Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2015

Keiko Niwa

 

Foulant les ombres,

 Je marche d’un arbre d’hiver

 à un autre arbre d’hiver.

 

 

Seishi Sagawa

 

Les feuilles de ginkgo

 tombent

 en forme de clair de lune.

 

 

 

31/01/2015

Jules Supervielle

 

Cependant mille moutons usés par les clairs de lune

Disparaissaient dans la nuit décocheuse de hiboux.

 

  in Débarcadère – Le Gaucho

 

 

Jules Supervielle

  

Je suis si seul que je ne reconnais plus la forme exacte de mes mains.

Et je sens mon cœur en moi comme une douleur étrangère.

 

 

30/01/2015

Régis Belloeil

 

Oui, le temps presse de se souvenir 

Que rien n’a changé 

Mais que tout est 

autre

 

 in Nostalgie

 

 

Charles-Ferdinand Ramuz

 

Il n’y a plus de solitude là où est la poésie.

 

 

29/01/2015

Charles Baudelaire

 

Pour n'être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous; enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. 

 

in Le spleen de Paris

 

 

André Laude

 

un seul visage qui s'avance avec les pépiements
d'oiseaux les brindilles sèches de l'aube
et le sang exalté fourbu fracture majestueusement les tiroirs
des marées
une fiancée touchante danse dans le globe de la lampe
une loutre bleu tend son long cou de fenouil
le plus clair de mon temps scintille aux tempes du matin neuf
un seul visage qui s'empourpre de gestes d'amour de baisers fluides
un seul visage un rire cassant la glace le reflet dans une vitrine
d'un Passage d'une mouette qui proclame la fonte des ombres
une brouette chargée de soleil roule le long de l'avenue
contemplée par des fillettes en tabliers de silence
un seul visage qu'on accueille avec cette inquiétude de l'adolescence
griffée par les rumeurs et les appels
qu'on accueille avec des fleurs de neige et de mutisme
qu'on soulève au creux des paumes jusqu'à la lumière vraie qui
coule des pierres des métaux des corps humains
dans la ville les fêtes se rassemblent et convergent vers
une poitrine de feu
les morts se dissolvent dans l'éther léger de l'instant

 

in 19 lettre brèves à Nora Nord

 

Coluche

 

on ne peut pas dire la vérité à la télé,

il y a trop de gens qui regardent !

 

 

Rosa Luxembourg

 

Ceux qui ne bougent pas

ne sentent pas leurs chaînes.

 

 

 

Louis Savary

 

 

 

 s’il est indispensable

 

de se parler

 

l’essentiel

 

est de s’entendre

 

 

 in Livre sans objet

 

 

28/01/2015

Stanislaw Jerzy Lec

 

Il est un système dont nous ne parviendrons pas à sortir avant longtemps :

le solaire.

 

in Nouvelles pensées échevelées

 

 

André Laude

 

Sauvagement noue sa bouche à ma bouche
un serpent de soif
un serpent de minéral pur
Sauvagement saigne entre mes jointures l'ange
décapité
sur ordre secret
de juges dont les voix
se répercutent au loin de colline pelée à paroi sèche

 

in 19 lettres brèves à Nora Nord

 

 

Charles Bukowski

10426524_844252345613556_5352148082497908252_n.jpg

Charles Bukowski1_n.jpg

 

 

27/01/2015

André Laude

 

O Dieux – parce que je ne sais pas très bien
à qui m'adresser
entre quelles mains indifférentes
remettre ma plainte contre Inconnu –
Ne m'enlevez pas la vivante qui a brûlé mes lèvres d'une joie
sauvage autant qu'un galop de mustang dans la prairie cheyenne
Qui a écarté mes genoux afin que se lève le soleil unique vital
selon la loi non écrite mais proclamée par la gorge de l'eau, la queue de paon du crépuscule
sur les jardins indestructibles
Qui a délivré l'oiseau de gel encagé entre mes épaules toujours crucifiables
Qui a de ses longs doigts minces musiciens inspirés creusé d'immortelles galeries dans mon souffle
où il fait beau où il fait terreur et fiévreuse incantation

 

in 19 lettres brèves à Nora Nord