Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2016

Jean-Louis Bernard

 

ivres à l’égal

de ces jonchées de bleu

dans la tanière obscure du soleil

 

in Dans la tanière obscure du soleil

 

 

 

11:42 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

20/01/2016

Jacques Dupin

 

Expérience sans mesure, excédante, inexpiable, la poésie ne comble pas mais au contraire approfondit toujours davantage le manque et le tourment qui la suscitent. Et ce n’est pas pour qu’elle triomphe mais pour qu’elle s’abîme avec lui, avant de consommer un divorce fécond, que le poète marche à sa perte, d’un pied sûr. Sa chute, il n’a pas le pouvoir de se l’approprier, aucun droit de la revendiquer et d’en tirer bénéfice. Ce n’est qu’accident de route, à chaque répétition s’aggravant. Le poète n’est pas un homme moins minuscule, moins indigent et moins absurde que les autres hommes. Mais sa violence, sa faiblesse et son incohérence ont pouvoir de s’inverser dans l’opération poétique et, par un retournement fondamental, qui le consume sans le grandir, de renouveler le pacte fragile qui maintient l’homme ouvert dans sa division et lui rend le monde habitable.

in Moraines

 

 

11:54 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Christian Bobin

 

Il nous faut mener double vie dans nos vies, double sang dans nos coeurs, la joie avec la peine, le rire avec les ombres, deux chevaux dans le même attelage, chacun tirant de son côté, à folle allure. Ainsi allons-nous, cavaliers sur un chemin de neige, cherchant la bonne foulée, cherchant la pensée juste, et la beauté parfois nous brûle, comme une branche basse giflant notre visage, et la beauté parfois nous mord, comme un loup merveilleux sautant à notre gorge. 

 

in La folle allure

 

 

11:51 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Alphonse de Lamartine

 

Cependant la nuit marche, et sur l’abîme immense

Tous ces mondes flottants gravitent en silence,

Et nous-mêmes, avec eux emportés dans leurs cours

Vers un port inconnu nous avançons toujours !

 

 in Les étoiles

 

 

 

11:19 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

19/01/2016

Muriel Modély

 

Tu sais briser les fers

L’azur ouvre les bras

Il t’offre des abeilles

 

Est-ce que cela fait mal

D’arracher les dards

De la tête du ciel ?

 

in Penser maillée

 

 

 

15:41 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Muriel Modély

 

Gobe le monde

Croque à pleines dents

Les mots, les mouches

Le gros sel, l’herbe folle

Le jus de vent en bouche

 

in Penser maillée

 

 

 

15:36 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

18/01/2016

Caroline Callant

 

rien ne nous force à devenir

comme tous ces chiens

dressés pour la morsure

 

in Galop chatoyant

 

 

19:27 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Saïd Mohamed

 

On relit ce qu’on a écrit sans le reconnaître.

Ivresse de la prière païenne qui se nourrit d’elle-même

À laquelle aucun parler n’est comparable.

Ce mystère ne nous appartient pas.

En bouche vient le fleuve,

Message jamais interrompu ni commencé.

 

in L'éponge des mots

 

 

19:13 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Daniel Biga

 

Je ne serai jamais plus libre – je veux dire jamais plus indépendant

je veux dire jamais plus responsable de moi je veux dire jamais plus individu

je veux dire jamais plus seul qu’en ce moment

 

 

19:02 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Daniel Biga

 

On perd le sens du vivre quand

La pensée s’emballe

Le mental tournant à vide voudrait rentabiliser

le moindre geste hiérarchiser chaque action

Ainsi vient l’impression de « perdre son temps »

alors qu’on perd seulement le sens du vivre

 

 

 

09:32 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Saïd Mohamed

 

Comment apprécier l’insolence des moineaux

et convaincre l’ombre du bien-fondé de la lumière

Survivre aux ratages de l’existence et à cette nostalgie qui éreinte.

 

in L’éponge des mots

 

 

08:51 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (1)

17/01/2016

Daniel Biga

 

L’amour avec la peur l’amour stérile l’amour sans amitié l’amour injuste par manque insuffisance que ce soit dans un lit un nid dans les buissons l’amour s’il n’est pas expansion universelle dans chaque fibre de matière chaque rayon de conscience l’amour sans amour est inutile

 

in L’Amour d’Amirat

 

 

 

15:05 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Shizue Ogawa

 

De la forme sans contours appellée « rien »

Nous connaissons l’existence

depuis les temps anciens.

 

 

 

14:52 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Jean Digot

 

tes mains plus belles qu’une source

ton visage incertain et fuyant

je voyais tout je te voyais

partout où le jour recommence

 

in passé simple

 

 

 

12:54 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Werner Lambersy

 

Toutes les conquêtes

Sont des fosses

Communes

 

in Opus Incertum

 

 

01:15 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)