Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2015

Christian Monginot

 

Un jour il décida qu’il n’y aurait pas d’après et laissa partir sans lui

l’homme qu’il ne serait pas.

 

 

21:45 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Michel Bourçon

 

Un homme debout

est un arbre de viande

 

 qui s’enracine

 sur des idées

 

  

in c’est la mer

 

 

 

14:26 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Diane Meunier

 

Cathédrale du Pouvoir-et-de-l’Argent-Réunis

 

Cathédrale du Travail-Sain-et-de-la-Sainte-Famille

 

Cathédrale de l’Histoire Officielle

 

Cathédrale de la Science-Sans-Concience-aux-Applications guerrières-et-Rémunératrices

 

 

 

(…)

 

Cathédrales du-Progrès-Durable-et-de-l’Avenir-Prometteur

 

Cathédrale du Mensonge-Affirmé-sans-Vergogne

 

Cathédrale de la Vérité-Confirmée-et-de-la-Sainte-Illusion

 

 

 

(…)

 

Cathédrale des Catastrophes-à-Prévoir

 

Cathédrale des Obligations-et-Devoirs

 

Cathédrale des Poids et Mesures des Libertés

 

Cathédrale de la Conformité-et-des-Protocoles

 

  

 

(…)

 

Cathédrale de la Collaboration-Sans-Faille-Avec-les-Collabos

 

Cathédrale de la Santé-qui-a-un-Coût

 

Cathédrale de la Justice Aveugle et du Système Infaillible

 

Cathédrale de la Morale et des Préjugés

 

 

(…)

 

Cathédrale de l’Entreprise et de l’Exploitation de l’Homme par l’Homme

 

Cathédrale de la Solidarité entre les Pauvres

 

 

 

(…)

 

Cathédrale de la Réussite Méritée

 

Cathédrale de la Honte-de-l’Echec

 

Cathédrale des Opinions-toutes-Faites-sur-Tout-et-Rien-et-des-Jugements-à-l’Emporte-Pièce

 

Cathédrale des Premiers qui seront les Derniers et-des Derniers-qui-Ferment-la-Porte-en-Restant-Dehors

 

Cathédrale des Listes-Idiotes

 

 

 

in Abattre les cathédrales

 

 

 

 

14:23 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Michel Talon

 

La radio presse les oranges

 

 in On ouvre

 

 

14:18 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Louis Savary

 

on ne fait pas

 la poésie

 elle est

 déjà faite

 

  

in Opium de personne

 

 

 

14:03 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

11/10/2015

Christian Monginot

 

 

L’état amoureux semble être son état naturel et donner le la à toutes ses émotions. C’est une inclination permanente face à tout ce qui l’entoure. Il voudrait bien sortir de ce nuage qui brouille ses pensées et rend chaque pas hasardeux, mais la ridicule blessure ne se referme pas. Il tombe amoureux à tous les coins de rue. D’une voix, d’un visage, d’un chat, d’un chien, d’un grillon, d’un jardin, d’un ciel d’hiver ou de printemps. Cette énamoration chronique lui donne un air idiot, il le sait bien, c’est pourquoi il travaille à se composer d’autres visages, plus détachés, plus rusés, plus conformes. Il dissimule du mieux qu’il peut l’encombrante plaie sous des froideurs factices, de fausses exécrations.

 

 

 

21:34 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Michel Talon

 

 

Tâter aux ruines des rues

 

Avec un air de montgolfière

 

Proposer un nuage aux dames de mes rencontres

 

 

 

in Orage

 

 

 

 

 

21:24 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

10/10/2015

Jean-Louis Bernard

 

et si l’homme

 entre oubli et secret

 accrochait les amarres du vivre

 au revers de ses songes

 

 

 

in Au juste amont du songe

 

 

 

21:07 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Pascal Perrot

 

Faudrait voir à cesser de nous prendre pour des cons

 Bon, bien-sûr, je ne dis pas que quelquefois, peut-être…

 Hier, on est allé à la chasse aux poètes

 Faut pas croire, ça giboie, et en toute saison

 

