Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2020

Feggari Xouw

Feggari Xouw.jpg

 

c’est un sentiment lumineux, étonnant

mais sur lequel on ne peut s’appuyer

un peu comme un vent mêlé de lumière

 

in Le baume, le pire et la quintessence

 

 

 

 

 

13/12/2020

Liu Guosong

Liu Guosong  CR.jpg

 

Je n’écrirai plus beaucoup de paroles. Des mots, juste comme bol frêle étoile.

Quelques mots pour allumer un feu, nourrir un oiseau.

Des sons de montagne et d’eau.

 

cg in Le poulpe et la pulpe, Cardère 2010

 

 

12/12/2020

Wenzel Hablik - Starry sky - 1909

Wenzel Hablik Starry sky, 1909.jpg

 

Mon rêve de la nuit dernière...

Voir à main gauche

la Lune de Saturne à l’œil nu

toute petite à côté de Saturne immense

à main droite Jupiter

éblouissant couleur flammes

pépinières d'astres et de planètes

le monde avait changé

le cosmos s'était rapproché

époustouflant de beauté

 

 

 

08/12/2020

Georg Emil Libert

Georg Emil Libert (artiste danois, 1820-1908)_n.jpg

 

Vois la lune qui pleure

ses poissons d'argent

d'argent et de beurre

en longs flots luisants

et tu dors encore

d'un profond sommeil

et tu rêves encore

mon enfant de miel

 

cg in Toboggan de velours

 

 

 

07/12/2020

Flora - Fresque de Pompéi - 1er s. av. JC

Flora Ancienne fresque romaine de Pompeii 1er s av jc.jpg

 

Se perdre…

 

Dans la touffeur du cœur, une quête et l’aube dépose une nouvelle rose dans la boite d’allumettes.

 

Chaque solution n’est toujours qu’une étape.

 

L’animal, l’étoile, la graine, le vent, l’eau, l’acide, les limbes et les cimes.

La cueillette du jour lavée au lait des nuits.

 

 

cg in Les mots allumettes, Cardère 2012

 

 

 

Claude Monet - Bois d'oliviers au jardin Morenoo

Claude Monet - Bois d'oliviers au jardin Morenoo.jpg

 

chant des cigales

danse des oliviers

le sang coule entre les cuisses

des grands-mères de Bacchus

 

cg in Petit livre des illuminations

 

 

 

Sara Abid

Sara Abid - Pakistani painter - Tutt'Art@ (6).jpg

 

bourgeon de tourterelle

feuille de pommier

le mystère ruisselle

dans un losange de lumière

sur les veines de l’initiée

nous goûterons ce miel sidéral

la sueur des calices au goût de citron

la saveur tendre d’une pluie défenestrée

l’encre douce de l’âme

cette flaque à boire à la frêle cuillère

entre l’os et l’humus

dans les maquis du silence

 

cg in Aujourd'hui est habitable

 

 

 

 

04/12/2020

Nom Kinnear King

 

 

Nom Kinnear King_orig (2).jpg
 
Sur ma langue
se mélange le cru et le doux
le cri et la caresse sans cruauté
sur ma langue le poivre
se marie au miel
un onguent vivant
une brûlure de joie
les clous de ma croix
ont le parfum du girofle
et mes nuits sont
d’une obscure clarté
de petits anges
dodus et cornus
y agitent leurs ailes
y sèment des étoiles
en fleurs d’oranger
dans le ciel apaisé
le vent sirote
un alcool de prune
qu’il a volé à la lune
 
inédit du jour
 
 
 
 
 
 
 

 

02/12/2020

Judith in den Bosch

Judith in den Bosch.jpg

 

Quarante ans d’écriture pour dire une seule et même chose, tenter de dire. Empêchée de vivre, empêchée d’être, bonzaï abandonné. La forme n’a pas plu, le fond sera, et pour toujours, délibérément ignoré. Le reste ne sera que la même et minable pièce jouée et rejouée devant une salle vide. Pas qu’une impression, pas une illusion : je ne suis pas comme vous, les autres, la plupart en tout cas. Je suis la tache indélébile qui ne part point. Quarante années de tentative d’intégration et l’ombre qui n’a cessé de me grignoter, l’araignée avide de ma non-existence. J’ai beaucoup essayé, différemment essayé, je suis épuisée. Asséchée, non, des océans de larmes encore disponibles et un amour, amputé de tous ses membres mais pugnace. J’ai le cœur tabassé, la peur jusque sous les ongles, respirer devient de plus en plus laborieux. Je suis une cible parfaite, une autoroute pour vos jugements, vos médisances, votre intolérance. Et je vous juge et vous déteste pour le mal que ça me fait. I’m lost since ever. Une cible idéale pour conforter votre normalité. Je n’ai jamais été protégée, balancée molle et nue dans ce monde de marteaux, de pilons, de rouleaux compresseurs. Mais quelque chose en moi cependant vous terrifie, quelque chose à massacrer, à détruire. Je n’ai jamais été protégée de vos mensonges, manipulations, ignorance. J’ai tout pris de plein fouet, l’âme trouée comme une lune, martelée. Et comment ne serais-je pas polie avec autant de coups ? Miroir. Je vous renvoie ce que vous êtes, pas ce que je suis, je n’ai jamais été. Juste dépouillée continuellement de l’intérieur, par l’ordre de ne pas être. Rebelle pourtant, oui rebelle de toute mon âme, le cœur brisé.

