Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2020

Equidad Barès - La Estrella

 

 

 

 

22:36 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Deuxième avis de parution : Mon collier de sel

couv scan.jpg

 

Poèmes 1993-2010

 

 

 

j’ai cassé mon collier de sel

ne porte plus désormais

que des colliers de ciel

 

2020

 

Mon collier de sel 5.jpg

 

Format A5, 36 pages agrafées

Illustrations originales de l'auteur

 

 

Édité et imprimé par l'auteur
sur papier 100 gr calcaire
couverture 250 gr calcaire
100 % recyclé

 

tirage numéroté et signé

 

à réserver par mail à mc point gc arobase orange point fr

12 € + 2 € pour le port

 

 

 

02/11/2020

Le Tarot de Saint Cirque : avis de parution imminente !

 

 

Garcia Mazari.jpg


"J'ai eu tous les vices ;
ma vertu fut
de n'en avoir cultivé aucun.
C'est là la Tempérance
qui me fait parler de moi
au passé simple et tendre.
De toutes mes expériences,
je garde cette saveur particulière
des vies franches et pleines
qui laissent l’âme tranquille
et le cœur en paix.
D'abus en abus, je n'ai désabusé
que l'ombre de moi-même ;
qu'elle cuve à la cave ou boite au grenier,
jour et nuit, je marche sans cette ombre-là.
De ces dissolutions parfois extrêmes,
j’ai obtenu d’étranges pouvoirs :
je vois clair dans vos nuits ;
de la boue, je sais tirer
des ailes de lumière."

 

Illustration en couverture de Cathy Garcia Canalès

 

ISBN : 978-2-35082-457-4
64 pages au format 14 x 20 cm,
8 € (+ 3,50 € de forfait port quel que soit le nombre d’exemplaires commandés)
Commande à
Gros Textes
Fontfourane
05380 Châteauroux-les-Alpes
(Chèques à l’ordre de Gros Textes)

 

 

 

 

Mes fous chez Voix Dissonantes

extraction-de-la-pierre-de-folie-par-jerome-bosch

texte cathy garcia  / jérôme bosch  L’excision de la pierre de folie  1494

 

 

Il existe sur cette terre un peuple dont on ne parle jamais mais ils se reconnaissent entre eux ; ils s’aiment ou se haïssent mais surtout sans cesse, ils se renvoient la même question, la seule à leurs yeux qui mérite d’être posée. Ils cherchent, cherchent sans répit, sinon quelques plages de mensonges et certaines formes d’oubli. Cette question murmurée, implorée, chantée, hurlée, ils s’en frappent la tête. Ils s’en mettent le cœur à vif. Ils la boivent tel un vin rare, se saoulent et se régénèrent, la perdent pour mieux la retrouver jusqu’au bout des nuits blanches, des journées sans soleil. Ils la décortiquent, l’aspirent, la crachent et l’offrent parfois sans calcul comme un bouquet de fleurs à une âme de passage.

 

Certains disent qu’ils sont fous. Et alors ?

 

Il en faut des fous pour exorciser nos démons, pour donner corps à nos monstres et nous permettre de dormir en paix ! Il en faut des fous pour se mettre à nu et se poignarder avec tous nos pieux mensonges ! Il en faut des fous pour se lancer dans ce vide que nous n’affrontons pas même du regard. Il en faut des fous pour aller décrocher les étoiles qui brillent derrière nos paupières cousues.

 

 

Il en faut des fous pour accoucher le monde !

 

Fous ! Les fous battent la campagne et la breloque !

Fous ! désaxés ! détraqués ! dérangés !

Siphonnés, piqués, cinglés, timbrés, cintrés!

Mabouls, marteaux ! Toqués, tapés ! Tordus, toc-toc,

Cinoques, louftingues, dingues loufoques !

 

Z’ont perdu la raison,

La boule et la boussole,

Une araignée au plafond,

Mais qu’importe Monsieur,

Les fous travaillent et pas qu’un peu

Les fous travaillent du chapeau !

