Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2020

Christian Schloe

Christian Schloe.jpg

 

Moi aussi, je fais partie du clan des Cicatrices et je ne puis être telle qu’on me souhaite, l’incohérence est naturelle, bien plus que l’ordre et la logique !

Je suis un sacré bout de bonne femme ! Et chaque mot à son importance !

Louve parmi les hommes, me reste à trouver ma place parmi les femmes… Que de mystères !

Amoureuse ? Oui ! De ces choses insaisissables que sont le vent et le soleil, la lumière des étoiles, le parfum de la lune, l’eau, le feu et les chants qui montent au ciel !

Les autres m’ont rendue méfiante mais ils m’ont également appris la sagesse. Parfois, c’est si facile de lire en eux que c’en est effrayant ! Des enfants, voilà la vérité, peu d’êtres humains ont quitté leur enfance ! Devenir « adulte » exige un courage que nous avons perdu ou oublié. Je n’en ai pas beaucoup de ce courage là mais j’ai l’avantage de pouvoir me déployer dans toutes les directions, je suis une antenne multipliée vers l’infini. J’ai mis un pied dans le monde d’en bas, celui qui se dissimule sous la croûte dorée des réalités superficielles, et jamais je ne pourrais oublier. Je n’ai pas d’autre choix que d’avancer là où le courant me porte, en tâchant de danser, de danser avec lui autant que je le peux !

 

cg, in Journal 1998

 

 

 

 

05/11/2020

Marjan Farsad - Setareye Soheil

 

 

 

23:21 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Zeynep Beler - Andromeda

Zeynep Beler Andromeda.jpg

 

Mes yeux sont des miroirs en flammes, mon sexe un coquillage dans ta paume fraîche.

Poumons, torse, seins, veines. Météores de désir aux frontières de chair. Écume de jasmin.

 

Les dés sont jetés. Exil de la flèche en déroutante verticalité. Incision. Je décrypte le signe.

La chair, la sève et le squelette des rêves. La substantielle énigme de verre.

 

cg in Les mots allumettes, Cardère éd. 2012

 

 

 

 

 

Sonne Hagal - Gold

 

 

 

 

19:50 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Auteur anonyme - Le Splendor Solis - Traité alchimique manuscrit allemand - 1582

Auteur anonyme - Le Splendor Solis - Traité alchimique manuscrit allemand - 1582 (2).jpg

 

Fleur parmi les fleurs
se tourner ouverte
vers la lumière

dans la brèche
laisser couler le miel
l'âme est une abeille

 

cg in Des volcans sur la lune

 

 

Jonk

Jonk.jpg

 

 

Christian Guerder

Christian Guerder 6.jpg

 

Silence épinglé au ciel

Boutons d'étoiles mal cousus

Aux vestes des poucets

Chuchotis de rivière

Soupirs des fossés

Libellules ensorcelées

Par les folles herbes

 

cg, in Au fond du tiroir, Livre d'artiste n°2, 2012

 

 

 

 

 

Uña Ramos - Reflets De Soleil

 

 

 

11:52 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Rage ; rabia de Regina José Galindo

09.jpg

 

Traduction LAURENT BOUISSET  - Langue d'origine : ESPAGNOL

 
 

Dans le numéro spécial Guatemala de la revue Nouveaux Délits (n°58) réalisé en collaboration avec Laurent Bouisset, vous aviez pu découvrir des traductions de poèmes de Regina José Galindo, leur puissance à l'image de tout son travail d'artiste poète et performeuse, la voici donc publiée en France pour la première fois aux éditions des Lisières.

"À l'image de son travail d'artiste performeuse, la poésie de Regina José Galindo est crue, brute, viscérale. Reflet de la violence d'un continent, son écriture radicale dénonce la violence faite aux femmes et aux Indiens dans son « mauvais mauvais mauvais Guatemala » en proie aux gangs après trente-six années de guerre civile. Rendre hommage et affirmer une résistance, c'est ce que construit par son travail artistique et poétique Regina José Galindo, avec rage et vitalité."

