Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2014

Aleksandra Waliszewska

 

Aleksandra Waliszewska2.jpg

 

Sacrilèges, nuits exsangues barbares

Nécromanciennes scarifiées de songes

Sanctuaires de félidés, de lunes dévorantes

Nuits braconnières, souveraines insolentes  

Nuits renardes

Aux bras des vénusiennes

 

cg in Claques et Boxons

(Ed. Nouveaux Délits 2013)

 

 

 

 

 

 

 

23/05/2014

Elaine Alibrandi - Awakening

Elaine Alibrandi Awakening.jpg

 

Mystérieux territoires de résonances. Franchir les frontières par inadvertance.

L’exode des certitudes maintient en éveil.

 

Nécessité vertigineuse de la métamorphose.

 

cg in Chroniques du hamac, 2008

 

 

Eva Antonini

Eva Antonini - Tutt'Art@ - (21).jpg

 

Invente-moi une chambre

La rose d’argile

L’effervescence des draps

Le songe sucré de nos salives

 

cg 2013

 

 

 

 

Eva Antonini

Eva Antonini - Tutt'Art@ - (37).jpg

 

Sous nos ailes tremblantes

Je serai ta chute

Résurgence dans l’immensité

Irrigue-moi

je serai ton sillon sauvage

Vertige-moi de fêlures, effluves

Goûte-moi fête-moi

Fouille-moi de ta marée montante

Bouscule-moi abreuve-moi

Accomplit-moi

Je veux tressaillir

Sous le subterfuge de tes doigts

 

cg, 2013

 

 

 

22/05/2014

Dmitry Dubikovskiy

Dmitry Dubikovskiy _n.jpg

 

 

Voici les clés de nos âmes

  Les lames de neige

D’où jaillit lumineux

Un anneau fragile

 

 

cg in Aujourd'hui est habitable, 2014

 

 

 

 

 

 

 

Auteur inconnu

tumblr_mbwmq7oMiA1rc0soco1_500.jpg

 

 

L’homme abattu s’est mis à ramper. Son empreinte n’est pas lisse comme celle du serpent. La chair exposée aux rayonnements, aux radiations a noirci. La peau depuis longtemps est tombée en lambeaux de pluie, en parchemins, en poussières. Le verbe a été effacé des mémoires. La mémoire n’est plus qu’une passoire, elle n’est plus que le trou par où filent les étoiles.

 

cg in Chroniques du hamac, 2008

 

 

 

 

 

 

17/05/2014

l'oeil & la plume : coupé de paraffine

 applaudissements.jpg

texte de cathy garcia                                                                                                             collage   jlmi  2014

 

C’est la saison, la belle saison

Des parades politiques publicitaires

Militaires mensongères

Paroles paroles paraboles

Bon lait cathodique

À tous les foyers du monde !

 

Brouillards matinaux laxatifs longue durée

Paranoïa planquée paravents pare-brise

Pare-chocs pare-balles pare-tout

Sauf des parangons de bêtise

 

Chacun sa part

Lèche mon parabellum

Et paix aux paradis fictifs fiscaux

Ô mon beau parachute à dorer !

 

Paroxysme des parodies temps bénis oui-oui

De paramnésie paraphrase paraphasie

Bazar du paraître contre bon cœur paralysé

Acte de soumission à parapher chaque jour

Et avec le sourire s’il vous plait !

 

Riez

Applaudissez

C’est bien 

Continuez !

 

extrait de Pandémonium  II

 

en ligne sur : http://jlmi22.hautetfort.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13/05/2014

Valerie Zwart - The Mankes Falcon

valerie zwart the Mankes Falcon.jpg

 

Au jardin des lèvres retroussées

Nous mordrons la pulpe de joie

Lècherons le galop

Des chevaux de calcaire

Goûterons le fluide

Des chenilles sanguines

En compagnie des loqueteux

Dans la vallée des cerises

 

cg in Mordre le temps de mort, 2013

 

 

 

Sylvie Pioli - Côte d'Opale, le cap Blanc-Nez - 2008

Sylvie Pioli Côte d'Opale, le cap Blanc-Nez 2008.jpg

 

 DES CORPS A LA MER

 

