Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2014

Buckminster Fuller

 

On ne change jamais les choses en combattant la réalité existante.  Pour changer quelque chose, construisez un nouveau modèle

qui rendra inutile l’ancien.

 

 

Marc Bonetto

 

Tu déflores le néant de la page avec l’arme illusoire des mots. Mais pourrais-tu désigner par leurs petits noms la ribambelle de monstres velus, goulus, ineptes et narquois qui te rongent la face et le ventre ?

 

in Disparates

 

 

Luce Trembley

 

La véritable nudité est d’hiver

 La peau se rétracte, se fendille et découvre

 Les fissures…

 Les derniers migrateurs désertent

 Transforment l’espace en une page blanche

 Il ne reste que la mort temporaire

 Faite d’écriture et de griffures d’ongles sur les vitres

 Je vous éloigne…

 Mais garde contre ma peau

 Ce petit édredon de plumes

 Pour conjurer le vol trop lourd des corbeaux.

 

 

Eric Savina

 

Ils vendent n’importe quoi et ne savent pas pourquoi.

Leurs façons de penser : c’est le marketing.

Leur cerveau est un rubik’s cube de chamallows avariés.

  

in les singes en custard

 

 

23/11/2014

Jean-Marc La Frenière

 

La table qui fut branche se souvient de la terre

et donne à la tisane un goût de chant d’oiseau.

 

 

Louis Savary

 

bouche édenté

 ne mâche plus

 ses mots

 

 in Mots de passe 

 

 

 

Anne-Marie Schönfeld

 

Les morts

 oubliés

 unis à la force végétale

 au-dessous

 ébranlent

 les pierres tombales.

 

in La part de l’ombre

 

 

 

Diane Meunier

 

La substance des os, de mes os, de nos os, des os de tous les morts

 De la terre participe d’une même substance éternelle, tranquille…

 

 

Eric Dejaeger

 

Au pays des sermons les mots râlent

 

 

Jean-Marie Gourio

 

J'ai un chien pas trop intelligent

pour qu'il me prenne pas pour un con.


in Brèves de comptoir - 1996

 

 

22/11/2014

Nicolas Kurtovitch

 

ai-je en moi assez de silence assez d'écoute pour suivre les chemins anciens et y sentir sous mes pieds nus les pas du véritable marcheur ni résignation ni attente de l'inéluctable tristesse sur ces terres souples au rythme des pas le passé s'efface emportant les ultimes barrières il suffit d'être au monde dans le souffle du jour où réside la respiration unique de la terre

 in Le piéton du dharma

 

 

21/11/2014

Jean-Paul Kermarrec

 

Etre l’étincelle d’un ventre de silex

 Faire noces avec soi-même

 Dans le tumulte des tempêtes

 

 

   

 

Régine Detambel

 

Je suis vêtue d’un manteau mouvant qui me pense. Je ne suis femme qu’à ma surface. Dissèque : ici commencent les machines. Désormais sans orifices. Les narines, la bouche, l’anus, le vagin, les tympans ne sont que plis de peau, invaginations, repliements de la matière. Tout en moi, y compris le cerveau, est pli poussé à l’infini, pli sur pli, pli selon pli.

 

 in Eloge d’une lecture caressante

 

 

Marie-Clotilde Roose

 

Et sous l’apparence d’une peau lisse

 Rien qu’une âme à nu

 Qui joue à être un corps.

 

 

 

 

 

19/11/2014

Christian Bobin

 

Saisir une main, c'est à chaque fois mettre ses doigts

dans une prise électrique et aussitôt connaître l'intensité

qui circule sans bruit sous la peau de l'autre. 


  in Louise Amour