Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/07/2015

Pierre Colin

 

Ecrire est un pays qui n’a plus d’horizon.

 

 

 

19/07/2015

Rûmi

 

 

 

Élève ta parole pas ta voix, c’est la pluie

qui nourrit les fleurs pas le tonnerre

 

 

 

 

 

 

 

17/07/2015

Hermann Hesse

 

 

L'homme est un bulbe formé de centaines de pellicules,

une texture tissée de milliers de fils. 

 

in Le loup des steppes

 

 

 

Joseph Joubert

 

Chacun est sa parque à lui-même et se file son avenir. 

 

 

Robert Sabatier

 

 Le racisme est une manière de déléguer à l’autre

le dégoût qu’on a de soi-même

 

 

 

Marcel Migozzi

 

 Le silence, on dirait qu’il rouille.

 

 in Et si nous revenions sans vieillir ?

 

 

 

Jean Giono

 

L'embêtant c'est que la vie, il faut la vivre à la file. Ça commence et, à partir de là, ça tire du long jusqu'à la fin. On ne peut pas choisir. 

in La femme du boulanger

 

 

15/07/2015

Edmond Thiaudière

 

L'Univers est une toile en perpétuel tissage sur laquelle les hommes s'agitent un instant comme autant d'ombres chinoises, jusqu'à ce qu'ils se perdent à jamais dans la trame. 


in La Proie du Néant

 

 

Anne Jullien-Pérouas

 

 Le corps en général est assez bien organisé mais il laisse la place à des fouillis, à des mangroves, à des bifurcations. On y rencontre souvent des armées en déroute, fusils en bandoulière et hâvresacs vides.

 

 

 

Jules Renard

 

Fourmis, petites perles noires dont le fil est cassé. 

in Journal (11 mai 1906)

 

 

Jorge Luis Borges

 

Dieu meut le joueur et le joueur, la pièce.
Quel dieu, derrière Dieu, commence cette trame
De poussière et de temps, de rêves et de larmes ? 

 

 

14/07/2015

Antoine Blondin

 

L’homme se distingue de l’animal en ceci

qu’il est doué d’arrière-pensées.

 

 

 

 

 

 

Anne Archet

 

L’État se fait toujours appeler Patrie

lorsqu’il est sur le point de commettre un meurtre.

 

 

André Breton

 

Rien ne sert d’être vivant le temps qu’on travaille.

 

 

 

Edmond Thiaudière

 

Il en est du poète comme de l'araignée. C'est aussi de son propre fond qu'il tire les fils ténus dont il tisse sa toile, et cette toile sans consistance, dès qu'il a fini de l'ourdir, il la contemple avec le même puéril orgueil et la même sereine immobilité, mais il n'y prendra jamais autant de lecteurs que l'araignée de mouches, et, en prit-il autant, il n'a point, hélas ! la ressource de les manger. 


in La Proie du Néant (Notes d'un pessimiste)