Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2014

Eugène Ionesco

 

 

Je peux vivre dans l'immensité transparente du vide

 

in Le Roi se meurt

 

 

Albert Camus

 

Ce monde, tel qu'il est fait, n'est pas supportable. J'ai donc besoin de la lune, ou du bonheur, ou de l'immortalité, de quelque chose qui soit dément peut-être, mais qui ne soit pas de ce monde.

 

in Caligula

 

 

Woody Allen

 

 Il ne fait aucun doute qu'il existe un monde invisible. Cependant, il est permis de se demander à quelle distance il se trouve du centre-ville et jusqu'à quelle heure il est ouvert.

 

in Dieu, Shakespeare... et moi

 

 

Fatou Diome

 

On ne se retourne pas quand on marche sur la corde du rêve

 

in Le ventre de l’Atlantique

 

 

Li Po

 

 

 

Nous nous asseyons ensemble

 

Le rivière et moi

 

Jusqu’à ce qu’il ne reste plus que la rivière

 

 

 

 

Pascal Quignard

  

Comme le mot courant dit quelque chose de plus profond que toute l'eau du fleuve.

 

in Les Ombres errantes

 

 

 

Dulce Maria Loynaz

 

Camino todavía, Pero mi propria muerte me cabalga :

Soy el corcel de mi esqueleto.

 

 Je marche encore, Mais ma propre mort me chevauche :

Je suis le cheval de mon squelette

  

 

Georges Bataille

 

Ton sexe est le point le plus sombre et le plus saignant de toi-même, un extrême désaccord existe entre lui et ce que tu montres de toi… C’est pourquoi il te faut écouter la voix barbare et fêlée qui vient de la profondeur de ton ventre.

 

 

 

 

 

 

15/03/2014

Michel Besnier

 

 Le mystique, c'est celui qui est en crue, qui est plein de lui-même et, en ce sens, souverain. Il est tellement plein de lui-même qu'il peut irradier comme un soleil. Je ne crois pas qu'il y ait des mystiques tristes, il ne peut pas y avoir de mystiques tristes. Le mystique est un être d'appétit... 

 

in La grâce de solitude

 

 

Seishi Yamaguchi

 

Nulle trace dans le courant 

où j'ai nagé avec une femme

 

 

Andres Serrano - Frozen Semen with Blood - 1990

andres serrano Frozen Semen with Blood 1990.jpg

 

Offrez-moi des glaciers à la portée de la grâce, des semences de langues précoces, la douce jubilation du fruit.

 

Le signe vivace tracé à la salive. Les griffures sacrées.

 

L’instinct d’absolu entre serments de nymphes et parades simiesques.

 

cg in Le poulpe et la pulpe

(Cardère, 2011)

 

 

 

 

 

Sayyed Ahmad Hatef Isfahani

 

Si tu brises le noyau de l'atome, tu y trouveras enclos un soleil.

 

in Ode sur l'unité divine

 

 

Khalil Gibran

 

Vos enfants ne sont pas vos enfants. Ils sont les fils et les filles de l'appel de la Vie à elle-même. Ils viennent à travers vous mais non de vous. Et bien qu'ils soient avec vous ils ne vous appartiennent pas. Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées, Car ils ont leurs propres pensées. Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes, Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves. Vous pouvez vous efforcer d'être comme eux, mais ne tentez pas de les faire comme vous. Car la vie ne va pas en arrière, ni ne s'attarde avec hier. Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés. Que votre tension par la main de l'Archer soit pour la joie.

 

in Le Prophète

 

 

14/03/2014

Ralph Waldo Emerson

 

chaque homme aussi est un dieu déguisé qui contrefait le fou

 

 

Christian Bobin

 

L'amour est comme un peintre qui oublierait - chaque matin, dans son atelier - la vieille histoire du monde, pour saisir une fleur éternelle dans le tremblé de l'air. 

 

in Lettres d'or