Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/04/2014

Kristian Goddard - Through the Round Window

 

Kristian Goddard - Through the Round Window.jpg

 

 

Aïe

 

Captive d’une hallucination

Barbouillée de mauvaises semailles

j'ai des ailes mais je déraille

y'a de la houle et je dérouille

est-il l'heure du bye bye ?

j'en sais rien mais ça fait un bail

que l'eau mouille quand elle pleure

j'ai le bas qui file

ça me fait un beau rail

le nez qui rouille

qui se cocaïne

mais ça fait longtemps qu'on sait

que les trains ne partent jamais à l'heure

on pourra toujours coucher nus

entre deux draps de beurre

à l'envers à l'endroit

avec le cœur qui démaille

 

cg 2013

 

 

Andrew Houser

Andrew Houser.jpg

 

Prendre le trop plein qu’il y a dans ma tête et le jeter dans la corbeille du ciel. Baigner mes yeux fatigués dans son bleu et les tamponner tout doucement avec la ouate des nuages.

 

cg in Calepin paisible d'une pâtresse de poule

(Ed. Nouveaux Délits 2012)

 

 

 

01/04/2014

Auteur inconnu

auteur inconnu (2).jpg

 

 

entre l’enfant et l’animal

une connivence vieille

comme le monde

 

cg in Jardin du causse, 2004

(Ed. de l'Atlantique 2011)

 

 

 

Chris Luckhardt - Nara Dreamland in Japan

 

chris luckhardt Nara Dreamland in Japan3.jpg

 

 

 

GÉNÉRATION F

 

 

fusées fumées

clinquant des fulgurances

tous votants au star système

quêteurs au parvis de la gloire

 

avez-vous vu passer les feux follets ?

les comètes sont parfois si lumineuses

 

la terre sent le pétrole et la peste

entre les doigts nous restent

lambeaux de peau toxines en pagaille

qui nagent dans nos graisses

 

tristes ô tristes paillettes

clowns de cire

clowns de paille

 

nous sommes de ceux qui ont tendu les mains n’est-ce pas ?

pas même des trous nous avons eu

 

pas même des trous

 

cg in Pandémonium II

 

 

Olivier Gingras - Peninseul

Olivier Gingras Péninseul.jpg

Mort de tout ce qui est, de tout ce qui fut et de tout ce qui sera. Mort au point de n’avoir jamais été. Seuls les rêves se transmettent de vie en vie, d’illusion en illusion, comme un relai.

 

cg in Les mots allumettes (Cardère 2012)

 

 

 

Raphael Collazo - Emergence

Raphael Collazo emergence.jpg

 

COMBUSTION

 

 Allez ! Brulons, brûlons bien l’amour

 Que de ses cendres renaisse le petit jour

L’envers des mots

Au miroir de la peau

L’endroit précis

Où comme un rideau de tôle

La nuit tombe en grinçant

Avec les vieux épiciers aux moustaches fatiguées

Les comptables poussiéreux

Les vedettes bon marché

Le clodo, le cafetier

Les calfeutrés du coin

Et la pâte de coing dans les poches

Des enfants qui en rêvent

Beau bateau, gros lolos

Qu’on appellerait sucette

Le taudis de la reine Suzette

Retourné comme une crêpe à poil court

Comme les ratiers mordant aux mollets les postiers à vélo

La fusion des cons entraînent confusion

Et l’inspiration pourrait être pire encore

En corps modulables, en sachets individuels

En portions, en morceaux, en miettes

Nada, niente

Peau de balles perdues

Baballe à obus

Pour amuser la cavalerie nucléaire

 

cg 2005

in Trans(e)fusées

 

 

 

 

 

 

 

 

31/03/2014

John Anster Fitzgerald - Chase of the White Mouse - vers 1860

John Anster Fitzgerald ChaseoftheWhiteMouse vers 1860.jpg

 

Passe une chauve-souris. La fée entame une danse, ses menus pieds tambourinent le sol, tournent autour de la fée-mère, à moins que la vieille ne soit plutôt sorcière…

 

cg in Jardin du causse, 2004

(Editions de l'Atlantique 2011)

 

 

