Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2014

Louis Savary

 

il faut savoir partager

 la jubilation des mots

 qui nous couvrent

 de ridicule

 

in Mots de passe 

 

 

Fabrice Marzuolo

 

Comprendront-ils un jour

 Que la planète tourne

 Simplement

 Parce qu’on les oblige

 A pédaler

 Leur vie durant

 Sur une terre plate

 Et immobile

 

  in Il ne faut pas les prendre que pour des printemps

 

 

14/10/2014

Zdzisław Beksiński

Zdzisław Beksiński3094_n.jpg

 

comme des cordes

autour du cou

avec de tristes doigts

qui mordent...

 

in Les années chiennes, 2007

 

 

 

 

13/10/2014

Philippe Gicquel

 

Qui a rayé de la carte du monde la VOLUPTÉ ?

  

 in Schéhérazade porte des lunettes noires

 

 

Aurobindo

 

L’homme n’est pas le sommet de l’évolution,
C’est un être de transition.

S’il ne peut pas se dépasser,
il sera dépassé.

 



 

12/10/2014

Gaston Bachelard

 

Il vient un temps où l'esprit aime mieux ce qui confirme son savoir que ce qui le contredit, où il aime mieux les réponses que les questions. Alors l'instinct conservatif domine, la croissance spirituelle s'arrête. 


in La formation de l'esprit scientifique

 

 

Elsa Triolet

 

On devrait toujours se voir comme des gens qui vont mourir le lendemain. C'est ce temps qu'on croit avoir devant soi qui vous tue.
 

in Luna-Park

 

 

Michel Héroult

 

N’être plus, savez-vous, n’être plus qu’une étoile au front de l’inconnaissable, dans la chaude haleine de son respir. 

 

in Les élégies premières

 

 

Jean-Marc La Frenière

 

La peur est un insecte mort,

une coquille vide qui craque sous les pas. 

 

 in Parce que

 

 

 

Khalil Gibran

 

Le génie n'est que le chant du rouge-gorge à l'aube

d'un printemps indolent. 

 

in Le sable et l'écume

 

 

Porfirio Mamani Macedo

 

 Comment ne pas être fleuve

Pour te donner l’herbe

 Et l’âme de l’herbe

 

 in Poème à une étrangère 

 

 

10/10/2014

Charles le Quintrec

 

 Dormeur, emmène-moi là-bas, je t’en supplie

 Où musiquent les sources.

 

 in Stances du verbe amour

 

 

Jean-Marc La Frenière

 

Je n’ai rien à vous vendre, rien à vous prendre, tout à apprendre. Je ne fais que passer sans posséder le monde comme un simple ruisseau. 

 

 in Parce que

 

 

Philippe Gicquel

 

 

Tes mémoires tu les as d’outre-ciel et tu ne sais pas si elles

te viennent d’avant ou d’après ton destin.

 

  in Mémoires d’outre-ciel

 

 

Gaston Miron

 

Chaque jour je m’enfonce dans ton corps

 et le soleil vient bruire dans mes veines

 mes bras enlacent ta nudité sans rivages

 où je déferle pareil à l’espace sans bords

 

 in L’homme rapaillé, 1970