Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2013

Martin Marcisovsky

Martin Marcisovsky.jpg

 

Laisser fondre sur l’épaule

Ces sels de lune

Et que viennent

Les poissons de l’aube

Pour éponger nos têtes

Bientôt nous irons nous aimer

La tête ourlée de pluie

Couchés dans le foin

Avec dans le cœur

Un rêve encore salé

Nos poitrines sentiront

La sauge et le lilas.

 

cg in Mordre le temps de mort

Mark Sink and Kristen Hatgi - Ambrotype

Mark Sink and Kristen Hatgi ambrotype.jpg

 

NOCTURNE

 

 Sur les gouttières

Les chats claquettent

Sous la haie

L’hérisson furète

Des bains de lune

Les souris prennent

Et dans leurs nids

Terre et salive

Elles rêvent

Les hirondelles

 

 Trèfles, plantain, pâquerettes

Consoude, soucis, quelques orties

Le lilas blanc et les roses si belles

 

 

Mystères odorants

D’un paradis

À portée de main

 

 

Comme une promesse

Sous les ongles

La terre

 

 

cg, 2001

in Je l'aime nature

 

 

Mark Citret

Mark Citret Sutro Ruins 1972.jpg

 

La vibration laiteuse

D’un pinceau dans le vide

Suit la trace franche des ténèbres

Où sont retenus les archipels captifs

 

cg in Mordre le temps de mort

 

 

 

Mario Pucic

mario pucic_n.jpg

 

 

Le temps galope à roussir

D’un souffle d‘automne

Un balai pour l’hiver

 

Des mains invisibles

Gravent les écorces

Le vent peigne les ramures

 

Dans la fente de la nuit

On entend chuchoter déjà

Les germinations futures.

 

 

Cg in Parfum de causse, 2013

 

 

 

 

24/10/2013

Camil Tulcan

camil_tulcan_03.jpg

 

Les cloches des brebis et le chant fruité d’un oiseau, le vent dans la ramure des arbres ne vient pas caresser ma peau. Il y a ici des bruits de vaisselle et une voix d’homme à la radio. Il suffirait que je cesse tout vouloir, éteigne tout désir, pour que l’eau d’un quotidien endormi s’écoule sans heurts. Hélas, j’ai trop soif de paroles, de rêve, de magie et plus encore. D’aventures de l’esprit, de cœur qui palpitent, de rires partagés. J’ai besoin de sortir de la gangue où je suis enfermée depuis mon enfance. J’ai besoin d’être remise au monde. Il y a tant de beauté, de saveurs, tant de souffrances aussi, mais je dois rallumer ma flamme, je ne veux plus voir la poésie mourir sur une feuille, se dessécher faute de pluie. Il y a des corbeaux qui claironnent, ils savent bien que l’été va déjà vers son déclin.  J’ai cet affreux sentiment de ratage monumental, une colère qui me ronge et je sais portant qu’il me faut faire la part des choses.

 

cg in A la loupe tout est rituel

Marcelle Vallet

Marcelle Vallet.jpg

 

L’Amour

Joie et salive du ciel

Des instants funambules

Nerveuses nervures de pluie

Douleur orgasmique

Les flèches X d’empathie

 

cg in Mordre le temps de mort

 

 

23/10/2013

l'oeil & la plume : à la loupe tout est rituel (extrait3)

 

litcoquillage3.jpg
texte de cathy garcia                                                                                                                      collage  jlmi  2013
 

Le radiateur, les murs, le lit, la couette et moi. Ciel bleu sur feuillage de chênes. Une fenêtre, un faux papillon blanc qui commence à avoir sale mine, une de ces plantes grasses qui fleurissent rose à noël, un vase et un photophore bleus, une grosse sodalite bleue, un coquillage aussi, de type huître flottée. Et on passe au bureau, ordinateur, imprimante, live box. Allumage, connexion, décollage, d’une certaine façon. Ouverture sur le monde et crispation sur la souris, trépidations sur le clavier, ça rame, ça traîne, ça bloque, mais rien ne sert de s’énerver. Apprentissage du zen via l’informatique. Tout est propice au travail sur soi, « même la peinture sur soie » me glisse un moine désincarné.

 

 

Publié sur : http://jlmi22.hautetfort.com/

Roy Krenkel - Sorcery

Roy Krenkel.jpg

 

L’orage nous a cloués à mort

Sur les portes sorcières

Ô bûcher de la nuit

Brèche illusoire du rêve

Mirage hybride

Quand pénètre par le sang

L’haleine des fougères ivres

 

cg in Mordre le temps de mort

 

Marianela Gallardo

Marianela Gallardo n.jpg

 

Respirer le vide précieux
L’ample de la pluie
Plonger dans l’océan du ciel
Réciter ses litanies
Avec ce fragment de sel
Qui crépite sur la langue

 

cg in Mordre le temps de mort

22/10/2013

Camil Tulcan

camil tulcan hiver.jpg

 

 

Plutôt que la raison, il faudrait chercher la racine de la folie. Je suis différente. M’acceptez-vous ? Ecrire, appeler. Je ne peux éclore. L’enfant papillon n’a jamais grandi.

