Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2016

Theodor Ludwig Wiesengrund-Adorno

 

Tu seras aimé lorsque tu pourras montrer ta faiblesse

sans que l'autre s'en serve pour affirmer sa force.

 

 

Daniel Biga

 

Tu es libre

Tu es vivant

avec ta souffrance et ta joie

 

tu es un immense regard

 

 

28/01/2016

Friedrich Nietzsche

 

Si tu plonges longtemps ton regard dans l’abime, l’abime te regarde aussi

 

 

 

Raymond Abélio

 

L'éclat de la lumière qu'un être est capable de tirer de soi en se meurtrissant aux silex de la route se mesure à l'épaisseur de la nuit, à la profondeur des abîmes dans lesquels il peut avancer sans sombrer.  

 

in Les Yeux d'Ezéchiel sont ouverts   

 

 

 

27/01/2016

Jim Harrison

 

L'un de mes compagnons, qui se présentait lui-même comme "un écrivain raté", m'a dit que les autorités du Kentucky avaient découvert dans le journal d'un schizophrène échappé d'un asile la citation suivante : "Les oiseaux sont des trous dans le ciel à travers lesquels un homme peut passer." J'en suis resté bouche bée. Je me suis pieuté à dix heures, légèrement perturbé par cette phrase. 

in Une odyssée américaine

 

 

26/01/2016

Saïd Mohamed

 

Et donner à boire aux mémoires trahies.

Figés dans nos masques d’effraies

Tout nous éteint. Les nouvelles

Qui nous parviennent du front de la vie

Sont si laides que les écouter

Ne donne plus envie de vivre.

 

in Souffles

 

 

 

Proverbe mexicain

proverbe mexicain.jpg

 

 

 

 

Olivier Gay

 

Il est loin le bonheur

Et l’idée qu’on s’en fait s’estompe dans l’odeur insistante des camions

Toujours statiques

En warning sur le bas-côté des choses.

 

 

 

 

Luis Sepúlveda

 

le mot voyageur semble déplacé, peut-être subversif. Nous ne sommes plus des personnes ou des citoyens mais les clients d’un lupanar transparent surveillé par des caméras vidéo 

 

in Dernières nouvelles du Sud

 

 

25/01/2016

Saïd Mohamed

 

Parcourir le monde

comme le sang bat les veines

à la recherche de l’instant qui rend caduc tous les autres.

 

in L'éponge des mots

 

 

 

24/01/2016

Antoine de Saint-Exupéry

 

Je te le dis, la grande erreur est d'ignorer que recevoir est bien autre chose qu'accepter. Recevoir est d'abord un don, celui de soi-même. Avare non pas celui qui ne se ruine pas en présents, mais celui qui ne donne point la lumière de son propre visage en échange de ton offrande.  

 

 

Vera Feyder

 

Il viendrait. Il aurait l’âge de ses mains – de très charnels arpèges,

un regard à dépecer la nuit, une voix à prendre feu aux mots. 

 

 in L’inconnu

 

 

 

Saïd Mohamed

 

Dans le ciel, les oiseaux semblent pétris d’infini.

J’ai gardé au fond de ma poche le ticket froissé.

 

in L'éponge des mots

 

 

René Char

 

De quoi souffres-tu ? Comme si s’éveillait dans la maison sans bruit l’ascendant d’un visage qu’un aigre miroir semblait avoir figé. Comme si, la haute lampe et son éclat abaissés sur une assiette aveugle, tu soulevais vers ta gorge serrée la table ancienne avec ses fruits. Comme si tu revivais tes fugues dans la vapeur du matin à la rencontre de la révolte tant chérie, elle qui sut, mieux que toute tendresse, te secourir et t’élever. Comme si tu condamnais, tandis que ton amour dort, le portail souverain et le chemin qui y conduit. De quoi souffres-tu ? De l’irréel intact dans le réel dévasté. De leurs détours aventureux cerclés d’appels et de sang. De ce qui fut choisi et ne fut pas touché, de la rive du bond au rivage gagné, du présent irréfléchi qui disparaît. D’une étoile qui s’est, la folle, rapprochée et qui va mourir avant moi.

in Rémanence

 

 

 

Sara Teasdale

 

Quand je serai morte, et que sur moi, avril rayonnant

Secouera sa chevelure lourde de pluie,

Même si tu te penchais sur moi, le cœur brisé,

Je ne m'en soucierais pas. ...

J'aurai la paix, la paix des arbres feuillus

Quand la pluie courbe leurs branches,

Je serai plus muette et mon cœur plus froid

Que tu ne l'es aujourd'hui.

 

in Fleuves vers la mer