite Duras

 

Écrire c'est aussi ne pas parler. C'est se taire.

C'est hurler sans bruit. 

 

 

Yasushi Inoué

 

Quelle est donc cette écœurante, cette effroyable, cette triste chose que nous portons au dedans de nous ? 

 

in Le Fusil de chasse

 

 

Antoine de Saint-Exupéry

 

C'est tellement mystérieux, le pays des larmes !

 

in Le Petit Prince

 

 

Roland Barthes

 

Comme jaloux, je souffre quatre fois : parce que je suis jaloux, parce que je me reproche de l’être, parce que je crains que ma jalousie ne blesse l’autre, parce que je me laisse assujettir à une banalité. Je souffre d’être exclus, d’être agressif, d’être fou et d’être commun.

 

 

René Char

 

L'homme fut sûrement le vœu le plus fou des ténèbres ; c'est pourquoi nous sommes ténébreux, envieux et fous sous le puissant soleil. 

 

in Feuillets d'Hypnos  

 

 

03/07/2014

Jacques Réda

 

… «  mais les dieux, où sont-ils, les pauvres ?

- à la cave ;

Et n’en remontent que la nuit, chercher dans la poubelle

de quoi manger un peu. Les Dieux

ont tourné le coin de la rue. Les dieux

commandent humblement un grog à la buvette de la gare

et vomissent au petit jour contre un arbre. Les dieux

voudraient mourir. »