 

à commander ici :

https://halldulivre.com/livre/9791096274222-rage-rabia-ga...

 

Le site de Regina :

http://www.reginajosegalindo.com/en/home-en/

 

Le numéro spécial Guatemala :

http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/archive/2017/...

 

 

 

04/11/2020

Selva

Selva maquette.jpg

 

Selva

 

Ombres pâles sous la lune, le petit groupe avance, en silence. En tête, l’Ancien, celui qui sait. La nuit aux yeux d’onça les observe, les couve de désir phosphorescent, de douceur oppressante. Ténèbres végétales gorgées de sucs et de venins. Les transes stridentes des insectes s’élèvent, s’apaisent. Pulsations, ondulations, symphonies d’un autre monde. Océan de cuirasses, carapaces, antennes, crocs, mandibules, pattes, mâchoires. Copulation. Mutilation. Vie et mort s’entredévorent.

 

Les hommes marchent. Des traits rouge vif marquent leurs pommettes saillantes. Colliers, perles d’os, flûte gravée, calebasses remplie de feuilles, graines, poudres, pierres secrètes. Les hommes marchent vers le monde des morts. Bientôt leur terre ne sera plus. Atteinte depuis trop longtemps d’une étrange maladie, elle rétrécit et personne ne sait comment la guérir, pas même celui qui sait, l’Ancien.

 

Une étrange maladie et bien d’autres fléaux aux mains d’un envahisseur blanc, cruel, avide, au pouvoir venimeux. L’Ancien ne peut que s’incliner ; les Esprits semblent avoir rétréci avec son monde. Il ne les entend plus. Fouillés, prospectés, clôturés, abattus, démembrés, brûlés, souillés, massacrés, les Esprits ne parlent plus.

 

L’Ancien pourtant continue à marcher. Solide. D’autres le suivent. Ombres de plus en plus pâles sous la lune rouge. Et des ténèbres vers la voûte lactée, monte la plainte de la Mère qui pleure.

 

cg in Sursis (à tire d'ailes 2017)

Collage originale du même nom

 

 

 

Musique Indienne du Brésil (1968)

Lançado em 1968 pela Disques Vogue na Collection du Musée de l'Homme.

Registrado e editado por Simone Dreyfus-Roche, ligada ao Département d'Ethnomusicologie du Musée de l'Homme.

 

 

 

 

 

 

 

 

19:54 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Andre Penner - Amazonie - 23 août 2020

Andre Penner Amazonie 23 août 2020.jpg

 

En octobre, 17.326 feux ont été recensés en Amazonie

contre 7.855 lors du même mois de l'année dernière...

 

 

 

La Mort et le Météore de Joca Reiners Terron

 

Zulma éd., 1er octobre 2020

lamortetlemeteore_plat1-hd-572203.jpg

190 pages, 17,50 €.

 

Nul homme n’est le roi de quoi que ce soit.

LES INDIENS MÉTROPOLITAINS

 

Un roman bien singulier que La Mort et le Météore, une dystopie amazonienne qui dresse un portrait acerbe d’une sinistre réalité brésilienne, d’ailleurs exacerbée encore depuis les dernières élections présidentielles, envers l’environnement et les derniers peuples autochtones, notamment les plus isolés, dits non contactés. C’est de ceux-là qu'il est question dans ce roman, qui se déroule dans un futur de plus en plus proche où il ne reste rien de la forêt amazonienne sinon quelques derniers hectares brûlant comme l’enfer et où le Chili a disparu sous le Pacifique.

La mission qui est confiée au narrateur par Boaventura, un vieux et énigmatique protecteur des derniers Indiens Kaajapukugi — alors qu’une fusée chinoise s’apprête à décoller pour une nouvelle tentative de mission habitée vers Mars — c’est d’accompagner les Kaajapukugi au Mexique, avec l’aide de l’association Survival International (qui existe vraiment) et de les aider à s’y installer. En effet, les cinquante ultimes membres de cette tribu isolée, confrontée à la destruction intégrale de l’écosystème essentiel à leur survie physique et spirituelle, ont demandé l’asile politique. Une première dans l’Histoire. Le Canada, qui avait accepté en premier, étant bien trop froid, c’est finalement le Mexique qui sera leur terre d’accueil et plus précisément un plateau du territoire mazatèque.

