Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/08/2013

Ismail Raja Sulbar

Ismail Raja Sulbar  f.jpg

 

ne peut s’enfuir la ville

incarcérée bouclée périphérique

ses au-delà dévastés

visent un cœur déjà mort

 

 

in Pandémonium II

Izis Israëlis Bidermanas -

Izis Israëlis Bidermanas (2).jpg

 

Je veux du bonheur maintenant, du bonheur tout simple, bon comme du pain frais. Je ne crois plus aux paroles qui ne viennent pas du cœur et j’ai encore en tête des images de mon rêve. Je flaire le piège. J’aimerais tellement croire à la gentillesse, mieux, à la bonté, mais je ne veux plus croire. Je veux voir, je veux sentir, je veux vivre.

 

cg in A la loupe, tout est rituel

 

 

 

 

 

Pauline Ohrel - Petite marcheuse

pauline ohrel_marcheuse.png

 

 

Je marche. J’écoute.

 

Secret du ricochet. Beauté de la chute.

 

Sève des reins. Sang de tourbe.

 

Chemin de cornes et de pluie.

 

Cg in Fugitive

 

 

 

 

 

Isa Marcelli

isa-marcelli-21.jpg

 

Il se trouve, hélas, que nous n'avons plus rien à nous dire et que nous sommes des bulles qui nous nous éloignons toujours plus les unes des autres, quand nous n’éclatons pas tout simplement, parce que c’est l’heure de la dissolution, du retour au grand tout cosmique. Aimer, être aimé, séduire, être séduit, nous unir, nous accoupler, nous séparer, chercher à s’accoupler de nouveau, parce que seuls ces bateaux là nous rassurent dans le vide de nos existences. Bulles. Cellules. L’herbe verte dans le pré du voisin est génétiquement modifiée.

 

Cg in A la loupe, tout est rituel 

Isak Sellanraa

Isak Sellanraa.jpg

 

 

Des cabanes tremblantes

Sur les dunes

Des ruisseaux de thé

Et la nuit mouillée

Troublante au-delà des digues

cg 2013

Isabelle Gambotti

Isabelle Gambotti.jpg

 

Les singes font des signes

mais les cygnes font-ils des singes ?

 

 cg in Bonzaïs hallucinogènes

21/08/2013

Isa Marcelli

Isa marcelli3 0 0 1.jpg

 

AU BOUT DU ROULEAU

 

au bout du rouleau

je cherche tes doigts

sur ma peau

ma vie se lasse, s'épuise

voudrait un autre tempo

 

je m'en vais

au bout du rouleau

je disparais

sans un mot

 

in Mon collier de sel

 

 

 

 

Alain Laboile

Alain laboile _n2.jpg

 

MON  LOUP D’AMAZONIE

 

A Punch

 

 Il y avait un ruisseau au fond du potager, l’Amazone, et au-delà c’était la forêt, la grande, la vraie. Et puis toi et moi, à la belle aventure. Toi, chien loup noir et fauve et moi, intrépide héroïne chaussée de caoutchouc vert.

 

Le pont d’allumettes franchi, nous glissions dans le lit sauvage du ru, pour remonter son cours et pister ses secrets, humer l’acidulé des pommes humides, le frisson phosphorescent d’étoiles grenouilles sur l’argile moussue.

 

Nous apprenions la langue de l’eau, entre le chuchotis des rives vierges, les périlleux méandres et l’obscur ensorcellement des racines.

 

Nous galopions, bondissions entre ronces et lianes, nous enfoncions au plus profond de la mer végétale pour connaître soudain la joie ivre et farouche de se savoir enfin perdus. Quand Réel et Imaginaire tissaient le Temps du Jeu alors TOUT devenait possible.

 

Je m’abandonnais heureuse à cette magie du monde qui m’a tout enseigné.

Et toi beau loup fidèle, sans faute toujours, à la civilisation tu me ramenais.

Civilisation dont l’entrée se situait à hauteur exacte

De la première rangée de carottes du potager.

