Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2016

Rudyard Kipling

 

Il y a une émotion encore plus forte que celle de tuer, c'est celle de laisser la vie.

 

 

20:34 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Kazimierz Dabrowski

 

Je vous salue névrosés !

Parce que vous êtes sensibles dans un monde insensible, n’avez aucune certitude dans un monde pétri de certitudes

Parce que vous ressentez les autres comme si ils étaient vous-mêmes

Parce que vous ressentez l’anxiété du monde et son étroitesse sans fond et sa suffisance Parce vous refusez de vous laver les mains de toutes les saletés du monde, parce que vous craignez d’être prisonniers des limites du monde

Pour votre peur de l’absurdité de l’existence

Pour votre subtilité à ne pas dire aux autres ce que vous voyez en eux

Pour votre difficulté à gérer les choses pratiques et pour votre pragmatisme à gérer l’inconnu, pour votre réalisme transcendantal et votre manque de réalisme au quotidien

Pour votre sens de l’exclusivité et votre peur de perdre vos amis proches, pour votre créativité et votre capacité à vous extasier

Pour votre inadaptation à « ce qui est » et votre capacité d’adaptation à « ce qui devrait être », pour toutes vos capacités inutilisées

Pour la reconnaissance tardive de la vraie valeur de votre grandeur qui ne permettra jamais l’appréciation de la grandeur de ceux qui viendront après vous

Parce que vous êtes humiliés alors que vous veillez à ne pas humilier les autres, parce que votre pouvoir immense est toujours mis à bas par une force brutale; et pour tout ce que vous êtes capable de deviner, tout ce que vous n’exprimez pas, et tout ce qui est infini en vous

Pour la solitude et l’étrangeté de vos vies

Soyez salués !  

 

 

 

 

 

15:25 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

21/02/2016

Daniel Biga

 

Il faudra que j’aille jusqu’au bout

de celui que je ne suis pas

pour trouver celui que je suis vraiment

et seule la peur de perdre celui que

je ne suis pas

me freine et m’arrête

« cependant tu ne peux forcer le mûrissement d’un fruit

sans en altérer la qualité : patience »

 

 

11:47 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Fernando Pessoa

 

J'appartiens néanmoins à cette espèce d'hommes qui restent toujours en marge du milieu auquel ils appartiennent, et qui ne voient pas seulement la multitude dont ils font partie, mais également les grands espaces qui existent à côté. 

in Le livre de l'intranquillité 

 

 

 

00:17 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

19/02/2016

Novalis

 

L’eau est une flamme mouillée

 

 

11:25 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Anthony de Mello

 

Quand le moineau construit son nid dans la forêt, il n'occupe qu'une branche. Quand le cerf étanche sa soif à la rivière, il ne boit pas plus que son estomac ne peut contenir. Nous accumulons les choses parce que nos cœurs sont vides.

 

 

 

11:04 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Jean-Claude Carrière

 

Nous devons préserver notre fragilité

parce qu'elle nous rapproche les uns des autres,

alors que la force nous éloigne

 

in Fragilité

 

 

 

 

10:48 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

18/02/2016

Patrick Aveline

 

Jusqu’à l’heure où

Le galet de la lune

Roulera au sable du ciel

 

in Ruines

in Décharge n°155

 

 

 

09:02 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Joaquim O. Gianuzzi

 

 

La lampe signale l’instabilité de sa robe

 Jusqu’à ce qu’elle tombe sur le lit et regagne sa chair.

 

 

 

in Violin Obligado 

traduit par Yvan Avena in Traction Brabant 40

 

 

 

 

09:02 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

17/02/2016

Gilles Baudry

 

Ne le crains pas le vide ne le supprime pas me dit la voix -et s’il ouvrait les apparences ?- Ne veuille pas combler le manque ni affranchir toute distance -si porter les stigmates de l’absence creusait le pur désir ? – Le peu, ne le méprise pas considère l’insignifiant -si passait la gloire dans les jours gris ? L’illimité dans l’ordinaire des petites heures ? – La phrase détachée, la phrase inachevée, la toile restée sur le chevalet – tout est là me dit la voix dans la sève invisible de toute croissance – 

in Le bruissement des arbres dans les pages

 

 

22:42 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Saïd Mohamed

 

Nous marchons vers le désert de nous-mêmes

Aveugles aux feux brûlants dans la nuit.

 

in Souffles

 

 

 

 

09:14 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Saïd Mohamed

 

L’idiot va à ses ratages comme à une science exacte,

Seule raison valable pour achever cette bouteille.

 

Quelle autre sagesse peut évoquer un tel carnage 

 

in L'éponge des mots

 

 

 

09:09 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

16/02/2016

Marlène Tissot

 

Il punaisera la lune en haut d’un building

pêchera des sourires dans une rivière orange pulpeuse

il fera sonner son réveil à trente-deux heures soixante-six

pour observer la pluie de rêves filants

il picorera l’amour dans la gorge des oiseaux

(…)

Et puis un soir il épousera une colombe en robe d’été

à la lueur d’une catastrophe nucléaire ou boréale, il hésite encore à ce sujet

mais pour l’instant, il doit

se raser

se doucher et

arriver à l’heure au bureau

 

in Celui qui essayait d’être un homme comme les autres

Microbe n°75

 

 

 

21:51 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Etty Hillesum

 

Même si on ne nous laisse qu'une ruelle exiguë à arpenter,

au-dessus d'elle il y aura toujours le ciel tout entier. 

 

in An interrupted life: The diaries of Etty Hillesum 1941-1943

 

 

 

17:09 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Samuel Beckett

 

 

Try Again. Fail again. Fail better.

 

 

17:05 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)