Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2021

Andrei Tarkovski - Polaroïd

Andréi Tarkovski Polaroïd 6ae9.jpg

 

 

Andrei Tarkovski

N’aie pas peur. La mort n’existe pas. Non, il y a la peur de la mort, et c’est une peur affreuse. Parfois, elle pousse les gens à faire des choses qu’ils ne devraient pas. Mais combien les choses seraient différentes si seulement nous pouvions cesser de craindre la mort.

 

in Le Sacrifice, son dernier film

 

 

18:21 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Angélique Ionatos - Optimisme (Et si l'arbre brûle)

 

"

Ma mère Angélique Ionatos s’est éteinte ce mercredi 7 Juillet.
J’ai du mal à trouver les mots, ils étaient si importants à ses yeux, elle qui leur a dédié sa vie.
Et puis comment résumer une carrière comme la sienne, comment parler de la mère qu’elle était.
Elle a façonné la définition de l’artiste à mes yeux, et son départ me laisse un vide immense tout en ayant conscience qu’il sera à jamais comblé par son œuvre, éternelle, et essentielle et évidemment par mes souvenirs.
Elle s'inscrit à jamais dans la dynastie des plus grands artistes de son époque, des plus grandes, des plus audacieux et des plus audacieuses.
Pour elle, l’artiste devait témoigner de son temps, et résister.
C’est ce qu’elle a fait continuellement.
Pour elle encore, la poésie était mère de tous les arts, et comme disait René Char, poète si cher à ses yeux, à ceux de mon père, et aux miens “Dans nos ténèbres, il n’y a pas une place pour la beauté, toute la place est pour la beauté”
Ses mots, ou ceux qu’elle a empruntés à d’autres, résonneront à jamais comme un guide et ne résonnent que plus fort, comme jamais auparavant, depuis qu’elle est partie.
Elle me manque déjà terriblement, mais je l’imagine aux côtés de ses pairs, de mon père, quelque part en Grèce sans aucun doute.
Le regard d’aigle c’était mon père, et elle définitivement les effusions de mésanges, René Char, encore.
Son héritage dépasse l’entendement, mon amour pour elle aussi"
 
Alexis Sevenier
 
 
 
 

 

Dirk Fleischmann

Dirk Fleischmann 5f.jpg

 

 

 

Valerie Vie

La malédiction d'un président, penché sur le berceau des jours de son peuple " c'est la guerre" prend forme. Jamais amis n'auront été plus déchirés. Jamais familles plus opposées. Nous irons jusqu'à enfermer les nôtres réfractaires. Nous les parquerons. L'histoire, nous la connaissons par cœur, nous l'avons tant et tant vécue. Les deux camps seront sourds à l'autre jusqu'au sang. Pour un virus, on tuera les familles, les activités, la santé. Pour éviter 0.01 mort on en fera 100. Sans hésiter.
Ce n'est pas un "Corona"virus qui a nuit à nos vies, c'est un logos nouveau : la mort est évitable, la mort sera de ta faute. La tienne et celle de tous les autres. Tu as le pouvoir d'un dieu, celui de sauver, si tu restes assis devant ton écran à faire exactement ce qu'on te dicte.
Dicte moi, maldicte moi, bénédicte moi mais dicte moi, moi qui n'ait plus le sens des mots, cachés dans des livres trop vieux, trop lointains. Moi qui suis incapable de lire, dis moi quoi dire quoi croire, quoi voir : que j'abandonne mes pères seuls en mouroir ? Oui de suite. Amen. Que je masque mon enfant en pleine croissance. Oui de suite. Amen. Que j'empêche tout malade de se soigner ? Oui de suite. Amen. Que j'injecte un produit dont j'ignore tout dans n'importe quel bras ? Oui de suite. Amen. Que j'enferme celui qui refuse l'injection ? Oui de suite. Amen.
Et je m'exécute. Et de s'exécuter. Exécution.
Jamais, de tout temps il n'y eut plus de survivants sur la planète à une pandémie.
Vous l'a-t-on dit une seule fois ?
Une fois, juste pour vous faire du bien ? Non? Dommage, ce sont les mots qui soignent.
Et ce sont les mots qui tuent.
 
