Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2016

Ricardo Adolfo

 

Un jour, tout seul, sur le chemin de la maison, j’ai fait exprès de rentrer dans un poteau pour m’assurer que j’étais bien là, que je n’étais pas le fruit de mon imagination. J’existais, selon le poteau, et jamais je n’ai réussi à comprendre pourquoi personne ne me voyait.

 

in Tout ce qui m'est arrivé après ma mort

 

 

JB Pedini

 

Dans la foule que personne n’a détaché de son mât de solitude

 

in Plein phare (La Porte, 2016)

 

 

 

Evangile des Égyptiens, texte gnostique du IIe siècle

 

le règne de la mort durera

jusqu’à ce que le masculin et le féminin

ne fassent plus qu’un.

 

 

 

 

Susana Chávez Castillo

 

Sangre mía, sangre de alba, sangre de luna partida, sangre del silencio.

 

 

Poète et avocate activiste des droits des femmes reconnue, Susana Chávez Castillo a été retrouvée assassinée - comme tant d'autres -  à Ciudad Juárez le 6 janvier 2011. Elle avait 37 ans.

 

 

 

 

 

Caitlyn Siehl

 

Stars are not small or gentle. They are writhing and dying and burning. They are not here to be pretty. I am trying to learn from them.

 in Sky Poemwind 

 

 

 

22/09/2016

Yann Bourven

 

L’homme tourne en rond dans la pièce, marche autour du lit en se grattant le menton, en se claquant les joues et en se grondant la bite. Puis il se jette par la fenêtre. 

 

in Chroniques du Diable consolateur

 

 

 

Fiston Mwanza Mujila

 

 

La Ville-Pays est ainsi faite : les filles sont libres, démocratiques et indépendantes. La misère achève la honte et vos signes de politesse. 

 

 in Tram 83

 

 

 

21/09/2016

Dicton du jour

 

À la Saint-Matthieu, s'il fait bleu, c'est qu'il fait beau, prépare tes tonneaux

 

 

Germain Nouveau



Dompteuse



Elle vint dans Ninive énorme, où sont les fous
 Qui veillent dans les lits et dorment sur les tables,
 Et le théâtre est cendre où, les soirs ineffables,
 Elle noyait sa tête aux crins des lions doux.

Fixant sur eux des yeux charmeurs comme en des fables,
 Elle allait, éteignant leurs cris dans ses genoux,
 Calme, et trouvant l'odeur des palmes et des sables
 Au souffle de leur gueule errant sur ses seins roux.

Ses cheveux fiers, sa main doucement suspendue,
 Ses robes dans leur fleur ne l'ont point défendue.
 Un jour la griffe immense et tranquille la prit.

La foule ayant fui blême, un parfum pour des âmes
 Sembla mêler, le long des promenoirs à femmes,
 Le sang de la Dompteuse aux roses de la Nuit.

 

 

 

Don Miguel Ruiz

 

You are immortal; you exist for billions of years in different manifestations, because you are Life, and Life cannot die. You are in the trees, the butterflies, the fish, the air, the moon, the sun. Wherever you go, you are there, waiting for yourself.

in The Mastery of Lov

 

 

 

Thierry Roquet

 

Succession de hauts et

de bas

de doux vallons

et de hautes montagnes

pierreuses

le temps

d’une vie

présente les mêmes aspérités

qu’une toile

entre les mains

d’un maître

qui n’en finirait plus

de boire un

dernier verre

puis

de tout recommencer

sans trouver

jamais la justesse

à la fin.

 

in Le Cow-boy de Malakoff

 

 

 

20/09/2016

Adam Kehoe

Adam Kehoe 35_n.jpg

 

nous poursuivrons le vertige

entre les cendres du rêve

une mélopée de toute beauté

un doux parfum

de lune et de sang frais

qui fait ululer les hiboux

 

cg in Mordre les temps de mort

 

 

 

Pierre Desproges

 

La lampe torche. Le PQ aussi.

 

 

 

19/09/2016

Muriel Modély

 

L’hiver est continu le présent nous bombarde

ses rayons dardent puis nous charrient

dans les allées des centres commerciaux.

 

 in Je te vois

 

 

Lee Seung-U

 

Le vent a des hurlements de bête féroce. Au moment de quitter sa voiture, Yu a l’impression qu’un molosse enragé se jette sur lui. Il a un mouvement de recul. Le long des rues, papiers sales et sacs plastique tourbillonnent sous la bourrasque. Quelques véhicules cahotent sur la chaussée éventrée en soulevant des nuages de poussière ocre. Les rares passants, silencieux, font la gueule. 

 

in Ici comme ailleurs