Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2014

Natsume Sôseki

 

Demandez au vent
Quelle feuille tombera
La première

 

 

10/11/2014

Jean-Marie Gourio

 

Pendant quatre-vingts ans tu te sens en danger de mort

et un jour tu avais raison, tu meurs.

 

in Brèves de comptoir - 1996

 

 

Bertrand Russell

 

La guerre ne détermine pas qui a raison

- seulement qui est encore là

 

 

 

André Laude

 

Je suis ce sang

 Qui inlassablement

 Tinte dans les ruelles

 Du sommeil

 Pour réveiller ceux qui font

 La sieste des consciences.

   

 in Riverains de la douleur

 

 

09/11/2014

Louis Savary

 

 Les imbéciles

 Apprennent

 par cœur

 les rêves des autres

 

 in Le BA-BA de la bêtise

 

 

 

 

08/11/2014

Eugène Guillevic

 

Dehors,
L'air qui s'ennuie
Devient le vent.

 

 

Seishi Yamaguchi

 

Le fil du cerf-volant 

- dans le ciel il se noie

sur le doigt il se voit

 

 

 

 

Stanislaw Jerzy Lec

 

" Je vais le menacer du doigt seulement ",

dit-il en le posant sur la détente.

 

in Nouvelles pensées échevelées

 

 

 

Tennessee Williams

 

Sur cette terre, qu'est-ce qu'il y a d'autre à faire que s'accrocher

à tout ce qui passe, jusqu'à ce que nos doigts soient arrachés ?

 

in La descente d'Orphée

 

 

 

05/11/2014

Eve Lerner

 

Pensées de la lande,

 Oseille, sucs, miel, et le musc entêtant du

 Chèvrefeuille,

 Le jaune fauve et cru des ajoncs

  

in Île où Aile ?    

 

 

Anne-Marie Schönfeld

 

Accroupie

 dans ton ombre

 tu renoues le dialogue

 avec le silence.

 

 in La part de l’ombre

 

 

04/11/2014

Aglaé Vadet

 

Parce qu’au commencement de je ne sais quoi

De je ne sais quand, de je ne sais où

 Quelques quarks se sont mis à enfanter les hommes

 De moins que la matière à plus que l’esprit

 En passant par les lacs, la lune et les poètes

 

 in Petit Jésus, prière du soir

 

 

André Laude

 

Je suis derrière les grilles de la neige

Je suis dans les terrains vagues du silence

 Avec les ombres couvertes d’écailles

 Dans la haute tour déserte de l’air

  

In L’absent

 

 

 

Albert Brie

 

Il y a des gens dont les doigts bafouillent

quand ils parlent avec leurs mains. 

 

in Le Devoir

 

 

H.G. Wells

 

Nous ne sommes que fantômes, et fantômes de fantômes, désirs semblables à des ombres de nuages et à des brins de paille qui tourbillonnent dans le vent !


in Un rêve d'Armageddon