Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/02/2015

Michel Talon

 

Ta cigarette réveille le chat

 Qui la détrousse.

 Le musicien qui reste

 Souffle les mouettes

 Au téléphone, l’or des repentirs s’anime

  

 in Jeune fille

 

 

Franz Bartelt

 

Dans les grands vaisseliers posés à l’horizon,

 Trésors empilés dans l’ombre poudreuse,

 Des frégates en flacon, des sirènes moisies,

 Des métaux hérissés de couleurs vantardes.

  

Des tourbillons pétrifiés, des fugitifs à l’arrêt

 Et de longs autobus vernis à la main.

 

 

Werner Lambersy

 

 Le poème
est un rapport inconnu
à la vérité

la mort aussi

le poème n'est pas la mort
mais il passe
par là

la mort
comme le poème
passe par là où l'on ne peut
qu'être seul

la mort est poétique
en ce qu'elle est sans retour

le poème
est la mort de la mort

 

 

 

 

Fernando Savater

 

moins on possède une culture authentique plus on a besoin de dépenser de l'argent pour se divertir le week-end ou pendant les vacances. Si personne ne vous apprend à vous créer des joies de l'intérieur, vous devez tout acheter au-dehors. Vous tombez alors dans l'échec dénoncé il y déjà des siècles par un sage taoïste : " L'erreur des hommes est d'essayer de réjouir leur coeur avec des choses, quand ce qu'ils doivent faire c'est réjouir les choses avec leur cœur. "

in Pour l'éducation

 

 

25/02/2015

Jean Gédéon

 

Sous la surface

 Ils

  Invisibles. Mais

  Ils sont là-dessous qui poussent et poussent et poussent.

    

 in La peur

 

Jean-Paul Gavard Perret

 

Seule la nuit suce l’angoisse et la remue vibrante. Reprendre, répéter. Nudité du matin sur la ville. Le pont ne sert à rien. D’un bout à l’autre du jour, les débris d’insomnie autour des écrous noirs où se défait sa cambrure. Corps cassants, cassés déchirant le jouir. Peu d’histoire tout compte fait.

 

 in Les oignons et la glotte

 

 

Louis Savary

 

Combien

 Ont traversé mes nuit

 Sans même

 Un mot de passe

 

 in Tabous de nous

 

 

24/02/2015

Patrick Joquel

 

Pour une joie éblouissante.

 Ruisselante.

 Je traverse la saison sans parler. Ou si peu. L’été je n’ai rien à dire. Ces profonds bleus m’étincellent et cela suffit.

 

 

Raymond Radiguet

 

L’originalité consiste à faire comme tout le monde

sans pouvoir y parvenir

 

 

Franz Bartelt

 

C’est le temps des transitions imperceptibles,

Un glissement vers l’ombre qu’on ne soupçonne pas.

 

 

Franz Bartelt

 

Je dresse des listes à défaut de dresser des lions.

 

 

23/02/2015

Lucien Becker

 

Seul, le ruisseau continue à couler,

 heureux enfin d’être entendu des herbes

 et de pouvoir aider la terre à tourner

 à l’intérieur du silence.

 

in Plein d’amour

 

 

Marguerite Yourcenar

 

Depuis près d'un demi-siècle, il se servait de son esprit comme d'un coin pour élargir de son mieux les interstices du mur qui de toute part nous confine.

 

in L'Œuvre au Noir

 

21/02/2015

Proverbe chinois

 

Tout bois est gris quand il est réduit en cendre.

 

 

Fiston Nasser Mwanza Mujila

 

Vous qui gosses, avez pour lit

 Le pavé de la mairie

 Vous qui gosses, été, hiver, automne,

 Printemps, obtenez le prix Goncourt de la misère

 Vous ! Vous ! Vous ! Vous !

 Vous êtes des héros.

  

in Prières aux dieux