Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2020

Jean Sibelius - Osmo Vânskâ - Spring Song (1895)

 

 

 

12:11 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Auteur inconnu - Santiago del Chile, 5 novembre 2019

90233755_10221721201680694_8968804132605394944_n.jpg

 

 

Nicolas Mathieu

 

Je rêve que ce virus soit le point de butée

où trébuche notre civilisation du déni permanent.

 

 

12:04 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

21/03/2020

The Pixies - All Over The World

 

 

 

 

19:56 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Sanaga

caicpdpnfoglogbj.jpg

 

 

Lionel Mazari - SOUFFLER SUR LES BRAISES


Journal de quarantaine - 7

SOUFFLER SUR LES BRAISES

Rassurez-moi vous avez bien compris ?

On se la joue sur le mode grand seigneur,
genre on se fait prier,
on fait ça pour vous,
puis on les lâche faussement à contrecœur,
un grand sourire rapace sous le masque humanitaire,
les quelques centaines de milliards
qui vont arroser le capital...

quoiqu'il en coûte aux peuple confiné
quand il en ressortira moins libre encore...

ON ATTISE L'INCENDIE

Et puis on souffle encore sur les braises,
comme on tire sur l'ambulance,
on dit qu'il a fallu se battre pour le peuple
pour les arracher ces milliards
que les banques de l'internationale cupidité
faisaient mine de ne pas vouloir lâcher
avec des larmes de crocodile,
et bien sûr aussi le masque sur le ricanement.

On les lâche enfin avec leur élastique
ces centaines de milliards qui s'appellent :
"Reviens-en-plus-grand-nombre-mon petit-petit !"
là où un moins d'un dixième de ces milliards
aurait pu résoudre en quelques jours
le problème strictement sanitaire...

...sans l'Économique monté en épingle à cravate.

Rassurez-moi vous avez bien compris ?

TIRER LES MARRONS DU FEU.

Ce n'est pas aux vieux singes, etc.

...

© l'impossible séjour de lionel mazari

 

 

 

Alfred Rethel - La mort comme étrangleur - gravure XIXème s.

alfred rethel la_mort_-gorgeuse.jpg

 

 

 

 

20/03/2020

Ingo Arndt - Tisserin Baya (Ploceus philippinus)

Ingo Arndt -930x1395.jpg

 

 

 

Dillon Marsh - Le Républicain social (Philetairus socius) - Désert de Kalahari

Dillon Marsh Le Républicain social désert de Kalahari.jpg

 

 

 

19/03/2020

Le jardinier brun (Amblyornis inornata) - Papouasie occidentale

Le jardinier brun.jpg

 

 

Le jardinier brun 0.jpg

 

Le jardinier brun 2.jpg

photo : Jan "Canned Yams"

 

 

 

 

 

Kiki Dimoula


JUNGLE


Matin et toutes choses au monde

posées

à la distance idéale du duel.

On a choisi les armes,

toujours les mêmes,

tes besoins, mes besoins.

Celui qui devait compter un, deux, trois, feu

était en retard,

en attendant qu'il vienne

assis sur le même bonjour

nous avons regardé la nature.


La campagne en pleine puberté,

la verdure se dévergondait.

Loin des villes Juin poussait des cris

de sauvagerie triomphante.

Il sautait s'accrochant

de branche d'arbre et de sensations

en branche d'arbre et de sensations,

Tarzan de court métrage

pourchassant des fauves invisibles

dans la petite jungle d'une histoire.

La forêt promettait des oiseaux

et des serpents.

Abondance venimeuse de contraires.

La lumière tombait catapulte

sur tout ce qui n'était pas lumière,

et la splendeur érotomane dans sa fureur

embrassait même ce qui n'était pas l'amour,

et jusqu'à ton air morose.


Dans la petite église personne

à part son nom pompeux, Libératrice.

Un Christ affairé comptait

avec une passion d'avare

ses richesses :

clous et épines.

Normal qu'il n'ait pas entendu

les coups de feu.

 

 

 

18/03/2020

Chance McCoy & the Appalachian String Band - Gospel Plow

 

 

 

23:32 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

William Nicholson - Landscape

William Nicholson Landscape.jpg

 

 

 

23:17 Publié dans ESCAPADES | Lien permanent | Commentaires (0)

Harold Alvarado Tenorio

Jaune et sèche
comme les déserts
fut notre vie.
Aride aussi,
sera notre mort.
Il ne restera ni os ni poussière d’os
de notre orgueil,
votre vanité,
notre appétit,
votre ruine,
notre rancune
votre avidité indécente
d’être pire que les autres
c'est-à-dire, nous.

Soyons reconnaissants
à l’art d’imaginer
l’existence possible d’autres mondes.
Peut-être seulement là
trouve-t-on couleur, lumière, eau et repos.

On ne meurt qu’une fois.
Nous,
nous sommes morts deux fois.

 

in Colline castillane

 

 

 

 

23:17 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Sainkho Namtchylak - Let the Sunshine

 

 

 

19:51 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)