Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2018

Cioran

 

Pourquoi abandonner la partie alors qu’il nous reste tant d’êtres à décevoir ? 

 

 



Étienne de La Boétie

 

Vous semez vos champs pour qu'il les dévaste, vous meublez et remplissez vos maisons pour fournir ses pilleries, vous élevez vos filles afin qu'il puisse assouvir sa luxure, vous nourrissez vos enfants pour qu'il en fasse des soldats dans le meilleur des cas, pour qu'il les mène à la guerre, à la boucherie, qu'il les rende ministres de ses convoitises et exécuteurs de ses vengeances.

 in Discours de la servitude volontaire (1549)

 

 

 

Marguerite Yourcenar

 

quand on aura allégé le plus possible les servitudes inutiles, évité les malheurs non nécessaires, il restera toujours, pour tenir en haleine les vertus héroïques de l'homme, la longue série de maux véritables : la mort, la vieillesse, les maladies non guérissables, l'amour non partagé, l'amitié rejetée ou trahie, la médiocrité d'une vie moins vaste que nos projets et plus terne que nos songes : tous les malheurs causés par la divine nature des choses.

 

In Mémoires d'Hadrien

 

 

 

04/01/2018

Marguerite Yourcenar

 

Notre grande erreur est d'essayer d'obtenir de chacun en particulier les vertus qu'il n'a pas, et de négliger de cultiver celles qu'il possède.

 

in Mémoires d'Hadrien

 

 

 

Roberto Juarroz

 

 

Imagine une lampe

jusqu'à l'allumer

 

 

01/01/2018

Black Elk

 

Tandis que je me tenais là, je vis plus de choses que je puis raconter, et je compris plus que je ne vis. Car je voyais les formes véritables de toutes choses, l'esprit de toutes choses et la forme de toutes les formes vivant ensemble comme un seul Être.

 

 

 

30/12/2017

Jean Bédard

 

Nous sommes des agrégats précaires, de petits tas de limon, et tant bien que mal, nous tenons nos éléments au bon endroit dans un tout plus ou moins cohérent. Le vent, la pluie, les joies, les peines, les larmes, les désirs, les espoirs, les désespoirs érodent cet étrange château de poussière, et un jour pas très différent des autres, nous tombons en ruine, poussière sur poussière.

 

in Marguerite de Porète

 

 

 

29/12/2017

Sybille Claude

 

Le drame c’est le quotidien des masses. Ces hommes et ces femmes sans lendemain que la vie piétine au quotidien.

 

in Le chant des blessures

 

 

 

25/12/2017

Jean Bédard

 

Renaître, c’est facile, cela consiste à mettre le pied dans l’aube.

 

in Marguerite de Porète

 

 

24/12/2017

Jean Bédard

 

On ne se lasse pas de regarder la vie cyclique et mystérieuse qui déroule ses inventions devant nous. On devient ridicule à force de réinventer des mots pour dire et tenter de conserver l’étonnement. S’il y a un miracle incompréhensible sur toute la terre, c’est que la vie finisse par nous apparaître naturelle.

 

in Marguerite de Porète

 

 

22/12/2017

Jean Bédard

 

Le pouvoir n’a de pouvoir que sur ce qui n’est plus vivant,

ce qui ne résiste plus,ne pense plus et ne se transforme plus.

 

in Marguerite de Porète

 

 

 

Étienne de La Boétie

 

La nature de l'homme est d'être libre et de vouloir l'être, mais il prend facilement un autre pli lorsque l'éducation le lui donne [...] Ainsi, la première raison de la servitude volontaire, c'est l'habitude. Ils disent qu'ils ont toujours été sujets, que leurs pères ont vécu ainsi. Ils pensent qu'ils sont tenus d'endurer le mal, s'en persuadent par des exemples et consolident eux-mêmes, par la durée, la possession de ceux qui les tyrannisent.

 

in Discours de la servitude volontaire (1549)

 

 

 

Jean Bédard

 

Ils ont peur de la vie, ce qu’ils aiment, c’est la mort, pas la vraie mort,  mais la mort telle qu’ils l’imaginent, je veux dire la rigidité des pierres. C’est ça, leur amour de la mort : un attachement renfrogné à des modèles immuables.

in Marguerite de Porète

 

 

 

Carl Gustav Jung

 

Penser est difficile, c'est pourquoi la plupart se font juges.

 

 

 

21/12/2017

Paul Vincensini

 

L'hiver mes doux enfants est en nous oui en nous
Cette cul de buée
(sur cette fumier de vitre)
M'empêche de voir ces grands cons d'arbres.

 

in D'herbe noire