 

2005

 

 

 

Paul Rumsey

Paul Rumsey 8_500.jpg

 

Les orfèvres des nerfs savent travailler la poussière et la rouille dans la craquelure des crânes. Fièvre des déserts visionnaires. Lunes aveugles, dollars putassiers. Brut teinté de grenades dans lesquelles mordent les nomades. Les illusionnistes écorcent les corps après ébullition, dissimulent les noyaux instables au fond des failles.

 

La sentinelle, les paupières lourdes de mélopées, ouvre ses cuisses solaires découvrant l’ourlet, vagin mystérieux léché par l’écume, éblouissante et fugace semence.

 

Son enfant aura trois têtes.

 

cg in Le poulpe et la pulpe (Cardère 2011)

20/08/2013

Isa Marcelli

  

 

Isa Marcelli 00.png

 

cheval blanc

brin d’herbe entre les dents

guérisseur

 

 

cg in Salines, 2007

(Eskhatiaï, Ed. de l'Atlantique 2010)

Penny Elizabeth Neil - Nightingale

Penny Elizabeth Neil Nightingale. Collage on paperjpg.jpg

 

 

L’enfant joue avec les herbes fauchées, feuilles, fleurs, persil sauvage au parfum entêtant. Passe une hirondelle solitaire, déjà là ? A l’aplomb de ma tête, croissant de lune couleur nuage et volutes légères, draperies de fumées pendues au plafond du ciel.

 

cg in jardin du causse, 2004

(Ed. de l'Atlantique, 2011)

 

Pauline Ohrel

Pauline OHREL_n.jpg

 

 

SANS AILES

 

Je voudrais des ailes. Aile comme lumière, aile comme légère.

Hélas…. Mes ailes lasses.

 

Je touche aux bas-fonds où rampent fous et insanités. Tunnels lugubres, lancinants. Je me creuse au-dedans pour accueillir la vie mais mes yeux ne surprennent que la mort. Mort des mouches, mort du souriceau, mort dans l’âme que je traîne d’un matin à l’autre.

 

L’âme…  Une superstition ?

 

Ainsi donc j’étais folle et je ne le savais pas. J’avais oublié. Trop bien caché, dissimulé dans mes brouillards, mes fumées. Folle sans aile. Sans amour. Sans amour surtout. Toujours à me frotter au côté crin de la vie. La peau douce mais le cœur si friable.

 

A force d’user ma solitude, elle est devenue fine et translucide.

Fragile, si fragile…

 

cg 2002

 

19/08/2013

Paul Cava

paul cava item5b.jpg

 

J’ai trop lu de poésie. Combien de fois le mot étoile, le mot lumière, le mot liberté ? Combien de fois l’amour, l’automne et la beauté ? Le souffle, la source et la vérité. Ces mots qui tournent dans une ronde folle, passent de bouche en bouche, de feuille en feuille. Combien de fois le feu et la fumée ? Les mots sont vains. Ce qui reste de la poésie quand on se tait, voilà sans doute, une question qui mériterait d’être posée. Que serait le poète sans les mots ? Un cœur palpitant arraché d’une poitrine, un sexe turgescent, une fontaine au creux d’une ravine ? Un soleil plongeant dans l’obscur des océans ? Que serait le poète sans ses mots, le peintre sans sa peinture ? Voilà ce qui m’intéresse aujourd’hui.

 

cg in A la loupe, tout est rituel

18/08/2013

Patrick Tang - Leaving this world

Patrick Tang Leaving this world.jpg

 

CLASH

 

 mon amertume

suce vertige au néant

jette des soleils à la benne

crache poussière à la nuit

se dissout

et se mêle à la lie

dans le pâle ordurier

de mon cœur

 

vieux linges tachés

des oiseaux pliés jetés

sur les machines

accélèrent l’arythmie

densifient l’encre

coulée dans le corps

 

le corps

qui s'étale

comme flaque

de plomb de chair

et quelques larmes

 

in Mon collier de sel

 

 

 

Paul Cava

paul cava nemaleon-2.jpg

 

ÉCRITURE...

 

 

Écris "ture"

Regardes

Quoi ?

 

Je vous laisse

Pris au piège

A pieds joints

 

D’herbe ou de porte

 

A faux ?

 

C'est compagnie d'hirondelles

 

Dorado, c'est préférable.

 

 

cg 1999

in Trans(e)fusées