 

Les fourres tout

Les foutrement gais

Les inspirés

Chercheurs de vérité

Fous téméraires

Et foutu bordel !

 

Les fous à lier

Les fous de liberté

Les fous d’amour

Les fous de bonheur

Les fous de joie

Les fous de rire

Les fous des bois

Fous de toi

Et fous au galop

Les fous échappés du jeu de tarot

Les fous en marche

Sur l’échiquier

 

Il y a aussi les foutez-moi la paix

Les foutez-vous de ma gueule

Et tous ces fous qui en veulent

Il y a les vieux fous sans lendemain

Les fous qui combattent les moulins

 

 

Les fous parlent à leur chien

Les fous respectent la terre

Les fous donnent tout

Les fous ne mentent pas

Les fous flânent en chemin

Nourrissent les oiseaux

Les fous pleurent

La mort d’une fleur

Les fous se rient des frontières

Les fous traversent les déserts

Gravissent les montagnes

Franchissent les mers

À la nage ou à la rame

Les fous disent paix et tolérance

Brûlent leur carte d’identité

Pour être sans-papier

Refusent de s’alimenter

Parce que d’autres sont affamés

Les fous ne ferment jamais leur porte à clé

 

Les fous vivent dans les arbres

Les fous sèment des jardins

Les fous se couchent au sol

Devant les tanks les bulldozers

Il y a des fous qui aiment tellement les animaux qu’ils ne les mangent pas

Il y a les fous qui balaient devant leurs pas

pour ne pas écraser les fourmis

Les fous parlent d’amour quand on leur fait la guerre

Les fous pardonnent à leurs tortionnaires

Les fous luttent, résistent, inventent

Aiment et cultivent la différence

 

Les fous vivent leurs idéaux

Les fous crachent des poèmes

Sur les façades des cités

Les fous refusent télé, supermarchés

Refusent d’être vaccinés, pucés

S’entêtent à ne pas se résigner

 

Les fous un jour partent

Sans se retourner

Les fous voyagent à pied

À dos d’ânes, en roulottes

Il y a des fous qui vont dans une grotte

Méditer pendant des années

Il y a des fous qui peuvent

Se passer d’électricité

Les fous font de leurs rêves une réalité

Les fous s’aiment malgré tout

Les fous refusent le garde à vous

Les fous croient en la justice

Et pensent pouvoir changer le monde

 

Mais les fous craignent les fous

Les fous vraiment malades

Les fous nocifs, les fous dangereux

Les foutez-les dehors

Les fous qui veulent rester entre eux

Les fous offensifs

Führers et fous sanguinaires

Des fous pervers

Fous du violent

Foudre de guerre

Fous psychopathes

Et fous de la gâchette

Des fous furieux

Des fous maniaques

Des fous avides

Des fouilles-merde

Des fous stupides

Fous des grandeurs

Fous persécuteurs

Fous délirants

Fous paranoïaques

Et fous de la matraque

Des fous forcenés

Fous d’odieux

Des fous banquiers

Fous scientifiques

Fous fanatiques

Des fous déguisés en flic

Fous de fric de pouvoir

Des fous politicards

Fous qui veulent tout diriger

Fous qui veulent tout acheter

Y’a pas pire fous que ceux-là.

Fous qui pensent qu’ils n’en sont pas

 

Et qui proclament :

 

Est fou celui qui ne pense pas comme nous…

Est fou celui qui n’est pas comme nous…

 

Et ils enferment, détruisent, asservissent et assassinent.

 

Monde foutu par ceux-là ?

Planète foutue par ces fous ci ?

 

Plutôt fou-rire !

 

 cg, in Follement autre

 

 

Source et merci à :

http://voixdissonante.eklablog.com/dans-les-textes-les-fo...

