Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/08/2015

Jean Gédéon

 

Dents de mousse, doigts de laine, foie mi-cuit 

Et le cerveau parti un jour je ne sais très ailleurs 

Où vaguent les chimères 

Tout au bout de ma laisse  

Pour ne pas déranger

 

 

 

Marie-Florence Ehret

 

Je remonte 

le zig-zag 

de la foudre 

jusqu’au coup.

 

 

in Que la musique 

 

 

 

 

 

Simone de Beauvoir

 

Il faut savoir changer pour rester soi-même

 

 

23/08/2015

Guy Amédée Karl

 

L’essentiel

C’est d’offrir sans pudeur et sans honte

Cela même que nous sommes

- et que déjà nous ne sommes plus

 

in Le désir écarlate

 

 

 

Anne Archet

 

 

L’érection est fort semblable à la physique quantique :

plus on y pense, plus ça devient difficile.

 

 

 

 

 

22/08/2015

Jean-Marie Kerwich

 

Parfois je voudrais offrir à ma pensée de jolis mots pour la vêtir, mais elle n'en veut pas : si je maquille ma vérité, le maquillage ne tiendra pas sur le visage de mon poème.

 

 

 

 

Jean-Damien Roumieux

 

Sans incidence, le poème ? Les flancs des villes s’édifient avec du marbre et du granit. Mais l’absolu tient sa caution de la part frêle. Glaïeul naissant dans son fourreau de cornaline, tremblant érable sous la pluie.

 

 in Veille le vent

 

 

 

Francis Krembel

 

Aristoloche Clématite.

 Vos noms sont si étranges et si sonores

Qu’on les mâche et les répète

Comme une litanie laïque.

 

 

21/08/2015

Béatrice Libert

 

Une fenêtre s’ouvre

sur un cri qu’on épluche

 

in Avec

 

 

Thomas Grison

 

Car en sa mer boutonnée jusqu’à plus soif, en son pétoncle de foi, l’homme se vitraille d’embruns videra de leur poivre ses barriques d’hosties, comme on nettoie le barillet d’un paté avec l’anisette des seins, ce fœtus indélicat qu’aimantaient en leur bouche vos moquettes persillées. Des midis mitraillés qu’alignent vos vins chauds, ne restera alors que le sang des troupeaux facilement égorgés, avec ce festin dont l’ombilic sera le messager, une porte dérobée que poussera l’oursin de vos lune saux piquants estompées, au visage de glace, comme une nuit d’étoiles filantes savamment prostituées

 

 

 

in Onguents

 

 

 

El-Mehdi Chaïbeddera

 

  

 

Il faut dire au roi des nausées 

Pour tous les naufrageurs du monde  

Qu’il faut avoir le pied marin 

Pour tenir droit dans ce pays 

Et négocier son oxygène 

Au violent étouffeur de rêves

 

  

 

 in Cœur gaulé

 

 

 

 

 

Francesca Y. Caroutch

 

Nous sommes tous contenus

 

les uns dans les autres

 

 

 

in Naissance quotidienne

 

 

 

20/08/2015

Carl G. Jung

 

L’inconscient des gens qui vivent artificiellement me perçoit comme un danger. Tout en moi les irrite : ma façon de parler, ma façon de rire; ils sentent la Nature.

 

 

19/08/2015

El-Mehdi Chaïbeddera

 

Il est exactement minuit

D’après cette explosion de musc

Tout est calme d’un coup

Quelqu’un que je ne vois jamais

Glisse une rose dans ma main

Subrepticement

 

Il y a du sang

Partout

Pour l’éternité

 

 

in Cœur gaulé

 

 

 

Jean Christophe Belleveaux

 

Colère noire daltonnienne,  

Ma mie, mon sang, mon foutu clone,  

Je vois rouge et bois blanc, 

J’éjacule tristement. 

 

in Piment