 

Il est possible, j’en ai eu la preuve, de vivre avec ses folies. Devenir maître en esquive, galoper toujours plus loin vers les grands soleils et la mort, éblouissante, légère.

 

L’être cherche sa désincarcération. Ce qui reste quand tout a brûlé. Armures, oripeaux, masques et circonstances. Cesser la lutte à contre - courant, lâcher l’hypersensibilité pour aller vers l’Autre.

 

cg in Celle qui manque (Asphodèle 2011)

 

 

18/10/2013

Jaromir Hron

Jaromir Hron_n.jpg

 

NOVEMBRE

 

soleil noyé de brume

exhalaisons glacées

dont l'aube se parfume

en souvenir du passé

novembre la nuit

plus noire encore

le gel s’immisce

sous la peau

 

la terre grasse s'empiffre

au festin des choses mortes

d'un bol de lait étincelant

naissent crapauds à mandibules

gros vers fluorescents

tous les enfants de la lune

 

novembre !

 

agrippés à nos portes

les remords ont des griffes

le vent brandit ses lames

en vains habits de flammes

les arbres grelottent

 

novembre !

 

dans la tiédeur du foyer

la salsa cubaine fait illusion

du soleil novembre 

pour oublier

 

 pour t’oublier !

 

 

in Mon collier de sel

 

 

 

16/10/2013

Marc Riboud

Marc Riboud 25.jpg

 

 

Quand le temps se ralentit, l’ancienne malle à trésors oubliés s’entrouvre et toute chose retrouve sa mémoire, le souvenir de ce qui n’a pas encore tout à fait disparu.

 

cg in A la loupe, tout est rituel

 

 

 

 

15/10/2013

l'oeil & la plume : à la loupe tout est rituel (extrait 2)

suze04b.jpg

texte de cathy garcia                                                                                                                       collage  jlmi  2013
 
 

La chaleur a un parfum et les cigales sont hypnotiques. Le tant, le trop, la liste qui se déroule, infinie, soudain s’évapore et je me mets à désirer des choses uniques... Un apéritif légèrement amer, qui me ferait croire au luxe, avec quelques olives ou des petites choses à la saveur méditerranéenne.

Les cigales ont gagné, m’ont plongée dans un sommeil à angle droit, où les mouches, les fourmis et autres chatouilleurs me faisaient danser la Saint Guy. Réveil, proposition, évocation… Parasol et Suze méditerranée, se sont matérialisés en sirop de citron et bruit de verre brisé. J’offre mes jambes et la plante de mes pieds aux ultra-violets. L’été est là, dépouillé de tout artifice, y compris celui de l’amertume apéritive.

L’été est là, nous passons trois hivers à l’attendre et quand il est là, nous sommes bien en peine de savoir quoi en faire. Alors remontent, sournois, des souvenirs adolescents, lorsque l’été avait non seulement un sens, mais surtout un but. Le décuplement du vivre ! L’eden d’une piscine, d’une discomobile  ou d’une fête foraine, quelques glaces, quelques cacahuètes, des dents blanches, des peaux de princes hâlés, des musiques dansantes, des slips mouillés, le désir comme un fruit trop mûr, trop sucré. Le désir qui tâche et l’importance essentielle des choses futiles dont rien ni personne ne pouvaient nous détourner.

 

 

En ligne sur : http://jlmi22.hautetfort.com/archive/2013/10/11/l-oeil-la...

14/10/2013

Ma Liang aka Maleonn

Ma Liang Maleonn 2011.jpg

 

J’ai rêvé d’un tigre, ancêtre mythique, l’initiant qui conduit les néophytes dans la jungle pour les tuer et les ressusciter.

 

Énergie puissante, parfois féroce, qui à la lune renaissante surgit des obscurités profondes.

 

J’entame ma lente progression dans la forêt de bambous.

 

cg in Chroniques du hamac, 2008

Luis Lobo Henriques

Luis Lobo Henriques.jpg

 

Il faut oser l’amour.  S’agenouiller pour l’envol.

 

Ouvrir mes cuisses libère mes odeurs de femme.

L’ange de l’air en connait les formules secrètes.

 

 

cg in Fugitive (à paraître chez Cardère en février 2014)