Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2016

Saïd Mohamed

 

Pas de gloire à se combler d’alcool

Pour s‘inventer des cataplasmes.

 Boire encore et tordre le cou aux sortilèges.

 Capitaine au long cours veillant sur l’histoire du hasard.

 Taillader son chemin dans l’aventure de rues lisses.

 

 in L'éponge des mots

 

 

 

09:45 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Saïd Mohamed

 

Des éclats de possibles,

des bribes de rien dans le silence résorbé des villes

et des hommes de papier mâché

au bar des illusionnistes.

 

in L'éponge des mots

 

 

09:30 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

10/03/2016

Stanislaw Jerzy Lec

 

NE SUCCOMBEZ JAMAIS AU DESESPOIR, IL NE TIENT PAS SES PROMESSES

 

 

 

 

21:48 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Haruki Murakami

 

Je ne possède strictement rien. Sauf mon âme.

 

in 1Q84, Livre 2

 

 

 

21:16 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Ossip Mandelstam

 

À mes lèvres je porte ces verdures,  

Ce gluant jugement de feuilles,  

Cette terre parjure, mère  

Des perce-neige, des érables, des chênes.

Vois comme je deviens aveugle et fort  

De me soumettre aux modestes racines,  

Et n'est-ce pas trop de splendeur  

Aux yeux que ce parc fulminant ?

Les crapauds, telles des billes de mercure,  

Forment un globe de leurs voix nouées,  

Les rameaux se changent en branches  

Et la buée en chimère de lait.

 

30 avril 1937

(traduit par Philippe Jaccottet)

 

 

21:04 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

André Laude

 

Combien de taureaux dans les ruelles de l’errance où je cherche Marie-Juana au visage d’enfance abîmé par les matelots de Sydney, Vancouver et Brest-Recouvrance. Combien de taureaux fous derrière mon front de rêveur. Combien de vers dans la sombre tombe où repose mon ami. Combien de clous enfoncés dans ce cercle rouge mon coeur. Combien de prophètes et de sourciers au bout des déserts. Je cherche Marie-Juana une femme sans âge, elle est sorcière du monde des légendes des pays verts. Elle est l’hostie sur mes lèvres et la lampe à huile au fond de mes yeux. Combien de taureaux aveugles et combien de feux et combien de morts dans des guerres pour d’obscures îles.

 

 

09:56 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

09/03/2016

Sam Shepard

 

 Le missionnaire européen était assis accroupi avec les Indiens Hurons en grand cercle autour d’un feu de camp. C’était une position à laquelle il n’était pas habitué, et il avait le sentiment qu’elle ne l’aiderait pas à convaincre les Indiens de partager son point de vue. Néanmoins il leur a exposé courageusement l’idée selon laquelle il n’était pas un mais deux. En l’entendant les guerriers ont éclaté de rire et ont commencé à jeter de gros bâtons et de la poussière dans le feu. Un étrange mélange de terreur et de ressentiment a alors envahi le cœur du missionnaire. Lorsque les rires ont cessé, il a poursuivi son exposé. Avec patience, il a expliqué aux sauvages que ce corps fait de chair et de sang qu’ils voyaient assis devant eux n’était qu’une coquille extérieure, et qu’en lui un corps invisible plus petit habitait, qui un jour s’envolerait pour vivre dans les cieux. Les Hurons ont gloussé de plus belle, en se faisant des signes de tête entendus tout en vidant les cendres de leurs pipes en pierre dans le feu crépitant. Le missionnaire avait le sentiment d’être profondément incompris, et était sur le point de se lever pour regagner sa tente, vexé, lorsqu’un vieil homme près de lui l’a arrêté en lui saisissant l’épaule. Il lui a expliqué que tous les guerriers et les chamans présents dans le cercle connaissaient l’existence de ces deux corps et qu’ils avaient également de petits êtres qui vivaient en eux, au cœur de leurs poitrines, et qui s’envolaient eux aussi au moment de la mort. Cette nouvelle a réjoui le missionnaire, et l’a convaincu que les Indiens étaient désormais sur le même chemin spirituel que lui. Avec un zèle renouvelé, il a demandé au vieil homme où, selon son peuple, ces petits êtres intérieurs s’en allaient. Les Hurons ont tous recommencé à rire, et le vieil homme a désigné du doigt la cime d’un énorme cèdre millénaire dont la silhouette se dressait dans la lueur du feu. Il a dit au missionnaire que ces « petits êtres » allaient au sommet de cet arbre puis descendaient dans son tronc et ses branches, où ils vivaient pour l’éternité, et que c’était pour cela qu’il ne pouvait pas l’abattre pour construire sa petite chapelle.  

 

in Chroniques des jours enfuis  

 

 

 

22:24 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

06/03/2016

Proverbe africain

 

Si tu rencontres deux êtres qui vivent en harmonie, sois sûr que l'un d'eux est bon.  

 

 

 

23:21 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Lao-Tseu

 

C'est ce qui manque qui donne la raison d'être.

 

 

20:45 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Jean Cocteau

 

J'ai la peau de l'âme trop sensible. Il faudrait apprendre à son âme à marcher pieds nus.

S'y faire une corne.

 

 

 

15:08 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

05/03/2016

Imasango

 

Je verrouille ta peau

À mes hanches

Allaitées par le ciel peint

Sur mes seins

Tendus à ta coupe

De pigeon qui roucoule

 

in Pour tes mains sources

 

 

 

20:35 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Pablo Neruda

 

Ah ! Si seulement avec une goutte de poésie ou d'amour

nous pouvions apaiser la haine du monde ! 

 

 

20:33 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Erri de Luca

 

Les souvenirs appartiennent au règne des oiseaux.

Ils laissent une plume quand ils s'en vont.

 

 

 

20:21 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Erri de Luca

   

Nuit de patience, la mer voyage avec nous,

À l’aube l’horizon coule dans la poche des vagues.

 

 in Aller simple

 

 

 

20:10 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Saïd Mohamed

  

Accolé aux murs des villes, ton visage, ton sourire obsédant, ton ventre au mien accroché, où dedans le ventre s’engouffre, dans le salpêtre, la crasse, l’odeur des poubelles, je t’ai cherchée.

Dans le repli de l’indifférence j’ai appris à regarder avec cette habitude à qui rien n’échappe, en tous lieux j’erre seul, heurté à la raison qui maintient les êtres dans leur camisole. Partout où tu as posé les pieds, je retourne la terre. J’hésite à te nommer, pour laisser en friches ces souvenirs qui me reviennent, m’accablent et me jettent dans les bras d’hier.

 

in L'éponge des mots

 

 

 

13:19 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)