Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/12/2015

Murièle Modéely

 

 

c’est le déluge rouge

 charrieur de sorts

 immondes poupées molles

 pendues, ventrues, barbues

 aux fenêtres désertes

 

  

in Avec l’hiver

 

 

 

19:18 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Delphine Gest

 

C’est un vide en perpétuels évitements, des coups d’œil déparés, exigus,

des caps toujours tenus, hypnotiques

 

Les rêves rebroussent chemin, étouffés sous les pas heurtés de la ville ;

les rêves éventrés gisent sur les pavés standards

  

 

in A travers l’écran (Traction Brabant n°40)

 

 

 

12:42 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

José Galdo

quand au fond des choses il n'y a plus de fond, mais simplement rien

derrière l'ombre, la nuit et la douleur

& être le survivant d'une lumière qui n'est plus de ce monde

qui marche dans le vent meurt dans la tempête

écrasé dehors anéanti dedans et recroquevillement dans la valve de cet écroulement & disparaître dans le miroir noir de l'éclipse de ce monde

& le risible lèche sa plaie

chaque signe n'est qu'une fente d'encre entrée dans le néant de la conscience afin de la maintenir béante comme un trou

& un dernier moignon de conscience va céder

in  Notes et Fragments

 

12:38 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Éric Barbier

 

Le manque se croit-il désir ?

 

in Promesse achevée à bras nus

 

 

12:30 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

23/12/2015

Ile Eniger

 

Bien sûr qu’elle avait eu envie de baisser les bras, de rentrer dans ces rangs bien droits, bien rassurants, bien sagement préparés pour toi des que tu montres ta tête. Bien sûr que la facilité avait été tentante, la banalité attestée est tellement plus confortable que le contre-courant ! On t’aime quand tu commences à ressembler à tout le monde ! Tu oublies qui tu es, pour quoi tu es, et ceux qui pensent à ta place se font un plaisir d’organiser tes limites. On te coule dans le moule sans qu’un poil ne dépasse, tu es reconnu !

 

 in La femme en vol

 

 

17:17 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (2)

Cioran

 

L’horreur d’apercevoir un homme là où on pouvait contempler un cheval 

 

in Pensées étranglées

 

 

 

17:10 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Paul Guiot

 

 ILS

disent toujours

la vérité

 

Je veux dire

qu`ils se taisent

souvent

 

 in Mais qui sont-ils ? (Minicrobe 33)

 

 

17:01 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Louis Raoul

 

Il reste à mettre de l’ordre

Dans cette débâcle du dire

Vous n’êtes pas encore

De ceux qui signent d’une noyade

Au bas de l’eau. 

 

in Triptyque du veilleur

 

 

 

16:49 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

22/12/2015

Albert Einstein

 

Il y a des moments où l'on se sent libéré de ses propres limites et imperfections humaines.

Dans de tels instant on se voit là, dans un tout petit coin d'une petite planète, le regard fixé en émerveillement sur la beauté froide et pourtant profonde et émouvante de ce qui est éternel, de ce qui est insaisissable.

La vie et la mort se fondent ensemble et il n'y a pas d'évolution ni de destination, il n'y a que ÊTRE.

 

 

19:18 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Romain Gary

 

Toujours la technologie. La technologie était le trou du cul de la science.

in Charge d'âme

 

 

19:04 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Mary Wigman

 

Lorsqu'un soir je rentrais dans la chambre, complètement hagarde, par hasard je me regardais dans la glace. Elle reflétait l'image d'une possédée, sauvage et lubrique, repoussante et fascinante. Échaudée, les yeux enfoncés dans les orbites, la chemise de nuit de travers, le corps sans forme. La voilà la sorcière. Cette créature de la terre, aux instincts dénudés, débridés, avec son insatiable appétit de vie, femme et bête en même temps.

 

 

 

18:24 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Louis Raoul

 

Un portail

Vous attendait

Au bout de l’enfance

Que vous ne saviez pas

Tous ces temps d’orage

À jouer

Quand le ciel perdait ses clés

Sur les toits. 

 

in Triptyque du veilleur

 

 

 

17:19 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

19/12/2015

Joumana Haddad

 

« (…) il m’apparut un jour comme une évidence que ce monde, et en particulier les femmes, n’avait que faire d’hommes d’acier. Ce qu’il leur fallait c’était des hommes véritables. (…) Des hommes qui ne se croient pas invincibles, qui n’ont pas peur de dévoiler leur côté vulnérable, qui ne cachent pas, que ce soit à vous ou à eux-mêmes, leur véritable personnalité. Qui n’hésitent pas à demander de l’aide quand ils en ont besoin. Qui sont fiers que vous les souteniez comme ils sont fiers de vous soutenir. Des hommes qui ne s’identifient pas à la taille de leurs pénis ou à l’abondance de leur pilosité. Des hommes qui ne se signifient pas par leur performance sexuelle ou par leurs comptes en banque. Des hommes qui vous écoutent vraiment, au lieu de vous venir en aide avec condescendance. Des hommes véritables, qui ne se sentent pas humiliés ou castrés parce que, de temps à autre, ils peinent à obtenir une érection. De vrais hommes qui discutent avec vous de ce qui est mieux pour tous deux au lieu de dire, sur un ton arrogant : « Laisse-moi m’en occuper ! ». (…) des hommes qui partagent avec vous leurs problèmes et leurs préoccupations, au lieu de s’obstiner à tenter de tout résoudre tout seuls. Des hommes qui, en un mot, non pas honte de vous demander la direction à suivre, au lieu de prétendre tout savoir, souvent au risque de se perdre. »

in Superman est arabe

 

 

 

19:18 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (1)

Ryôkan

 

La surface de l’eau

Semble ornée comme la soie…

La pluie du printemps

 

 

 

 

18:56 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

18/12/2015

Bruno Sourdin

 

Po Chu Yi

Le monde est plein de bruits et de fureur Il fait froid Trop paresseux pour me lever Les pensées en désordre J’ouvre mon vieux livre de poèmes Je pense à l’endroit où personne ne vient Je pense aux arbres, aux nuages et aux rochers Je pense à l’odeur des herbes Je pense aux corbeaux de la montagne Je pense au jardin de Lo Yang Je pense aux deux grues qui savent danser Je pense à Po Chu Yi Je pense au poète tranquille et oisif Je pense au parfum du vin Je pense au son de la pluie Je pense au goût du ciel Je pense à la nuit profonde et silencieuse Je pense au poète qui s’enivre et dort profondément Je pense au bon vent dans le clair de lune

 

 

20:28 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)