 
.
 

11:33 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

07/07/2021

Le poulpe et la pulpe lu par Gorguine Valougeorgis

une.jpg

Cardère éd., 2010

 

" J'ai dévoré d'une traite Le poulpe et la pulpe. J'ai adoré le lire, ton écriture est tentaculaire, puissante, belle et inspirante, tes images riches et inattendues. Ça faisait longtemps que je n'avais pas été aussi bien secoué par une lecture.
Merci d'écrire ainsi. "

 

 

 

 

05/07/2021

LES OISEAUX DE PASSAGE de Cristina Gallego et Ciro Guerra (2019)

 

 

 

01/07/2021

Avis de parution : Paraît que d'Heptanes Fraxion, cinquième délit buissonnier

Patrick Bories .jpg

photo : Patrick Bories

 

Toutes les infos ici :  http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/archive/2021/...

 

 

 

Denis Sarazhin

Denis Sarazhin n.jpg

 

 

 

Samian - Blanc de mémoire

 

 

 

15:29 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Auteur inconnu

frédéric jacobé peut-être_n.jpg

 

Sur ton front glacé tous mes souvenirs épars

Un profond baiser et je clos ton regard.

 

in Journal 1996

 

 

 

Catherine Durand - Au fond de tes bois

 


Devant toi se lève l’aurore
Elle frôle les draps
L‘inertie est douce quand tu dors
Le reste attendra
Mais comme il fait sombre
Au fond de tes bois

Tous les jours tu te tairas encore
Sans même savoir pourquoi
Tu retarderas tous les remords
Ils se colleront à tes pas
Sortant à moitié nue dehors
Car tu préfères avoir froid
Ce qu’on ignore ne nous tue pas

Comme un vent fou du Labrador
Qui s’essouffle en toi
Mille et une pages que tu perfores
Sans écrire quoi que ce soit
Un roman de plomb
À chacun de tes bras

Tous les jours tu te tairas encore
Sans même savoir pourquoi
Tu retarderas tous les remords
Ils se colleront à tes pas
Sortant à moitié nue dehors
Car tu préfères avoir froid
Ce qu’on ignore ne nous tue pas 

 

 

 

15:06 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Le rêve du loup

Un conte noir écrit dans les années 2000, lu par l'auteur.

Photo empruntée à Christian Houge.

 

 

Jenna Barton

Jenna Barton 0.jpg

 

« Aussi pâles que la lune, aussi nombreux que les étoiles », racontait sa grand-mère lorsqu’ils étaient lui et ses frères et sœurs, pas encore sortis de la tanière. « Les Hommes étaient des créatures sans pelage, ni plume, très faibles à la naissance. Il fallait d’innombrables lunes avant qu’ils ne sachent se déplacer à quatre pattes, mais très vite, ils se tenaient sur deux pattes seulement et grandissaient en direction du ciel. C’était des êtres extrêmement rusés, habiles, qui habitaient de solides abris. Excellents chasseurs, disait encore la grand-mère, ils ne craignaient ni l’eau, ni la foudre de feu, ni aucune autre créature à part l’ours. Les Hommes, racontait-elle encore, vivaient en bonne entente avec nous, jusqu'au jour très ancien où une épaisse couche de glace recouvrit la terre. Le gibier se fit alors de plus en plus rare. Les Hommes ne voulurent plus partager et commencèrent à nous chasser aussi, rompant ainsi nôtre vieux pacte d’amitié. »

 

in Le rêve du loup

 

 

29/06/2021

Catherine Durand - Toit de pierre

 


Fixées aux falaises
Les sentinelles aux abois
Soufflent sur les braises
Qui ne se réchauffent pas

Sous un toit de pierre
Le ciel se fait lourd
Elles ne laissent derrière
Que la chair à vautours

Elles dorment éveillées
Ensevelies sous les plumes
La douceur effondrée
Sous le poids de l’enclume

Sous un toit de pierre
Le ciel se fait lourd
Elles ne laissent derrière
Que la chair à vautours

La nuit meurtrière
A fauché au détour
L’amour éphémère
Redevenu sourd 

 

 

22:03 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)