Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/08/2016

Yann Bourven

 

des vigiles métalliques nous expliquent qu’ils lacèreront nos enfants

si jamais nous en faisons

 

in Chroniques du Diable consolateur

 

 

22:37 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Thomas Vinau

 

on fait pisser nos rêves à la laisse comme des chiens 

 

in Juste après la pluie

 

 

 

21:50 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Daniel Biga

 

La beauté perdue


Je mangerai la terre et les racines j'avancerai sur le ventre lombric humain 
j'ai une telle faim des éléments du Simple

la vie du siècle m'écrase 
la ville moderne me déchire

aujourd'hui partout où je vais c'est dans la beauté perdue

j'ai vu disparaître les rivières leurs sources et des fleuves même 
rivages quais parcs profonds et tant de jardins subtils 
allées promenades hameaux villages quartiers entiers 
j'ai vu se bétonner des plaines des collines rasées 
les voitures s'y garent sur l'Ombre animale des chevaux disparus

la brutalité des hommes est énorme !

pourtant 
parfois 
la tendresse d'un homme seul m'éblouit encore

 
in Station du chemin 

 

 

 

 

 

21:32 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

01/08/2016

Julie Bonnie

 


 

Il m’est vraiment difficile de comprendre comment tout s’est effondré.

J’ai eu les enfants. Gabor est parti.

J’ai eu peur, moi qui n’avais peur de rien.

Mon corps s’est tu.

Il a fallut que je travaille.

J’ai enfilé une blouse. 

 

in Chambre 2 

 

 

 

15:14 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

31/07/2016

Stéphane Casenobe

 

qu’il est bon de fermer sa gueule quelque fois

qu’il est bon de faire ce que la vie demande

et d’un geste déboutonner l’amour

 

 in Oncle Bo (in Traction Brabant 65)

 

 

22:38 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Perrine Le Querrec

 

comme à la maison où on doit sculpter sa place dans le marbre des cris 

 

in Têtes blondes

 

 

 

22:28 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Yann Bourven

 

Nos noms s’affichent sur les murs de la ville froide. Avis de recherche. Perdus à jamais. Dans des nids de frelons. Dans la Réalité-nuit. On nous oubliera vite, tu sais. On nous oubliera. 

 

in Chroniques du Diable consolateur

 

 

 

 

 

19:28 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Yann Bourven

 

Ci-gît l’espoir, ils ont assassiné la poésie-vérité ! me disais-je enfiévré. Ils m’ont eu, mais qui ? Qui tire les ficelles de la résignation.

 

in Chroniques du Diable consolateur

 

 

 

18:46 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

29/07/2016

Yu Hua

  

Leur sourire ne se lit plus dans l’expression de leur visage, mais dans leurs orbites vides, parce que leur visage n’ont plus d’expression. 

 

in Le septième jour

 

 

 

 

12:44 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

28/07/2016

Yann Bourven

 

 « - Cette Vraie-Vie est un leurre ! Si tu restes ici je te prédis une vie bête et sans saveur ! Une vie de routine et d’asservissement, d’ennui et de surconsommation ! »

 

in Chroniques du Diable consolateur

 

 

 

22:33 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

27/07/2016

Jean-Christophe Belleveaux

 

et puis ça se fissure

on ne sait pas bien

on n’a plus

qu’une vapeur d’âme

un crachin

 

 in Démolition

 

 

 

 

22:20 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Octavio Paz

 

Le savoir ne se distingue pas des rêves, ni le rêve de l'acte.

La poésie a mis le feu à tous les poèmes.

C'en est fini des mots et des images.

Abolie, la distance entre le nom et la chose;

nommer c'est créer, et imaginer c'est naître.

 

 

 

 

 

 

19:58 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

26/07/2016

Thierry Roquet

 

- De quoi tu parles, mon chéri ?

– De ce qui nous entoure ; referme la porte derrière toi, s’il te plaît. 

 

in Le Cow-boy de Malakoff

 

 

20:00 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

25/07/2016

Federico Garcia Lorca



Et quand j'aurai non plus ce goût de braise
 sur une langue de ramier transis
 mais la saveur déserte du genêt,

signe libre des normes asservies,
 je serai dans le corps de la branche figée
 et dans l'essaim des dahlias meurtris.

 in Huit sonnets et une berceuse

traduction par André Belamich

 

 

 

17:34 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Pierre Desproges

 

Je n'ai jamais abusé de l'alcool, il a toujours été consentant.

 

 

 

17:14 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)