Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2016

Pierre Anselmet

 

Je n’ai rien à voir avec un nom, un sexe, une identité, je suis une chose et je ne peux survivre que dans les os, tout contre l’essence, à la racine même des mots de la fin, des ressentes lumières et de la toute dernière pluie.

 
in La grande tueuse

in Traction Brabant 65

 

 

 

15/05/2016

Proverbe algérien

 

Le temps est une lime qui travaille sans bruit

 

 

 

Proverbe burkinabe

 

Le poisson a confiance en l'eau et c'est dans l'eau qu'il est cuisiné

 

 

13/05/2016

Sören Kierkegaard

 

Oser, c'est perdre pied momentanément.

Ne pas oser, c'est se perdre soi-même. 

 

 

 

Alexandra David-Néel

 

Les vrais compagnons, ce sont les arbres, les brins d'herbe, les rayons du soleil, les nuages qui courent dans le ciel crépusculaire ou matinal, la mer, les montagnes. C'est dans tout cela que coule la vie, la vraie vie, et on n'est jamais seule quand on sait la voir et la sentir.

 

in Journal de Voyage, Tome 1

 

 

Irvin D. Yalom

 

Pour établir une relation avec autrui, il faut d'abord établir une relation avec soi-même. Si nous sommes incapables d'affronter notre propre solitude, nous ne faisons qu'utiliser les autres comme des boucliers.

 

in Et Nietzsche a pleuré  

 

 

 

12/05/2016

Pascal Ulrich

 

Pas moyen de croire en quelque chose. Ce n’est pas dramatique. Ou bien trop.

Vendre des fromages ou arroser le néant ? Et comme ils savent toujours quoi dire et comme ils sont savants et cons, cons, contents, satisfaits comme des losanges bleus au cirque d’hiver.

 

extrait de « je me mouille et je glisse et me trisse » Le Sphincter Bleu, 2001

in l’éclairage viendra de la nuit, plaquette, Traction-Brabant, février 2013

 

 

 

10/05/2016

Erri de Luca

 

leurs voix est le bruit des abeilles qui remercient les fleurs

 

in Aller simple

 

 

 

Emily Dickinson

 

J'habite la demeure du possible.

Elle a plus de portes et de fenêtres que la demeure de la raison.

 

 

 

05/05/2016

Anais Nin

 

Toujours et partout, un morceau de moi-même qui vogue à la dérive, déconnectée, tragiquement rebelle, comme un morceau de puzzle qui n’aurait pas sa place dans le décor. 

 

 

01/05/2016

Jack Kerouac


 127ème Chorus (Mexico City Blues / 2)

Nul ne connaît l’autre côté
 de ma maison,
 Mon coin où je suis né,
 guitares poussiéreuses
 De ma pauv’e p’tite rue fatiguée
 où mes petits pieds
 Piétinaient et cajolaient
 mes sœurs tandis
 Que j’attendais le coucher de
 l’après-midi le cri
 De maman me ramenant au
 centre-dîner tendre
 corde choral à linges tortillas
 et haricots,

Ce Pur Pays de Miel,
 de Mominou,
 Où j’ai vécu il y a une
 myriade de millions
 D’incalculables
 éons passés
 Quand blanc quand joyeux
 était aussi
 Centre du lac lumière

 

 

 

Proverbe béninois

 

Ne te laisse pas lécher par qui peut t'avaler

 

 

 

30/04/2016

Anaïs Nin

 

L’une s’éprend des mystiques et l’autre des terriens, fougueux et guerriers. Et donc, ce soir j’accepte cette division, cette scission et j’ai laissé couler les deux courants. 

 

 

29/04/2016

Henri Michaux



Prince de la nuit

Prince de la nuit, du double, de la glande
 aux étoiles,
 du siège de la
 Mort,
 de la colonne inutile,
 de l'interrogation suprême.

Prince de la couronne rompue
 du règne divisé, de la main de bois.

Prince pétrifié à la robe de panthère.
 Prince perdu.

1937

 

 

 

Hermann Hesse

 

Si la majorité a raison, si cette musique dans les cafés, ces divertissements de masse, ces êtres américanisés aux désirs tellement vite assouvis représentent le bien, alors, je suis dans l'erreur, je suis fou, je suis vraiment un loup des steppes, comme je me suis souvent surnommé moi-même ; un animal égaré dans un monde qui lui est étranger et incompréhensible.  

in Le Loup des Steppes