Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2015

Emmelle Prophète

 

L’amour de ce côté

Est une ancienne histoire

 Ce qui nous lie encore

 C’est un hasard

 Inqualifiable

 

 

14:16 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Maurice Couquiaud

 

J’ai fait courir les parois d’une caverne

 à la poursuite des âmes et des troupeaux.

 L’imaginaire participait à la danse des flammes

 Pour y trouver les couleurs privées de mots,

 arracher du foyer les brûlures de la faim.

 

 

 

in Dit de la conscience en chemin

 

 

 

12:07 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

30/10/2015

Jean-Michel Bongiraud

 

L’homme est vertige. Vin et calcaire.

 

 in Sang & Broussailles

 

 

 

17:41 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Proverbe Navajo

 

 

On ne peut pas réveiller une personne qui fait semblant de dormir.
 

 

 

 

14:28 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

29/10/2015

Frankétienne

 

Lumières. Pluies.Océans sauvages. Emportez-moi dans la moelle frénétique de vos articulations.Emportez-moi ! Il suffit d’un soupçon de clarté pour que je naisse viable. Pour que j’accepte la vie. La tension. L’inexorable loi de la maturation. L’osmose et la symbiose. Emportez-moi ! Il suffit d’un bruit de pas, d’un regard, d’une voix émue, pour que je vive heureux de l’espoir que le réveil est possible parmi les hommes.

 

Emportez-moi ! Car il suffit d’un rien, pour que je dise la sève qui circule dans la moelle des articulations cosmiques.

 

 

 

in L’oiseau schyzophone

 

 

 

17:56 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

28/10/2015

André Laude

 

Et rien ne peut clore ces plaies sèches que les mains de l’homme dénudent

Ni le benjoin de la lune

 Ni cette chaude confiture d’astres au fond du bol céleste

 Ni la liturgie âpre des cigales aux ailerons découpés

 dans le mica friable de l’air

 

 

 

in Toute chair appelle

 

 

 

 

14:56 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Henri Cachau

 

La maison bouge sous le vent

A crève toit à crève voile

Et nos enfants du peu de toile

 En font mille et un cerfs-volants

 

 in La Maison (Traction Brabant 37)

 

 

 

 

00:05 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

27/10/2015

Jean-Michel Bongiraud

 

mais j’ai soif

 d’une soif

 qui ne veut pas mourir

 

 

 in Sang & Broussailles

 

 

 

18:44 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Jean Chatard

 

 

On a fouillé tous les hasards on a

 repeint les mots

 

 on a fêté l’ennui

 

 

 

in La houle des hasards (Saraswati n°10)

 

 

 

18:33 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Patrick Chavardès

 

Brin d’herbe, qu’as-tu décidé ?

Je saigne…

 

  in Il n’y a pas de raison (Pages Insulaires 9)

 

 

 

18:17 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Christian Monginot

 

S’inverser. Dans le murmure odorant d’un été. Dans l’écriture aveuglante du ciel. Dans le gouffre doré des blés. A l’instant où un vol de corbeaux réinvente la nuit dans le ventre furieux du soleil.

 

  in Voix inverse

 

 

 

10:42 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Louis Savary

 

La poésie

 a

 toutes déraisons

 d’être

 

 

 in Opium de personne

 

 

10:32 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

26/10/2015

Christian Monginot

 

Il ne manque rien à rien. Que pourrait-il manquer à ce jeu nu de fictions et d’artifices ? Même l’absence n’est pas manque, mais songe ajouté au songe, et celle de Dieu, vertige ajouté au vertige.

 

in Voix Inverse

 

 

 

10:39 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

John Steinbeck

12119176_1627793530808482_8885094314781925443_n.jpg

 

 

10:24 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Werner Lambersy

 

  Quand

  Le soleil montre

  Les dents de sa tête

 De mort

 

  Quand

Les morts montrent

 Les dents

 Debout dans la ville

 Quand

 On plante des fleurs

 Au bord des fenêtres

 

 Tellement

 Tout est gris

 Et sourds les voisins

 

 

Que la fiente

 De pigeon fait un fond

 De teint

 Aux carreaux des jours

 

  Quand

 Le ciel n’a plus de pneu

 De rechange

 

 Que les nuages

 Roulent sur des essieux

 Rouillés

 

 Et qu’on rechape

 Les vieux dessins creux

 Des constellations

  

 C’est qu’un poème passe

 Comme on dit

 D’un ange

  

 Durant une conversation

 

  in Te Spectem

 

 

 

10:15 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)