Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2015

Basarab Nicolescu

 

*

     Le bien est tout ce qui sert l'évolution ; le mal, tout ce qui sert l'involution. C'est pourquoi le bien et le mal sont indissociables.

 

 *

     L'involution doit être au service de l'évolution et non pas l'inverse. Autrement Lucifer devient Satan, porteur non pas de l'anti-sens mais du non-sens.

 

 

in Théorèmes poétiques

 

 

 

 

Claude Caillot

 

Les murs sont nus.

 Dans le brouillard des rues,

 Quelque chose survit

 A la fuite des heures.

   

in La solitude du poète

 

 

Louis Latzarus

 

En démocratie, la politique est l'art de faire croire

au peuple qu'il gouverne. 

 

in La politique

 

 

Aldous Huxley

Sous la poussée d’une surpopulation qui s’accélère et d’une sur-organisation croissante et par le moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation des esprits, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques — élections, parlements, Cours suprêmes, et tout le reste — demeureront, mais la substance sous-jacente sera une nouvelle espèce de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu’ils étaient au bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions de radio et de tous les éditoriaux. Entretemps, l’oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs des esprits, mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera. 

 

in Retour au Meilleur des Mondes, essai, 1958

(titre original : Brave New World Revisited)

 

 

 

 

 

26/05/2015

Patrick Joquel

On glane

 Coquilles vides

 Bouts de verre

 Petits cailloux polis

 

 

 On oublie la rumeur de la route

 Le cri du train

 On se nettoie les yeux de ses bureaux

 De ses écrans

 De ses graphiques

 Nul ne peut indexer aux cours des bourses internationales

 nos émotions

 

 

 tant de beauté pour une coquille

 

 

  

 in Cinqueterre, un territoire signé des hommes

 

 

 

Apulée (125-170)


" O Reine bénie des Cieux , que tu sois la Dame CÉRÉS, source originelle de tout ce que porte la terre et qui, ayant retrouvé ta fille Proserpine , dans la grande joie qui te saisit alors, fit disparaître complètement et cesser la faim de ceux de l'ancien temps qui ne se nourrissaient que de glands. Toi qui fis labourer et semer le sol nu d'Éleusis jusque là stérile et donnas alors aux hommes une nourriture meilleure et plus douce; ou que tu sois la Vénus qui, au commencement du monde, fit s'accoupler le mâle et la femelle dans un amour naissant, permettant ainsi à l'espèce humaine de se propager éternellement, toi que l'on adore à présent dans les temples de l'île de Paphos; ou que tu sois la sœur du dieu Phoebus, toi qui as rendu service à tant de gens en les éclairant et en diminuant à l'aide de tes remèdes les souffrances dues au travail et que l'on adore aujourd'hui dans les lieux sacrés d'Éphèse; ou que l'on nomme Proserpine la Terrible en raison des hurlements mortels que tu pousses, toi dont la triple face a le pouvoir d'arrêter et de repousser l'irruption des Furies et des esprits qui apparaissent aux hommes et qui les retient enfermés dans les prisons de la terre, toi qui erres dans les bois et que l'on invoque de façons diverses, toi qui nourris toutes les semences du monde dans ta chaleur humide en leur accordant ta lumière que tu modifies selon tes voyages loin ou près du soleil; par autant de noms ou de manières ou de formes qu'il est permis de t'accorder, je te prie de mettre un terme à mon immense fatigue et à la misère, de ranimer mes espoirs disparus et de me délivrer de la mauvaise fortune qui m'a si longtemps poursuivi. Accorde-moi, s'il te plaît, la paix et le repos en mon adversité car j'en est enduré assez en de travaux et de dangers." "Quand j'eus terminé cette oraison, découvrant à la Déesse le sujet de mes plaintes, il arriva que je me rendormis sur le même lit. Mais, quelques instants plus tard, alors que mes yeux venaient de se fermer, m'apparut s'élevant de la mer, une divine et vénérable face que les dieux eux-même eussent adorée. Peu à peu j'eus la sensation de voir se matérialiser entièrement son corps. Il brillait, surgissait des eaux et tourné vers moi. Je vais donc essayer de décrire son divin aspect si la pauvreté de mon vocabulaire humain peut du moins me le permettre ou si le divin pouvoir me confère celui d'une éloquence assez riche pour l'exprimer. Ce qui frappait avant tout c'est que l'apparition avait une longue chevelure bouclée qui se répandait autour d'elle s'écartant pour tomber de part et d'autre de son divin corps. En guise de couronne elle portait sur la tête une quantité de guirlande fleurs qui s'entrelaçaient. Au milieu de son front était un petit cercle plat, une sorte de miroir ou plutôt de lune à cause de la lumière qu'il projetait. Des serpents qui semblaient se dresser hors de sillons de la terre la supportaient de chaque côté et des épis de blés jaillissaient au-dessus de lui. Ses vêtements étaient du plus beau lin nuancé de diverses couleurs, par endroits blanc et brillant, par endroits jaune comme la fleur du crocus, par endroits rouge rosé, par endroits flamboyant et (ce qui troublait ma vue et mon cerveau au point de les rendre douloureux) son manteau était absolument noir et obscur, avec des reflets d'un noir brillant. Elle le drapait autour d'elle, du dessous de son bras gauche jusqu'à son épaule droite à la façon d'un bouclier; Une partie en tombait, plissée d'une façon fort subtile, jusqu'au bas de sa robe où cela faisait une pointe bien dessinée. ça et là sur ses bords et sur toute sa surface des étoiles scintillaient. Au milieu d'elles la Lune en son plein brillait comme une flamme de feu. Une couronne ou une guirlande tressée et sans brisure, faite de toutes les fleurs et de tous les fruits, suivait complètement le bord de cette merveilleuse robe. Elle portait des choses vraiment très diverses car, dans sa main droite, elle avait un sistre de laiton, pièce de métal plate et incurvée à la manière d'une ceinture et garnie de quelques tringles qui la traversaient ça et là; et quand son bras faisait mouvoir ces tiges groupées par trois elles produisaient un son aigu et clair. Dans sa main gauche elle portait une coupe d'or en forme de barque sur l'anse de laquelle, bien en haut, là où c'est le plus visible, un aspic à la gorge largement étalée dressait la tête. Ses pieds parfumés étaient chaussés de sandales à lanières ornées de palmes de la victoire. C'est dans cet appareil que la divine vision exhalant le parfum des plaisantes épices de l'Arabie fertile, ne dédaigna pas de m'adresser de sa sainte voix les mots suivants:
 "Vois donc, Lucius, je suis venue; tes pleurs et tes prières m'ont incitée à te secourir. Je suis celle qui est la mère naturelle de toute chose, maîtresse et gouvernante de tous les éléments, origine des mondes, détentrice des pouvoirs divins, reine de tous les habitants des enfers, souveraine de ceux qui vivent dans le ciel, manifestation absolue, sous une forme unique, de tous les dieux et les déesses. Ma volonté dispose des planètes du ciel, de l'ensemble des vents des mers et du lugubre silence des enfers. Mon nom, ma divinité sont adorés à travers l'univers de mille façons, en mille coutumes et sous bien des noms. Écoute bien : les Phrygiens, premiers en date de tous les hommes, m'appellent la mère des dieux à Pessinos; les Athéniens qui ont surgi de leur propre sol, Minerve cecropienne; les Cypriotes que la mer encercle, Vénus paphiane; les Crétois qui portent des flèches, Diane dictynienne; les Siciliens qui parlent trois langues, Proserpine l'infernale; les Éleusiens, Cérès leur vieille déesse; certains Junon, d'autres Bellone, d'autres Hécate, d'autres Ramnusia, mais il y a surtout deux sortes de gens, les Éthiopiens qui habitent l'Orient et sont éclairés par les rayons matinaux du soleil et les Égyptiens qui sont excellents dans toutes sortes d'anciennes doctrines et ont coutume de m'adorer en d'exactes cérémonies, qui m'appellent par mon véritable nom Isis, la Reine. Me voici donc je suis venue et prends en pitié ton destin et tes tribulations. Ecoute, je suis ici pour te favoriser et t'aider; cesse tes pleurs et tes lamentations; chasse ta tristesse, car voici le jour salutaire ordonné par ma providence."