 

 

 

01/11/2020

Erik Satie - Gnossienne No.3

 

 

 

 

23:55 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Ramon Casas - Erik Satie El Bohemio o el poeta de Montmartre - 1891

Ramon Casas_Erik Satie El Bohemio o el poeta de Montmartre. 1891..jpg

 

 

23:47 Publié dans WE HUMANZ | Lien permanent | Commentaires (0)

LesIvres Vivants - Cantate

 

Voix : Audrey Gambassi - Violon : Amélie Barbey - Guitare : Lionel Mazari

 

 

Jonk

Jonk04__880.jpg

 

 

 

After the Wedding de Susanne Bier (2006)

 

 

 

 

Dick de Dery - Boite à asticots - Argent et os

Dick de Dery boite à asticots. argent os _n.jpg

 

 

 

Stéphane Mallarmé

 

La mort a des égards envers ceux qu’elle traque :

Elle enivre d’azur nos yeux, en les fermant,

Puis passe un vieux frac noir et se coiffe d’un claque

Et vient nous escroquer nos sous, courtoisement.

 

 

 

22:45 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Margarita Fick - Papel picado por el Dia de los Muertos - Mexique

Margarita Fick, papel picado-4-large.jpg

 

 

 

Antonio Aguilar - Canción Mixteca

 

 

 

19:15 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Margarita Fick - Papel picado por el Dia de los Muertos - Mexique

Margarita Fick, papel picado.jpg

 

 

 

La mort

Chacun d’entre nous a une relation unique, et souvent incommunicable, avec la mort. Pour les uns, c’est une réalité vécue au plus près, parfois des plus brutales et dont ils ne peuvent se défaire, Pour d’autres, c’est une abstraction qu’ils n’ont pas eu à côtoyer de près et ils font tout leur possible pour ne pas avoir à y penser et vivent comme si ça n’allait jamais arriver. Pour d’autres, plus rares, c’est une expérience vécue personnellement dans – ou plutôt hors de – leur propre corps et dont ils sont revenus, complètement transformés.

 

Depuis le début de l’humanité, celle-ci à cherché des réponses à cette fin que l’on peut repousser, ignorer mais qui s’avère inéluctable même si certains continuent cette quête tout aussi ancienne peut-être d’immortalité. On sait bien qu’une certaine élite aujourd’hui pense qu’elle va y accéder grâce aux avancées technologiques, sans conscience de l’enfer que cela représenterait en réalité d’être enfermés pour toujours dans une si étroite enveloppe que le corps humain, même avec tout l'or du monde.

 

La question cependant qui se pose, c’est que oui la mort est une fin, mais la fin de qui, la fin de quoi ? Est-ce vraiment une fin ou bien un passage, le début d’autre chose ? Où étions-nous avant de naître, où seront nous après ? Et chaque civilisation, société, chaque religion, d’innombrables chercheurs, philosophes, occultistes ou autre, mais aussi chaque individu pour lui-même et en lui-même, a cherché, cherche et cherchera encore et chacune, chacun de proposer ou imposer une ou des réponses qui demeurent de l’ordre de la croyance, de la foi, de l’intuition, mais qui restent à ce jour sans preuve, si ce n’est donc des témoignages de plus en plus nombreux, mais surtout de plus en plus sérieusement étudiés, venus de ceux qui seraient passés de l’ « autre côté ». Et personnellement, je pense que l’étude de ces « phénomènes » est une des avancées les plus intéressantes pour l’humanité aujourd’hui car changer notre regard sur la mort changera notre regard sur la vie et sur nous-mêmes.

 

Car aussi difficile que soit toutes les épreuves liées à la mort : perdre ceux qui nous sont chers, voir des personnes mourir violemment, avoir à envisager sa propre mort ou bien être obsédée par elle, ce n’est pourtant pas la mort qui est le plus insupportable, mais c’est bien l’impossibilité de vivre véritablement. De trouver un sens autre que la réussite matérielle et la quête de pouvoir à notre existence sur ce plan terrestre.

 

cathy garcia canalès, janvier 2020

 

 

 

19:11 Publié dans MESSAGES | Lien permanent | Commentaires (0)