Kōgyo Tsukioka

Kōgyo Tsukioka Matsuo Batso Shaking the grave  My weeping voice  Autumn wind..jpg

 

LUCIOLE

 

 tu es

beau

de cette beauté brute

encore un peu gauche

bougonne

farouche

tes pommettes tes yeux

me parlent d’un ailleurs

que j’ai déjà connu

 

comment pourquoi

résister

tendre esquisse de vol

les gestes en équilibre

étonnés d’eux-mêmes

 

comment pourquoi

oublier

cette lumière

au dedans

au-dehors

le vent qui berce

sur nos têtes

les arbres en partance

imaginaire

 

le parfum du bois

le grognement de la chienne

et la nuit soûle

d’étoiles

qui se roule à terre

 

comment pourquoi

s’arracher des lèvres

ce goût d’effraction ?

 

tu es

vois-tu

 de ceux qui me voient

comme je me rêve

 

l’illusion

est si belle

 vaut bien la blessure

que tu ne manqueras pas

de me faire

 

 

 

 

 

cg in Salines, 2007

(Eskhatiaï, Ed. de l'Atlantique 2010)

 

 

 

 

 

 

Benoit Courti

Benoit Courti.jpg

 

C’est un temps à s’aimer très fort, à être un peu fou, à avoir confiance en l’univers. Les Hommes, non, on ne peut pas leur faire confiance, ce n’est pas nouveau et ce n’est pas vraiment bien, mais on s’habitue à tout.

 

cg in A la loupe

 

 

 

 

30/03/2014

Barry Pringle

barry pringle .jpg

 

Je suis de ceux qui veulent stopper le monde et simplement vivre, vibrer, créer, pétrir la beauté, en faire du pain, remercier l’eau, avoir un orgasme de terre.

 

cg in Chroniques du hamac, 2008

 

 

28/03/2014

Emil Alzamora

emil alzamora-.jpg

 

Disparaître, c’est juste paraitre distant hein ? C’est ça, l’art du magicien, hop hop, passe passe, j’étais là, je n’y suis plus. Oh le joli lapin, oh la belle colombe et hop ! La boite magique où s’enfoncent les lames. Disparaître, paraître dispersée, en morceaux, en lamelles, en lambeaux.

 

cg in Le baume et le pire

 

 

 

 

Auteur inconnu

auteur inconnu lanuit01.jpg

 

Je marche et glisse dans la nuit, je compte les spectres.

Un spectre, deux spectres, trois spectres… Quatre spectres.

 

Mes bras noués, griffent et trinquent à la noirceur du gel.

Les violoncelles saluent la vanité des cérémonies.

 

Bonheur bossu, miel infidèle. Tout brûle, irrattrapable capharnaüm.

 

cg in Fugitive (Cardère 2014)

 

 

 

 

 

27/03/2014

Heinz Hajek-Halke

 

Hajek Halke.jpg

 

Ma terre matière. Tisserande éblouissante. Artisane aux nervures érogènes, son précaire calice au parfum de cannelle.

 

La pure soif et les nerfs en épures futiles. Art secret des cordons ombilicaux.

 

Mon cœur comme un soufflet de forge.

 

cg in le poulpe et la pulpe (Cardère 2011)

 

 

 

 

26/03/2014

Hugo Simbert

aaa.jpg

 

Rien d’autre que soi ne peut être connu. D’un souffle à l’autre, expérience.

 

Nos os sont creux. C’est le creux qui permet le passage. Soufflez dans le creux, vous ferez musique et pour qu’il y ait musique, il doit y avoir silence.  

 

Un beau silence.

 

cg in Celle qui manque (Asphodèle 2011)

 

 

 

 

 

Un beau silence.

Mark Glovsky

 

Mark Glovsky.jpg

 

Au bas des falaises, une lionne rugit, éclair dans l’œil, un fagot de vipères dans le ventre. Entaillée jusqu’au vertige.

 

L’esprit fissure la chair, efface les fresques de soufre.

Caravanes d’éclipses. Berceaux de minerai.

 

Une corde vibre, écoutez ! Corde, cible, projectile. Calice fracassé.

 

 

cg in Le poulpe et la pulpe (Cardère 2011)