Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2016

Saïd Mohamed

 

J’aime les mots qui rabotent la peau.

 

in Souffles

 

 

 

Dominique Lemaire

 

La page que l’on croit superficielle et mate

 Se révêle à un espace ébloui de comètes

 Un ciel profond blanchi de traversées démentes

 Météores, signaux de lumineuse émeute

 

 

28/03/2016

Proverbe navajo

 

 

Marche en harmonie avec l'univers,

tout en étant en harmonie avec ce que tu es.

 

 

 

25/03/2016

Jeanine Baude

 

Incarnat désir

Glaïeul

À mes lèvres

Et le chant

Courroucé

Des herbes

Dans le soir

Dans le jardin

De menthe

Et d’aubépines fraîches

Je caresse

Ton sein

Ô mappemonde

 

in incarnat désir

 

 

 

 

 

24/03/2016

Marguerite Yourcenar

 

Je me suis toujours beaucoup méfiée de l'actualité, en littérature, en art, dans la vie. Du moins, de ce que l'on considère comme l'actualité, et qui n'est souvent que la couche la plus superficielle des choses.

 

in Les yeux ouverts

 

 

 

Romain Gary

 

Il avait aussi le plus grand respect de l'humour

parce que c'était une des meilleures armes

que l'homme eût jamais forgées pour lutter contre lui-même.

 

in Les Racines du ciel

 

 

23/03/2016

Louis Scutenaire

 
 
Souvent, au lieu de penser, on se fait des idées.
 
 
 
 
 
 

22/03/2016

Jean-Louis Rambour

 

la manie misérable d’accoucher ses cauchemars chats noirs

Ses ogres bossus aux manches de chandail

Luisantes de pailles et du mucus des limaces ?

 

 in Le mémo d’Amiens

 

 

 

James M. Barrie, auteur de Peter Pan

 

Rien n’est vraiment du travail, à moins que l’on n’ait envie de faire autre chose

 

 

 

 

21/03/2016

Kiowa saying, Usa

 

Walk lightly in the spring;

Mother Earth is pregnant.

 

 

 

20/03/2016

Stanislaw Jerzy Lec

 

Une fenêtre qui donne sur le monde peut se couvrir avec un journal.

 

in Nouvelles pensées échevelées

 

 

 

Tony Duvert

 

Baby Boom :  Né en 1945, j'ai cultivé l'étrange conviction d'appartenir à la première génération d'hommes civilisés qu'il y aurait sur la terre : finies la guerre, la religion, les censures, la violence, les tyrannies, l'injustice, le racisme, la misère et la faim. Je cherche où, par qui, cette atroce illusion m'a été inculquée. Je ne trouve sérieusement que... le Journal de Mickey !

 

in Abécédaire malveillant

 

 

 

Stéphane Casenobe

 

 

il y a des déchets qui font pencher le jour

 

 in Oncle Bo (TB 65)

 

 

 

Saïd Mohamed

 

Dire l’instant émerveillé devient insolence

Aux hommes obscurcis par trop de misère.

 

in L’éponge des mots

 

 

 

Edward Albee

 

GEORGE  Nous grattons tous des étiquettes, ma petite fille… Et quand on a gratté la peau, quand on a percé le cuir, toute la graisse, fouillé à travers les muscles et farfouillé à travers les organes (à NICK)… quand ils existent encore… (à HONEY) et quand on arrive enfin jusqu’à l’os… vous savez ce qu’on fait ? HONEY (très intéressée)  Non. GEORGE  Quand on arrive à l’os, il y a encore tout un travail à faire. (Il pointe un doigt, un léger temps, sadique.) Hé !... c’est qu’à l’intérieur de l’os il y a quelque chose qui s’appelle… la moelle… et c’est la moelle qui est bonne, délicieuse !... C’est ça qu’il faut extraire.

 

in Qui a peur de Virginia Woolf