 

(invocation de la déesse par Lucius in L'Âne d'or)

Apulée fut lui même initié aux mystères d'Éleusis, du Mithra et d'Isis.

 

 

Proverbe antillais

 

L’arbre a accès au monde non par ses feuilles

mais pas ses racines

 

 

Su Tung po (11ème s.)

 les olives

 

de ces abondants fruits verts, saupoudrés de sel rouge,
 le premier goût est dense, amer, âpre
 on attend, une légère douceur monte d'entre dents et gencives
 plus suave que le miel des précipices d'emblée sucré

 

 

Chiyo-ni (1703-1775)


 
le son de la cloche du soir
 immobilisé dans le ciel
 les cerisier en fleurs



in bonzesse au jardin nu

 

 

 

Diane Meunier

 

La lune est une belle idée de fou

 Les étoiles sont les puces du ciel

 

 in Poèmes en poche

 

 

22/05/2015

Friedrich Nietzsche

On appelle esprit libre celui qui pense autrement qu’on ne s’y attend de sa part en raison de son origine, de son milieu, de son état et de sa fonction, ou en raison des opinions régnantes de son temps. Il est l’exception, les esprits asservis sont la règle. Ce que ceux-ci lui reprochent, c’est que ses libres principes, ou bien ont leur source dans le désir de surprendre ou bien permettent de conclure à des actes libres, c’est-à-dire de ceux qui sont inconciliables avec la morale asservie.


in Humain, trop humain, 1876

 

 

20/05/2015

Paul Carvel

 

Dictature : pays où les citoyens veulent voter mais ne peuvent pas.

Démocratie : pays où les citoyens peuvent voter mais ne veulent pas.

 

in Sel d'esprit

 

 

Proverbe antillais

 

Avec de la patience on voit le nombril d'une puce.

 

 

Proverbe antillais

 

Demain est un imbécile

 

 

Ryokan

un peu ivre

le pas léger

dans le vent du printemps