Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2017

Jean-Marc Flahaut

 

c’est l’heure où les gens

cours d’eau pressés

se jettent dans le centre-ville

 

in Bad Writer

Ed les Carnets du Dessert de Lune, avril 2017

 

 

13:27 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

27/10/2017

Chloé Landriot

 

 L’un pour l’autre nous sommes

Merveille

Cette étrange présence

Qui ne s’habitue pas.

 

in Vingt-sept degrés d’amour (le Citron gare éd. 2017)

 

 

 

19:46 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

23/10/2017

Franz Kafka

 

 

La vraie voie passe sur une corde tendue non dans l'espace, mais à ras du sol.

Elle semble plutôt destinée à faire trébucher qu'à être parcourue.

 

 

00:25 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

22/10/2017

Don Hélder Câmara

4019280152.jpg

 

 

14:17 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

21/10/2017

Jean-François Declercq

 

Et si mourir était revenir à la
densité des choses
Non pas pour leur échapper mais
pour les habiter
Depuis le début du chemin nos pas
nous y mènent, dans le mouvement
qui ralentit, dans le coeur lourd qui
bat, dans l'essence du bois sec.
Sous nos pieds les mousses
mortes nous font déjà des nids
d'oiseaux.
La marche sombre tombe sur le
sang frais d'un coquelicot froid.
À pétrir le pain nos mains blanches
sont poussière de farine
Il n'est pas de jour sans l'appel d'un
festin de l'ombre.

 

 

14:00 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Bertolt Brecht

 

Lorsque des crimes commencent à s’accumuler, ils deviennent invisibles. Lorsque les souffrances deviennent insupportables, les cris ne sont plus entendus.
Les cris, aussi, tombent comme la pluie en été.

 

 

 

 

00:03 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

18/10/2017

Rosa Chávez

 

Le monde nous dit qu'il est à bout, la musique sera le silence absolu, le silence absolu ne tiendra pas dans nos poitrines et pour cela nous exploserons. Notre récompense sera de pleurer ensemble, notre corps minuscule s'accouplera à l'univers, nos organes génitaux seront des trous noirs pénétrés par l'infini, rien ne sera venu en vain, toute chose retrouvera le lieu qui est le sien, ce lieu auquel on a prêté des noms communs parfois étranges, ce lieu que toutes les langues du monde ont inventé, ce lieu que nous n'avons jamais pu seulement imaginer.

 

 

19:42 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Djalâl ad-Dîn Rûmî

 

  

Ta tâche n’est pas de chercher l’amour, mais simplement de chercher et trouver les obstacles que tu as construits contre l’amour.

 

 

 

 

19:31 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Lionel Mazari

 

C’est une partition d’empreintes mêlées

et de signes des nuées qui descendent

en courant jusqu’à l’eau.

Puis la rivière s’ébroue

dans l’air gris perle avec

des canards dans le rire.

 

in Dehors s’enlise dans nos plaies

 

 

 

 

14:10 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

08/10/2017

Santiago Gamboa

 

(…) la Colombie avait cessé d’être ce qu’elle avait été pendant un demi-siècle : une cour d’exécutions capitales de 1 178 000 kilomètres carrés, dont les rivières et les lagunes étaient devenues des dépotoirs de cadavres, et d’où on était en train d’exhumer, peu à peu, les millions d’ossements enterrés sous la verte couche végétale, qui avaient transformé le pays en fosse commune la plus belle et la plus fleurie d’Amérique latine

 

in Retourner dans l’obscure vallée, Métailié 2017

 

 

 

 

13:47 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (2)

06/10/2017

Maria Montessori

 

 

maria Montessori (2).jpg

 

 

 

 

18:22 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (2)

Fredy Yezzed

 

La poesía que no extiende los brazos es una poesía mutilada.

 

La poésie qui ne tend pas les bras est une poésie mutilée.

 

 

 

11:30 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

05/10/2017

Pablo Gelgon

 

La poésie n’aime pas les sarcasmes. Souvent quand elle doute, elle se contracte dans sa coquille et fait miroiter des couleurs empoisonnées sur son parement de coquille.

in Traction Brabant 75

 

 

 

 

 

12:19 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

02/10/2017

Lionel Mazari

 

Je fais miroir à qui me voit ; et c’est pourquoi

une main aveugle, à tâtons, m’a relégué

dans ce grenier, où, tel un souvenir perdu,

je bois contre la paroi le sucre de la pluie

 

in Dehors s’enlise dans nos plaies

 

 

 

12:07 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

29/09/2017

Luis Alfredo Arango

 

¡ Aquel pueblo tenía  tanta hambre que se comió a la paloma de la paz...!

 

Ce peuple-là avait tellement faim qu'il a mangé la colombe de la paix...!

 

 

 

 

14:09 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)