Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/07/2016

Claude Habib

 

Nous sommes l’ourlet du monde. C’est là qu’il finit, et je puis ajouter – sans me vanter – qu’il finit bien. Sans nous la création serait dépenaillée, il y aurait un effilochement constant des espèces, une dégénérescence à la marge. Le monde cesserait d’être beau pour être plein, et plein de quoi, grands dieux ? Il serait plein d’oiseaux sans ailes, rempli de biches obèses et de bêtes fumistes, plein à craquer. 

 

in Nous, les chats 

 

 

Claude Habib

 

Si le langage était une chose sérieuse, les hommes n’auraient jamais appris à parler à leurs objets.

Avec les objets qui font du raffut, comment dormir ? Autour des hommes, l’insistance, voire l’insolence des choses est stupéfiante. Autant leurs animaux sont doux, autant leurs objets sont excités. Mais cela vient des hommes : l’importunité des choses est fonction de l’attention, proprement déplacée, qu’ils leur prêtent. 

 

in Nous, les chats 

 

 

Jean-Baptiste Pedini

 

Il y a cette main qui promène un rouleau sur le ciel. Qui repeint pour de bon. Qui efface les restes. Qui prolonge l’été au dessus de nos têtes. 

 

in Passant l’été

 

 

20/07/2016

Oscar Wilde

 

Dire du mal des autres est une façon malhonnête de se flatter.

 

 

 

19/07/2016

Yu Hua

 

Je suis à la recherche de mon père, ici, parmi la foule des squelettes. J’éprouve un sentiment bizarre. Ici, il y a des traces de lui, je les sens même si elles sont aussi évanescentes que le cri de l’oie déjà enfuie, comme la sensation de la brise passant dans les cheveux. 

 

in Le septième jour

 

 

 

17/07/2016

Yann Bourven

 

C’est la nuit (pilotée par la lune avorteuse) qui nous intéresse !

La nuit qui nous hurle ses poèmes épileptiques ! 

 

in Chroniques du Diable consolateur

 

 

16/07/2016

Perrine Le Querrec

 

 

la parole interdite embusquée derrière la porte close

la parole refusée bâillonnée en-dedans au dehors 

 

 in La Patagonie

 

 

 

Muriel Modély

 

le mot n’est-il pas un pilon plus puissant

que n’importe laquelle de nos excroissances  

 

 in Je te vois

 

 

15/07/2016

Stéphane Casenobe

 

il faut faire attention lorsqu’on pilote un être humain

de ne pas basculer dans la benne à ordure 

 

in Oncle Bo (Traction Brabant 65)

 

 

Stanislaw Jerzy Lec

 

 

Qui veut noyer son chien dit que c'est un poisson rouge.

 

in Nouvelles pensées échevelées

 

 

 

14/07/2016

Proverbe africain

 

 Passe d’abord le fleuve avant de dire que le crocodile a une sale gueule.  

 

 

 

Anonyme

 

Se rendre à un travail, c’est se constituer prisonnier.

 

 

Isabelle Stibbe

 

car comment lutter contre l’avidité de la finance,

cette soiffarde qui ne se repait jamais ? 

 

in Les maîtres du printemps

 

 

 

Alain

 

Le propre du travail, c’est d’être forcé 

 

 

 

Raul Vaneigem

 

Que reste-t-il d’étincelle humaine, c’est-à-dire de créativité possible, chez un être tiré du sommeil à six heures chaque matin, cahoté dans les trains de banlieue, assourdi par les fracas des machines, lessivé, bué par les cadences, les gestes privés de sens, le contrôle statique, et rejeté vers la fin du jour dans les halls de gare, cathédrales de départ pour l’enfer des semaines et l’infime paradis des week-ends, où la foule communie dans la fatigue et l’abrutissement ? 

in Traité du savoir-vivre à l’usage des jeunes générations