 

cg in Ourse bipolaire

 

 

29/11/2020

James Wainwright

James Wainwright.jpg

 

La nuit est tombée, claire, la lune s'y baigne tout en demeurant invisible. Une brume de légende flotte sur les champs, le repère des saisons s'est égaré. Qu'est-ce que la réalité lorsque nous bougeons sans cesse ? Qu'est-ce qui ne change pas ?

Le mouvement, le courant.

 

cg in Calepins voyageurs et après ?

 

 

 

28/11/2020

Marie Ghillebaert - Offrande de feu, de fleurs et de couleurs - Pèlerinage de la pleine lune - Chamundi Hill, Karnataka, Inde - 31 juillet 2015

Offrande  Pèlerinage de la pleine lune 31 juillet 2015, Chamundi Hill, Karnataka, Inde.jpg

 

Savoir tisser de la joie avec tout ça, malgré tout ça et la faire partager, c'est ça le courage et rien d'autre. Il faut cependant dire, poser le noir, ne pas faire semblant, ce n'est qu'en acceptant toutes nos émotions qu'on peut trouver cette joie inconditionnelle. Au début un petit truc de rien du tout, la dernière étincelle d'une toute petite braise, on souffle dessus pour voir, on n'y croit pas, c'est mort, mais cette dernière petite lueur, ce point rouge, c'est ce qui ne meurt jamais, alors on souffle dessus, on continue, et un jour un peu de fumée, un autre une flamme, un autre encore un brasier à l'intérieur ! Se consumer de joie, cette petite phrase anodine, puis l'incendie retombe, c'est le noir, on oublie, on n'y croit plus, mais toujours ce petit point rouge, si on s'en souvient, on le retrouve vite, et on recommence, on souffle dessus. Vient le jour où l’on sait qu'on peut rallumer cette braise quand on veut, il y a une paix qui s'installe, rien n'a changé dehors, mais ceux qui nous croisent aperçoivent la flamme, elle illumine, elle réchauffe ceux qui veulent bien s'approcher et une flamme rallume une autre flamme et nous brûlons, libres et joyeux, nous brûlons de vie.

 

cg in Ourse bipolaire

 

 

 

26/11/2020

Giovanni Castell - série Aporie

Giovanni Castell série Aporie  n.jpg

 

nos petits bateaux

nos petites histoires

ont rendez-vous

au grand océan

de lumière

                                                     

c’est lui qui fait battre nos cœur

tourner nos petites centrales

 

in Ourse bipolaire

 

 

 

Auteur inconnu

123104805_10159641083764879_6044813654127420203_n.jpg

 

Sentir à quel point nous sommes fait de la même étoffe que les fleurs, les nuages, le vent, la pluie et que nos limites ne sont là que pour jouir de toutes les sensations possibles.

 

cg, in Le livre des sensations

 

 

 

24/11/2020

Carles Netto Lluis - Papers 3, 2019

Carles Netto Lluis - Papers 3, 2019.jpg

 

Il y a dix, vingt, trente ans et la vie passe. Inconsciente. Même nœuds, mêmes impasses. Nos grimaces et nos cris, étranges colifichets empruntés au théâtre d’ombres. Impasse des tourments, des rancœurs à déloger, des caillots de vanité.

 

Passez-moi la lame qui incise la matière du langage. Sève d’étoiles, draille des signes. Babel fond sous ma langue. J’en fixe simplement l’ombre sur le papier. Infini fugitif. Mes empreintes sur les neiges éternelles de l’inconnaissance.

 

in Celle qui manque

 

 

Yuko Shimizu

859_n.jpg

avant qu’il ne faille démêler

dans la chambre d’automne

le pelage et les ronces

le miroir aux corneilles

et les linges souillés

il nous faudra suivre

le sentier de cire

trouver la gâtine

où l’on a brûlé les lucioles

de nos crânes roussis

 

cg in Aujourd'hui est habitable, Cardère 2019