Nos mains sont des goélands

Ma bouche un coquelicot 

Sur les falaises de tes côtes

Mon artère salée

Tes poumons marées

Ton sang d’écume

Sur le sable de mon ventre

Mes cheveux sont les algues

De ta langue lagune

Mes seins se font dunes

Roule la houle

De mes hanches

Pour ton pied bateau

Mes yeux sont des récifs

 

cg 2013

 

 

 

 

 

Sophie Wilkins - Angelique

sophie wilkins Angelique.jpg

 

Tu restes encore sur cette terrasse. Tu contemples les pigeons, le soleil à travers leurs ailes, la vieille fontaine… Tu pleures ? C’est tout ce que l’on gagne à éplucher des souvenirs. Te voilà piégée. Ton cœur se transforme en éponge. Ce sentiment de paix te déchire ? Tu préférais te battre ?

 

Cg 2001

in Cours !

 

 

 

 

 

07/05/2014

Auteur inconnu

tumblr_mnmhnr1NF51rrmkbjo1_500.jpg

 

 Laisse-moi être ton allumette, ô toi qui signes les heures,

le paradis est d’une simplicité !

 

 

cg in Chroniques du hamac, 2008

 

 

 

02/05/2014

Roots

tumblr_n1y8c1VZHC1qzkm8ro1_500.jpg

 

Source : http://www.geocities.jp/aniswater/dm6.html

 

 


SENS PRATIQUE

 

Il n’y a que la pratique

Et une infinité de voies

S’étirer comme

Racines et chat

 

cg in Petit livre des illuminations simples

 

 

 

 

 

Junko Oki - Woky Shoten (Textile Art)

Junko Oki Woky Shoten.jpg

 

L’élan suave oui, de l’amour

Cette vague confuse et malicieuse

Nous la laisserons parcourir les ravins

D’églantiers et de marguerites

Même si l’inquiétude grouille

Sous la rocaille

Puis nous fuguerons vers les friches

Les montagnes en fleurs

Avant que la cellule et l’effroi

Les mailles envers endroit

Les crochets du givre

Ne déchirent nos duvets

 

cg in Mordre le temps de mort, 2013

 

 

 

 

 

La croix du corbeau

tumblr_m0v4vhsPzy1r07sh9o1_500.jpg

(c) inconnu

 

Les feuilles sous ses pas, crissent comme du verre. La croix du corbeau pèse lourd et un suaire de glace a figé toute sève. Le ciel est blanc jaunâtre, comme gros de neige. Les chênes fluets semblent bois mort. Tout en marchant, ses pensées ne cessent de revenir à lui. Elle l’avait laissé dans l’été d’un lit d’amour, brûlant de fièvre, enflé de désir, tout au bord de l’automne. Puis l’automne l’a consumé et elle ne sait plus où elle a jeté ses cendres. Maintenant elle marche et tout en elle n’est que silence et engelures. Lorsque le linceul de feuilles se perd sous le béton, elle peut encore entendre son crissement de verre. Elle marche dans une ville noire aux passants gris. Elle marche, laissant derrière elle des morceaux de mémoire que personne ne ramasse. Quand elle arrive devant le trou d’où s’échappe la chaleur souterraine, elle descend une à une les marches et disparait dans un souffle de rame.

 

 

tumblr_n4uxpjQMn21twas4to1_500.jpg

(c) Brad Downey

 

On ne la vit jamais ressortir, d’aucuns trous de la ville. Certains disent qu’elle a rejoint le peuple des rats, d’autres qu’elle est devenue reine d’un tripot dans une station désaffectée. On dit tant de choses et puis on ne dit plus rien.

Le printemps est revenu, les lits d’amour ont fleuri, des petits corbeaux sont nés. La mort est enterrée, pour un temps qu’on voudrait croire éternel.

 

cg, 2012

 

 

 

- Ceci est la 4444ème note de ce blog -

 

 

 

30/04/2014

Vicky Van Dort - Old mirror

 

Vicky Van Dort.jpg

 

Avant qu’il ne faille démêler

Dans la chambre d’automne

Le pelage et les ronces

Le miroir aux corneilles

Et les linges souillés

Il nous faudra suivre

Le sentier de cire

Trouver la gâtine

Où l’on a brûlé les lucioles

De nos crânes roussis

 

cg in Mordre le temps de mort