Tout ce que les Kaajapukugi connaissent et bien qu’ils soient parvenus à échapper pendant 400 ans à l’avancée de l’homme blanc, bien qu’ayant frôlé une première éradication au XIXe siècle, raconte Boaventura, a été détruit avec « leurs plantes médicinales sacrées, et même les poisons dans lesquels ils trempaient leurs flèches ou encore le timbó, cette légumineuse toxique qu’ils utilisaient pour la pêche. Les fleuves sont asséchés, les poissons sont morts. Tout a disparu, y compris les hannetons dont ils extrayaient du tinsdanhán. Avec l’érosion tout est parti, il ne reste plus que du sable. Et, suite à la disparition du tinsdanhán, c’est aussi leur monde supérieur qui a été emporté, leurs dieux, leurs fêtes et même les trois Ciels où ils auraient trouvé repos dans la nature, chassé joyeusement les hannetons et fait l’amour avec leurs femmes ».

Et justement, les cinquante derniers membres de la tribu, sont tous des hommes.

C’est donc une bien triste mission qui est confiée au narrateur, anthropologue intéressé par les langues mortes et jusque-là surtout un « rond de cuir coincé dans un bureau de la Commission nationale pour le développement des peuples indigènes, à mi-chemin entre le ventilateur et le classeur métallique, et à environ deux coudées de la petite table où le thermos de café exhalait ses derniers soupirs. ». Pas marié, sans enfant, il vient de perdre ses parents et se retrouve héritier seul et endeuillé d’une vieille maison dans le centre historique d’Oaxaca au Mexique, ville décor pour touristes où tous les temps se sont mélangés. Pour lui, c’est donc une mission des plus intéressantes, ne serait-ce que pour le sortir de sa morne vie et lui permettre d’approcher une langue quasi inconnue et de faire quelque chose de bien qui pourrait donner un peu de sens à sa vie. Et il compte sur Boaventura pour le guider dans cette mission, puisque ce sertanista (spécialiste de la forêt amazonienne) de la Funai, la bien réelle Fondation nationale de l’Indien au Brésil, a consacré sa vie à la défense des Kaajapukugi. Mais voilà que la mort subite de ce dernier sème le trouble et la mission prend une tournure des plus imprévues. Une vidéo envoyée par Boaventura à l’anthropologue, juste avant de mourir, pourrait être la clé du mystère kaajapukuji.

Il serait dommage de révéler plus de ce récit vraiment atypique, si ce n’est qu’il ne cache pas une critique sèche et sans concession d’un monde violent et vorace, vu sous l’angle des plus fragiles des humains, mais aussi les plus mystérieux, qui ont des connaissances que le monde moderne ignore et sous-estime grandement. Dans La Mort et le Météore, elles dépassent les lois du temps et de l’espace. Il est aussi une plongée dans les abîmes de l’être humain et la tentative d’y échapper. Joca Reiners Terron mêle, dans ce roman d’aventure terminale, fiction, fantastique et réalité, une très dure réalité qu’il connaît de par son engagement pour la forêt amazonienne.

C’est son premier roman traduit en français. Un auteur à suivre.

 

Cathy Garcia Canalès

 

joca-terron-03-renato-parada_freeofcharge-399.jpegJoca Reiners Terron est né en 1968 dans le Matto Grosso. Il vit à São Paulo. Il a publié une dizaine d’œuvres narratives et trois recueils de poésie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Virginie Despentes - Création d'un corps révolutionnaire - 16 octobre 2020

 

à écouter, partager, merci madame ! magnifique !

 

 

 

 

 

 

03/11/2020

Tramontane de Vatche Boulghourjian (2016)

 

 

 

22:52 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)