Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2014

Porfirio Mamani Macedo

 

Comment ne pas se pencher chaque soir

à la fenêtre de ton âme

 et contempler de là

 tout l’univers.

 

in Poème à une étrangère 

 

 

08/10/2014

La Rochefoucauld

 

Qui vit sans folie n'est pas si sage qu'il croit.

 

in Réflexions ou Sentences et Maximes

 

 

07/10/2014

Le Mur Invisible (Die Wand) de Julian Roman Pölsler (2012)

 

 

06/10/2014

Hermann Hesse

 

La sagesse qu'un sage cherche à communiquer

à toujours un air de folie. 
  

in Siddhartha

 

 

Henri Tramoy

 

dans l’éclat léger du soir, je respire la densité du vide.

 

 

 

 

Louis Savary

 

à la pointe des mots

la pensée

 parfois

 s’empale

 

in Mot de passe

 

 

Louis Savary

 

dire la démesure

 avec des mots

 taillés sur mesure

 

in Mots de passe

 

 

 

05/10/2014

Louis Savary

 

 un mot

 de travers

 bascule

 un univers

 

 in Mots de passe 

 

 

 

 

Pierre Colin

 

 

Nous avons pris goût à l’écume, aux paroles d’argile.

 Nous aimons les combats perdus, l’œil des bannis.

 Nous refermons sur nous le livre de l’océan.

 

 in La lave et l’obscur 

 

 

 

Madeleine Ginet

 

La musique badigeonne les lumières

 De sang

 Une trace sur le zinc

 Une rafale d’art

 

 

 

Philippe Claudel

 

j'avais dévalé la nuit. Le jour me prenait dans les parfums de fritures. Des ivrognes à l'angle d'un immeuble éboulé s'accrochaient à leur aube de tromperies et d'alcool de canne.

 

in Barrio Flores

 

 

Philippe Claudel

 

Dans le matin du quartier de tôles et de carton, dans le matin hésitant des chiens maigres et des loups de fortune

 

in Barrio Flores

 

 

04/10/2014

Jean-Marc La Frenière

 

La forêt par là est une zone érogène. Les arbres  y vivent au corps-à-corps, emmêlant leurs racines et le chant des oiseaux 

 

in Parce que

 

 

Henri Tramoy

 

J’habite un pays égaré. L’ivraie juste sous mes fenêtres. Il n’y a pas de corde à mon arc. Les cordes sont si tendues pour qui veut s’y pendre. Et juste entre mes doigts se plisse un paysage. Esquisse d’hymen-fourragère. Temps blafard. L’effroi seul altère mes déserts, ne garantit pas l’insolence des lianes. Le ciel, à tenir les étoiles, s’est fourvoyé dans les roseaux.

 

03/10/2014

Chief Luther Standing Bear, Teton Sioux

 

Le monde était une bibliothèque et les pierres, les feuilles, l’herbe, les ruisseaux, les oiseaux et les animaux en étaient les livres qui partageaient, pareils à nous, les bienfaits et les tourments de la terre. Nous apprîmes ce que seul apprend celui qui étudie la nature : à ressentir la beauté.