Ce qui vole à douze pieds, c’est pas d’la petite bière

 C’est du gibier, mon gars, qu’on prend plaisir à voir

 Les ailes déployées pour cinq minutes de gloire

 Entre nous, on le surnomme « les beaux de l’air »

  

in La chasse aux poètes

 

 

 

19:04 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Jean-Louis Bernard

 

en des temps ralentis

 

ils prononcent

 

l’élégie du silence

 

qui s’ébruitera jusqu’aux berges

 

où l’on devient caillou

 

  

in Au juste amont du songe

 

 

 

19:01 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

André Laude

 

  

J’ai toujours peur

 de mon visage

 dans le regard de l’autre

 J’ai toujours peu parce qu’obscurément je sais

 que je suis coupable de tout

 

  

Pensez :

 Je viens d’ailleurs

 Ma voix est rauque

 je suis différent

 Mon sang

 a coulé d’un feuillage inconnu

 ici

 j’ai toujours peur

 Et pourtant

 j’aimerais avec chacun

 parler

 de la pluie

 et du beau temps

 leur montrer à tous

 les vieilles photos jaunies

 de là-bas

du pays

 

Mais je ne peux pas

 faire le premier geste

 car j’ai toujours peur

 Mais je vous demande

 Pardon

 

 

in Avec ma gueule de métèque

 

 

 

 

18:48 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

09/10/2015

Joshin Luce Bachoux

 

« Que fais-tu grand-mère, assise là, dehors, toute seule ? »

Eh bien, vois-tu, j’apprends. J’apprends le petit, le minuscule, l’infini. J’apprends les os qui craquent, le regard qui se détourne. J’apprends à être transparente, à regarder au lieu d’être regardée. J’apprends le goût de l’instant quand mes mains tremblent, la précipitation du cœur qui bat trop vite. J’apprends à marcher doucement, à bouger dans des limites plus étroites qu’avant et à y trouver un espace plus vaste que le ciel.

« Comment est-ce que tu apprends tout cela grand-mère ? »

J’apprends avec les arbres, et avec les oiseaux, j’apprends avec les nuages. J’apprends à rester en place, et à vivre dans le silence. J’apprends à garder les yeux ouverts et à écouter le vent, j’apprends la patience et aussi l’ennui ; j’apprends que la tristesse du cœur est un nuage, et nuage aussi le plaisir; j’apprends à passer sans laisser de traces, à perdre sans retenir et à recommencer sans me lasser.

« Grand-mère, je ne comprends pas, pourquoi apprendre tout ça ? »

Parce qu’il me faut apprendre à regarder les os de mon visage et les veines de mes mains, à accepter la douleur de mon corps, le souffle des nuits et le goût précieux de chaque journée ; parce qu’avec l’élan de la vague et le long retrait des marées, j’apprends à voir du bout des doigts et à écouter avec les yeux. J’apprends qu’il faut aimer, que le bonheur des autres est notre propre bonheur, que leurs yeux reflètent dans nos yeux et leurs cœurs dans nos cœurs. J’apprends qu’on avance mieux en se donnant la main, que même un corps immobile danse quand le cœur est tranquille. Que la route est sans fin, et pourtant toujours exactement là.

« Et avec tout ça, pour finir, qu’apprends-tu donc grand-mère ? »

J’apprends, dit la grand-mère à l’enfant, j’apprends à être vieille !

    in J'apprends

 

 

 

12:46 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Fabrice Marzuolo

 

Il court sous les jupes de la Tour Eiffel. Quelle santé de fer ! Paré pour vivre centenaire. Ces gens qui renient le temps, qui passent et emprisonnent leur vingt ans à coups de bistouri et d’hygiène de vie, ces gens, sans âge, quoiqu’ils fassent, ont la tête d’une cage avec leur jeunesse dedans.

 

 

 

10:08 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Pierre Bastide

 

 

Pour l’instant l’humanité se cherche :

 

Pas facile de descendre de l’homme,

 

il s’arrête jamais.

 

 

 in Petite suite sur une espèce en voie de mutation

 

 

 

 

10:08 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

08/10/2015

Alain Simon

 

 

 J’ai pour mission le vent des plaines

  Et des orages

 

 in La mort est plus futée qu’une souris

 

 

11:28 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)