Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/12/2014

André Laude

Incurable maladie sa peau me protège
quand je voyage dans les pays froids
Moi le commerçant en verroterie, en menus
rubans et joujous
je l'évoque dans la langue de Nerval et
de Raimon de Kazantzakis et de Homère
et de tous ceux qui depuis la nuit des temps
élèvent –- O furieuses barricades – la parole d'amour
contre les galops de la foudre noire
les guérillas du malheur

 

in 19 lettres brèves à Nora Nord

 

 

22/12/2014

André Laude


 Son sang scintille sur mes lèvres

Enterrez-moi dans son souffle car je crois que je suis mort

Enterrez-moi dans sa voix d'aurore boréale

car je crois que j'ai été fusillé au lever du jour

dans un pays de loques et de douleurs fulgurantes

Enterrez-moi au creux de ses paumes

pour qu'au plus noir du sommeil je touche cette femme

Equateur d'Amour.

 

in 19 lettres brèves à Nora Nord

 

 

 

Christian Bobin

 

Un livre, un vrai livre, ce n'est pas quelqu'un qui nous parle, c'est quelqu'un qui nous entend, qui sait nous entendre. 

in Autoportrait au radiateur

 

 

21/12/2014

Christian Bobin

 

Oui, c'est un pur miracle, que par des mots enterrés dans des livres, l'on puisse raviver une source, rafraîchir un jardin.  

in Le huitième jour de la semaine

 

 

Upton Sinclair, 1935

 

Comment faire comprendre quelque chose à quelqu’un 

si son salaire vient de ce qu’il ne le comprenne pas ?

 

Jean-Marie Gourio

 

L'avantage de la soupe de poisson,

c'est que le poisson est dans son élément.

 

L'intégrale des brèves de comptoir 1992-1993

 

 

 

20/12/2014

Pascal Quignard

 

Il y a dans lire une attente qui ne cherche pas à aboutir.

Lire c'est errer. La lecture est l'errance. 

 

in Les Ombres errantes

 

 

Wislawa Szymborska

S’est endormi dans une pause de sarcophage 

Un clochard, moine séculier, renonciateur. 

S’il a jamais eu quelque chose, il l’a perdu, 

L’ayant perdu, il ne désire pas le retrouver.

 

(…)

 

Il gagne son vin rouge 

Comme coiffeur de chiens.

Il dort avec l’air d’un inventeur de rêves 

Sa barbe mirage sous le soleil.

 

 in Le clochard

 

 

Frédéric Ohlen

 

Ne parle pas du sens

si tu n'allumes au soir une lampe dans la montagne.

 

 

19/12/2014

René Char

 

Dans mon pays, les tendres preuves du printemps

et les oiseaux mal habillés sont préférés au but lointain.

 

 

18/12/2014

Jean-Marie Gourio

 

 

Je penserai des choses quand les opinions

reviendront à la mode !


in L'intégrale des brèves de comptoir 1992-1993

 

 

17/12/2014

René Char

 

 

Dans mon pays, on ne questionne pas un homme ému.

 

 

 

 

 

 

15/12/2014

Jean-Marie Gourio

 

Il est con, tu trouves pas ?
- Il porte une cervelle postiche, c'est pour ça !

 

in L'intégrale des brèves de comptoir 1992-1993

 

 

12/12/2014

Diane Meunier

 

Quand 

il n’y a pas 

d’arbre 

le vent 

peut vous 

renverser 

sans 

que vous 

l’entendiez ! 

vous le 

saviez ?

 

in Turbulente anima

André Pieyre de Mandiargues

 

cette désolation si singulière qu'il y a toujours

dans le regard des monstres.  

 

in Le Musée noir