Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2015

Pierre Colin

 

Le grain des rêves est humide. Sable et rêve génèrent la même eau, la même femme à la voix de ténèbres. Il faut sans fin lever sa peau entre les sables de la nuit, effacer cette trace de ciel dans nos poitrines.

 

Pierre Colin

 

Depuis toujours, je polis l’airain noir de ton corps

 De tous mes mots, je pèse sur le fléau des villes

Tout ce qu’on peut tirer d’un arbre au crépuscule

 

 

 

22/07/2015

Pierre Colin

 

Peut-être saurons-nous un jour qui est l’âme du bleu ? Des mots, des rêves, d’autres mots, d’autres rêves, des écorces, des branches, l’en marche du désir, l’en marche de la pluie, les horizons errants sur chaque lèvre…

 

 

Pierre Colin

 

 

Tout revient pour germer. Tout revient pour gémir.

 

 Le corps enchevêtré du monde est sur nos pas, brûlant ses hanches, mendiant sa nuque, tirant les oripeaux du sexe sur la route. Etreinte aux ailes de grand froid.

 

 

 

Pierre Colin

 

S.o.s. à la mer. S.o.s. à la pluie. Au suaire du vent qui nous colle à la peau.

 

 

 

Nous savons tous que les mots sont fossiles.

 Ecailles d’un autre âge.

 

  

Il ne reste presque plus rien des rêves. Seulement l’inachèvement des tempêtes, le bleu déchu du ciel dans nos vertèbres.

 

 

 Chaque jour le judas du temps montrant ses traces.

 

 

 

 

 

Nathalie Ronvaux

 

Il existe des enfants

 De 100 ans d’âge

Un ogre a dévoré

 1000 ans

De leur existence

 

 

Lionel Mazari

 

Quand ils tombent de leur petit nuage

dont ils avaient recouvert votre vie,

les gens vous en veulent.

 

  in Fragments apocryphes de J-V Cédille

 

 

 

 

21/07/2015

Nicolas Grenier

 

 Around Conforama (Bondy City)

  La route s’élève jusqu’au ciel fumeux 

A droite le cube froid de Conforama 

A gauche un cylindre dans un hôtel chromeux

Des panneaux s’enroulent dans le panorama

 

 

in Les uns rêvent de lointains paysages

 

 

 

Pierre Peuchmaurd

 

 

Il faut faire attention : avoir le vent en poupe, c'est l'avoir dans le cul.

 


in Fatigues

 

 

 

Anne Archet

 

 

 La bêtise est la seule ressource naturelle vraiment renouvelable.

 

 

 

 

Anne Archet

 

Ce n’est pas la médiocrité qui me dérange, c’est son règne.

 

 

20/07/2015

Pierre Colin

 

Ecrire est un pays qui n’a plus d’horizon.

 

 

 

19/07/2015

Rûmi

 

 

 

Élève ta parole pas ta voix, c’est la pluie

qui nourrit les fleurs pas le tonnerre

 

 

 

 

 

 

 

17/07/2015

Hermann Hesse

 

 

L'homme est un bulbe formé de centaines de pellicules,

une texture tissée de milliers de fils. 

 

in Le loup des steppes

 

 

 

Joseph Joubert

 

Chacun est sa parque à lui-même et se file son avenir.